Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Mode

Les séries «Fleabag» et «Peaky Blinders» dopent les ventes de combinaisons et casquettes au Royaume-Uni [PHOTOS]

LONDRES - Captivés par les séries télévisées, nombre de Britanniques veulent s’habiller comme leurs héros, si bien que les ventes de combinaisons noires de «Fleabag» ou de casquettes rétro de «Peaky Blinders» explosent au Royaume-Uni, selon la chaîne de grands magasins John Lewis.

Ces chiffres confirment les tendances observées depuis plusieurs mois et dont essaient de profiter de nombreux sites en ligne et enseignes qui multiplient les ventes de produits dérivés de séries.

L’enseigne haut de gamme, qui a publié mercredi son rapport 2019 sur les ventes dans ses magasins, montre combien l’apparition sur les écrans d’une nouvelle saison de série à succès se traduit par une hausse des ventes immédiates de vêtements ou accessoires portés par leurs populaires personnages.

La sortie en avril 2019 de la deuxième saison de «Fleabag», centrée sur une jeune Londonienne égocentrique et antisociale, s’est accompagnée d’un bond de 66% des ventes de la combinaison noire portée par l’héroïne, interprétée par l’actrice britannique multi-récompensée Phoebe Waller-Bridge, également créatrice de la série.

De même, la diffusion en août et septembre sur la BBC de la cinquième saison de «Peaky Blinders», qui narre les aventures de gangsters à Birmingham au début du 20e siècle, a dopé de 25% les ventes des casquettes plates portés par les protagonistes.

+

Le Mag

Les yeux du silence de Véronique Amiard, photographe

SAINTE-ANNE-DES-MONTS — Privée du bruissement des feuilles et du chant des oiseaux par sa surdité de naissance, Véronique Amiard n’a pas froid aux yeux. Même lorsque le thermomètre oscille sous les -30 degrés Celsius, la photographe animalière patiente derrière son trépied pendant des heures, voire des jours, pour capturer des images de la faune sauvage du parc national de la Gaspésie. Avec les yeux du silence, elle réussit à obtenir l’improbable confiance de certains animaux qui viennent à sa rencontre.

«Je ne fais pas de photos à tout prix, tient à préciser Véronique Amiard. Je sens quand l’animal est nerveux. J’ai toujours pensé que les animaux sont des êtres sensibles. […] Les animaux ont une intelligence, une émotion, des sentiments. C’est ce que je veux mettre en boîte.»

Si la photographe adore se retrouver dans la quiétude de la forêt, c’est parce qu’elle n’a pas d’effort à faire pour échanger avec les autres. «Quand je suis en société, ça me demande toujours des efforts», indique la quadragénaire qui communique en lisant sur les lèvres. Un appareil auditif lui permet aussi d’entendre un peu, bien que faiblement.

Mode

Vers une garde-robe responsable, un vêtement à la fois

Spécialiste de la mode durable, la designer québécoise Léonie Daignault-Leclerc propose un premier livre intitulé «Pour une garde-robe responsable».

En tant que créatrice de la marque québécoise Gaïa et Dubos, Mme Daignault-Leclerc connaît les impacts de l’industrie du textile sur notre planète.

Son ouvrage propose un survol des comportements à adopter pour une consommation de vêtements éthique et durable. Nous y trouvons une foule de trucs et astuces pour prendre soin de nos morceaux de manière écologique.

Sous forme de guide pratique, ce livre complet se dévore. C’est une invitation à privilégier une attitude mode plus consciencieuse, un vêtement à la fois.

Pour une garde-robe responsable, Léonie Daignault-Leclerc, Éditions La Presse, 29,95$

Mode

De nouveaux maillots signés Strom Spa

L’esthétique scandinave dans une collection de maillots de bain, c’est ce que le Strom Spa propose.

On y trouve 13 pièces pour dames et un maillot pour hommes, tous d’un design simple et axé sur le confort.

Ces modèles ont été créés en collaboration avec la compagnie québécoise Everyday Sunday. Ils seront offerts dans les établissements Strom Spa et en ligne à partir du 16 octobre.

Les coupes sont minimalistes, permettant l’agencement des pièces entre elles. Les modèles sont offerts dans les teintes de bleu, blanc, gris et noir.

Avec cette collection, Strom Spa s’adresse à une clientèle de tous les âges et habille toutes les silhouettes.

De 40 $ à 90 $ le morceau.

Info: stromspa.com

Mode

Un nouveau parfum de lavande pour l’automne

La Maison Lavande nous a déjà fait découvrir que la culture de la lavande au Québec était possible grâce à des variétés plus rustiques. Pour la saison froide, l’entreprise de Saint-Eustache propose maintenant une collection permanente au parfum de Noisette et Lavande.

Parmi ses ingrédients naturels, on trouve en tête la poire, les noix rôties, la lavande et l’ambre en note de fond. Huit produits composent la gamme.

Pour la maison, on propose la bougie, la bruine d’ambiance et l’huile parfumée. Pour nous, un gel douche, la mousse pour le bain, la lotion velours, une eau de corps et la crème pour les mains.

En vente dans les kiosques de Maison Lavande ou en ligne au maisonlavande.ca

Mode

Une jupe survêtement pour l’hiver

Il est parfois difficile de marier style et confort lors de la saison hivernale. Les créatrices Félicité Donyo et Lisa Noto ont peut-être une solution.

Elles proposent la jupe Tukuan, un accessoire polyvalent et adapté aux rigueurs de notre climat. Tukuan signifie «il fait un froid d’hiver» en langue innue. Inspirée d’une couverture de laine chaude, cette jupe portefeuille a un double usage puisqu’elle peut également servir de cape.

On la porte seule ou par-dessus le pantalon ou le legging. L’ajustement se fait par une série de boutons-pression. Deux longueurs sont offertes, aux genoux ou aux mollets. Tailles 2 à 14 ans.

La marque mentionne que la fabrication de qualité respecte les normes écoresponsables.

Info: etsy.com/ca/shop/tukuanwinterskirt

Mode

L’expression de la beauté par Lady Gaga

La chanteuse et actrice Lady Gaga a lancé le 16 septembre sa nouvelle ligne de cosmétiques, Haus Laboratories.

D’abord présentées en juillet, les images de la marque avaient immédiatement ravi les admirateurs de l’artiste. On y voyait une Lady Gaga maquillée, mais sans filtre ni retouche.

Cette nouvelle gamme est le fruit de deux ans de travail en collaboration avec son artiste-maquilleuse Sarah Tanno. On y trouve trois produits multi-usages: le fard liquide Glam Attack, le crayon à lèvres RIP et le gloss à lèvres Le Riot. Chaque article est proposé en six teintes différentes, en plus d’être végan et fait sans cruauté envers les animaux. Caroline Grégoire (collaboration spéciale) 

La ligne complète est en vente sur amazon.ca et sur hauslabs.com.

Le Mag

Un jeu d’enquête paranormale «grandeur nature» à Québec

Des apprentis détectives ont envahi le Vieux-Québec, le temps d’une journée cet été, pour un meurtre et mystère «grandeur nature». Et la belle idée a fait des petits, puisqu’une nouvelle entreprise de la capitale se prépare à lancer son propre jeu d’énigmes à grand déploiement dans les rues de la ville. Et peut-être même à en faire une attraction plus fréquente.

Le 10 août, des participants à un jeu «de type Clue format géant» ont parcouru la ville en quête d’indices et de suspects pour résoudre un meurtre fictif. La compagnie britannique CluedUpp espérait vendre 100 billets. Finalement, 296 billets d’équipe ont trouvé preneurs. Au prix de 65$ à 80$ chacun, l’affaire devenait lucrative. Québec, découvrait-on, adore les enquêtes «grandeur nature»…

Louis-Jason Laurion, Mathieu Faucher et Olivier Lévesque-Tremblay ont essayé ensemble ce jeu. Ces collègues — qui travaillent au jeu d’évasion Sauve qui peut dans le quartier Saint-Roch — estimaient qu’ils auraient du succès grâce à leurs compétences très particulières. «C’était trippant, dit M. Faucher. Mais ç’aurait pu l’être plus encore, en modifiant certains trucs. On s’est dit qu’on pourrait le créer nous-mêmes et faire mieux.»

À LIRE :
Un meurtre et mystère «grandeur nature» dans le Vieux-Québec
Des détectives amateurs dans les rues du Vieux-Québec samedi

L’idée était née. Depuis le mois d’août, les comparses n’ont pas chômé. En plus de leur emploi, ils ont fondé Mystère Québec, une entreprise qui propose des chasses aux indices dans toute la ville. Ils tiendront leur premier défi dans la fin de semaine du 26 et 27 octobre. L’inscription coûte 45$ par équipe d’une à cinq personnes.

Entre la science et l’occulte

Le premier concept de Mystère Québec est une investigation à saveur paranormale déclinée en trois scénarios: des scientifiques demandent qu’on fasse la lumière sur d’inquiétants phénomènes inexpliqués dans la ville, tandis que des sorcières sortent de l’ombre pour défendre l’origine surnaturelle de ces apparitions.

Les équipes devront suivre l’une des voies tracées pour résoudre l’affaire. La première explorera l’aspect paranormal du dossier dans le quartier Petit-Champlain et à Place-Royale. Le deuxième jettera un œil scientifique sur la rue Saint-Jean et la colline parlementaire. Enfin, le troisième scénario, le plus difficile, amènera les Sherlock Holmes en herbe à jouer le rôle d’enquêteur chargé de trancher entre la science et l’occulte.

Régal

On a goûté: des pogos à l’érable ou au bacon fumé

Nostalgie, quand tu nous tiens! Je me rappelle vaguement la dernière fois que j’ai mangé un pogo, mais je me souviens cependant en avoir réclamé — comme bien des enfants — étant petite. Voilà que la marque POGO a lancé deux nouveautés en épiceries: des saucisses au bacon fumé ou à saveur d’érable dans une «pâte à déjeuner».

Si on questionne la désignation «pogo petit déjeuner» — peut-être à la limite au brunch? — force est d’admettre que la proposition est intéressante. Les saucisses au bacon ont un bon goût fumé, mais ne vous attendez pas à du bacon enroulé autour de la saucisse ou à des morceaux à l’intérieur… on parle ici de saveur uniquement.

La «pâte à déjeuner», très bonne, nous semble plus légère que la régulière, selon nos (lointains) souvenirs. Signalons qu’on a testé la cuisson au four pendant une vingtaine de minutes, soit un peu plus que le temps recommandé (pour les pressés, la cuisson au micro-ondes est aussi indiquée… quoiqu’on doute fort que la pâte devienne alors croustillante).

Pour la variété à saveur d’éra­ble, la saucisse plus pâle est davantage du type «saucisse à déjeuner». On perçoit le goût des épices — de petits morceaux orange sont visibles à l’intérieur — mais on avoue avoir cherché le goût d’érable… les inconditionnels voudront ajouter du sirop dessus.

Riches en sodium et avec une liste d’ingrédients assez longue, c’est une idée de repas rapide à placer dans la catégorie des bons «plaisirs coupables». 

Les boîtes de huit pogos sont en vente dans la majorité des supermarchés au prix de détail suggéré de 9$.

Le Mag

«Safe space»: bulles de bienveillance

Le terme «safe space» est un concept assez récent dans le vocabulaire populaire. «Espace sécurisé» pour certains, «zone neutre» pour d’autres, peu importe la traduction, il renvoie à un espace physique sans hostilité qui permet aux groupes habituellement marginalisés de dialoguer librement.

À travers différentes activités d’autonomisation, le Centre Filles de la YWCA de Québec offre aux jeunes de 10 à 15 ans s’identifiant comme fille un espace pour renforcer leur confiance et leur estime. 

Selon le même concept que la maison de jeunes, le Projet intervention prostitution Québec (PIPQ) dans le quartier Saint-Sauveur accueille les travailleuses et travailleurs du sexe de rue, pour socialiser ou se reposer. 

Malgré leur différente mission, ces deux organisations adhèrent au concept du safe space, un lieu bienveillant exempt d’oppression et de jugement, qui unit les membres d’une communauté.

«C’est une pratique militante qui existe depuis très longtemps», fait valoir le professeur à l’École de travail social et de criminologie de l’Université Laval, Kévin Lavoie. «L’idée est de créer un espace qui peut être physique ou en ligne, au sein duquel les rapports de domination sont neutralisés, où on est reconnu par les siens.»

Le professeur Lavoie prêche plutôt pour l’utilisation du terme safer space: «tendre vers un espace davantage sécuritaire», précise-t-il.

Le premier usage du terme apparaît en 1980 dans l’étude Changing Corporate America from Inside Out: Lesbian Movements in America’s Second Wave, de la militante Nicole Christine Raeburn, raconte le professeur. Elle y explique comment, au milieu des années 80, les employées LGBTQ de l’entreprise AT&T se trouvent à la croisée de différentes oppressions, dans un caractère intersectionnel donc. Elles s’inspirent des assemblées des droits civiques américains pour créer des lieux de conversation bienveillants, des safe spaces

MODE

Virage Mode, de mère en fille

Quand sa mère Gehane a lancé le commerce Virage Mode à Thetford Mines en 1998, Dominique Napky-Couture n’avait qu’un an. Quelque 21 années plus tard, la jeune femme fraîchement diplômée en comptabilité vient de lancer la première succursale de la bannière maternelle à Place de la Cité, à Québec.

«J’ai une passion pour la mode depuis l’âge de 14 ans. J’ai toujours voulu diriger le commerce, en savoir plus sur le style dans l’optique d’un jour gérer l’entreprise à 100 %», confie celle qui a développé le site Web de la boutique pendant ses études. 

Ses objectifs sont ambitieux : lancer beaucoup de projets, faire mousser les ventes en ligne et ouvrir quatre ou cinq adresses pour Virage Mode. Toujours avec la même philosophie «axée sur le service client». 

«On se spécialise dans les importations prêt-à-porter, avec des looks à l’européenne très accessoirisés, mais à des prix abordables et compétitifs, précise Mme Napky-Couture. Notre boutique se rapproche du service de stylisme privé où l’on mise sur l’expérience de magasinage. Certaines clientes font parfois 2-3 heures de route pour venir nous voir. J’ai même déjà accompagné une cliente dans un magasin de chaussures pour l’aider à choisir quelque chose qui irait bien avec le morceau qu’elle avait trouvé chez nous!» 

Virage Mode est voisin de la pharmacie Jean Coutu, à Place de la Cité. 

Infos : viragemode.com et @VirageMode sur Facebook

MODE

Une seconde boutique Bilodeau Canada à Québec

Six ans après son ouverture, la boutique Bilodeau Canada du quartier Petit-Champlain a maintenant une petite sœur. La bannière québécoise spécialisée dans la confection de produits de la fourrure, de manteaux d’hiver, de bottes et d’accessoires s’est établie récemment à Place Sainte-Foy.

Son inauguration officielle sera célébrée le jeudi 17 octobre, entre 17h et 21h. Tous sont invités.

«Nous avions déjà un point de vente, mais nous avons décidé d’en ouvrir un autre dans l’optique de rejoindre les gens un peu plus locaux, d’où notre choix de Place Sainte-Foy», dit Étienne Girard, responsable ventes, marketing et communication. 

Tous les produits de l’entreprise — qui crée ainsi quatre emplois à Québec — sont conçus et fabriqués dans son usine de Normandin, au Lac-Saint-Jean.

Infos : bilodeaucanada.com

Régal

Huîtres en folie!

Le lundi 21 octobre, c’est le retour du Oyster Baie à la baie de Beauport.

Dans une ambiance festive, une dizaine de restaurateurs de Québec prépareront chacun à leur façon des huîtres qu’ils feront déguster aux participants. Ces derniers seront ensuite invités à voter pour leur coup de cœur.

Le billet, au coût de 75 $ (taxes et frais en sus), inclut un cocktail de bienvenue, des huîtres à volonté, ainsi que plusieurs dégustations d’alcools et sucreries, indique-t-on.

Dix participants s’affronteront également dans un concours amical d’ouverture d’huîtres. Animation et DJ sur place.

Pour info, consulter l’événement Facebook: bit.ly/2OvI7tI.

Billets en vente sur ticketmaster.ca: bit.ly/35l5lZB

Régal

Délices végétaux

Un (autre) livre de recettes végétaliennes fait son arrivée sur les tablettes : celui de la nutritionniste Linda Montpetit, «Végé gourmand».

Dans cet ouvrage, l’auteure y dévoile ses secrets d’un plat savoureux pour séduire les papilles. «Rendre la consommation des végétaux attrayante et sexy est mon moteur, ma passion», indique Mme Montpetit en introduction.

En plus des 60 recettes qui s’adressent tant «aux véganes convaincus et engagés qu’aux gourmets omnivores», on retrouve dans le livre des conseils de la nutritionniste gourmande, une liste des ingrédients indispensables ou encore des associations culinaires gagnantes.

Les recettes comprennent des préparations de base, des idées pour le petit déjeuner, des bouchées et entrées, des plats principaux et des desserts.

Régal

Des apéros tout québécois

Rose Simard et Max Coubès, le duo de 1 ou 2 Cocktails, lancent leur premier livre, «L’apéro au Québec: cocktails locaux et de saison».

On y met en vedette les artisans locaux en proposant 55 cocktails à base d’alcools québécois et d’ingrédients frais de saison.

Le duo fait découvrir des distillateurs, brasseurs et producteurs aux quatre coins de la province, et propose aussi des techniques et des astuces de bar pour réussir ses cocktails à la maison.

Bref, tout pour passer de bons moments en famille ou entre amis autour d’un verre.

Pour info: 1ou2cocktails.com

Régal

Le plaisir de cuisiner pour (et avec) quelqu’un

Maxime Girard-Tremblay, alias Max L’Affamé, est «photographe de métier, animateur télé et cuisinier de cœur».

Le chroniqueur culinaire, qui «déteste manger seul», dit apprécier plus que tout «cuisiner pour quelqu’un, ou encore mieux avec quelqu’un d’autre».

Dans son livre, chaque recette est imaginée pour deux personnes, une alternative au format familial.

Les 75 recettes sont présentées en chapitres aux titres originaux: en mode cocktail, travail d’équipe, en amoureux, coloc-moi ça, avec minichef, en décadence, en mode végé, bec sucré.

Max L’Affamé ajoute sa touche personnelle à l’ouvrage coloré avec des astuces culinaires, des anecdotes et même des suggestions musicales.

Et les photos prises par lui-même font saliver!

P'tit Mag

Trop de livres sur ton dos?

2 manuels scolaires + 1 bouteille d’eau + une paire d’espadrilles = un sac à dos de quel poids? Environ 4 kilogrammes ou 8,8 livres. Pas si lourd, selon toi? Ça dépend. Lis ce qui suit et ta colonne vertébrale t’en remerciera.

10 % de ton poids

Selon les spécialistes de la santé, ton sac à dos une fois rempli ne devrait pas peser plus que 10 % de ton poids. Le calcul est plutôt simple. Si tu pèses 60 livres, ton sac devrait peser au MAXIMUM 6 livres, si tu pèses 70 livres, MAX 7 livres, si tu pèses 80 libres, MAX 8 livres et ainsi de suite. Fais le test avec tes parents sur la balance.

35 % 

des jeunes Québécois de 9 ans se plaignent de maux de dos

50 % 

des jeunes portent un sac à dos trop lourd

P'tit Mag

Je veux tout savoir

Pourquoi on ne peut pas respirer dans l’espace? —Romie

R C’est tout simplement parce qu’il n’y a pas d’air dans l’espace. Aucun gaz, donc pas de trace de l’oxygène dont nous avons besoin pour fonctionner. Et pour tout dire, pas besoin de se rendre jusque dans l’espace pour ne plus être capable de respirer: l’atmosphère que nous respirons est une couche de gaz à la surface de la Terre qui est (relativement) mince et qui se concentre près du sol, à cause de la gravité. Si bien qu’il suffit de gagner juste quelques kilomètres d’altitude pour ne plus pouvoir respirer à sa guise. La frontière «officielle» de ce que l’on appelle «espace» est fixée à 100km au-dessus du sol. Mais rendu là, il y a longtemps qu’on ne peut plus respirer! À partir de 2km environ, l’altitude commence à avoir des effets sur le corps. Le sommet de la plus haute montagne du monde, l’Everest, est à «seulement» 8,8km d’altitude et, déjà, il y a là-haut trois fois moins d’air qu’au niveau de la mer. Trois fois moins! L’immense majorité des alpinistes qui parviennent à grimper si haut utilisent des bonbonnes d’oxygène. Et si quelques téméraires sont déjà arrivés jusqu’au sommet de l’Everest sans bonbonne, il est tout simplement impossible de rester là-haut longtemps. Les alpinistes appellent en effet «zone mortelle» (death zone) les altitudes au-delà de 8000m, parce qu’il y a si peu d’oxygène là-haut que le corps humain ne peut pas s’y adapter. Il manque chroniquement d’oxygène et meurt petit à petit — personne n’est resté plus d’une journée au sommet. Alors, imagine à 100km d’altitude: on ne peut pas survivre plus longtemps que sous l’eau.

P'tit cuistot

De la citrouille pour dessert

Nous y voilà: octobre. Mois des couleurs, des oies qui migrent en grand V, des nuits qui tombent plus vite qu’avant. Octobre, c’est le retour des tuques et des bottes de pluie, c’est l’envie de bols de soupe et c’est... L’Halloween. Et par extension, le mois de la citrouille.

Cet ingrédient si familier, mais qui me laisse souvent perplexe. Ç'a bon goût, mais c’est plus ou moins savoureux. Qu’à cela ne tienne, je l’ai pris comme un défi!

Je l’ai essayé en potage. Bof. Puis en garniture à pierogies. Re-bof. Puis, j’ai décidé de prendre le plat que j’avais le plus envie de manger sur le moment et de lui ajouter de la citrouille. Comme son goût est assez neutre — donc polyvalent! —, il s’est très bien lié à la douceur de l’érable. Le résultat se laisse manger à grands coups de cuillères!

P.S. J’espère que cette recette t’incitera à mettre ta citrouille au frais plutôt qu’à la poubelle une fois l’Halloween terminée.


POUDING CHÔMEUR À LA CITROUILLE

Ingrédients

  • 4 tasses de chair de citrouille
  • ¼ tasse d’eau
  • 1 ¼ tasse de sirop d’érable
  • 4 c. à soupe de beurre, tempéré
  • ½ tasse de sucre
  • ½ tasse de lait
  • 1 œuf
  • 1 ¼ tasse de farine
  • 3 c. à thé de poudre à pâte
  • ½ c. à thé de sel

Recettes

Coquilles farcies sauce rosée

Préparation: 25 minutes
Cuisson: 26 minutes
Quantité: 4 portions

INGRÉDIENTS

  • 15 ml (1 c. à soupe) d’huile d’olive
  • 1 sac d’épinards frais de 171 g
  • 1 échalote sèche (française) hachée
  • 2 gousses d’ail hachées 
  • 16 coquilles géantes 
  • 500 ml (2 tasses) de sauce marinara
  • 125 ml (½ tasse) de crème à cuisson 15 %
  • 1 contenant de ricotta de 475 g 
  • 10 ml (2 c. à thé) de muscade 
  • 250 ml (1 tasse) de cheddar ou de parmesan râpé
  • Sel et poivre au goût
  • 1 œuf

PRÉPARATION

  • Préchauffer le four à 180 °C (350 °F).
  • Dans une poêle, chauffer l’huile d’olive à feu moyen. Cuire les épinards, l’échalote et l’ail de 1 à 2 minutes. Retirer du feu et réserver.
  • Dans une casserole d’eau bouillante salée, cuire les coquilles al dente. Égoutter.
  • Pendant ce temps, porter à ébullition la sauce marinara avec la crème dans une autre casserole. Cuire 4 minutes. 
  • Pendant ce temps, mélanger la ricotta avec la muscade, le cheddar et la préparation aux épinards dans un bol. Saler et poivrer. Ajouter l’œuf et remuer.
  • Farcir les coquilles avec la préparation à la ricotta.
  • Dans un plat de cuisson, verser la sauce rosée. Déposer les coquilles farcies dans le plat. 
  • Cuire au four de 15 à 20 minutes.
  • Retirer du four. Servir avec une salade de roquette.

Restaurants

Pizzeria d'Youville devient Cochon Dingue

Il y aura un sixième Cochon Dingue à Québec. Le groupe Restos Plaisirs a acquis le restaurant Pizzeria d’Youville à quelques pas de la porte Saint-Jean.

«Nous cherchions depuis longtemps à nous établir sur la rue Saint-Jean, une des artères les plus animées de Québec au cœur de nombreuses activités culturelles et événementielles de la ville», souligne Pierre Moreau, président-directeur général de Restos Plaisirs.

Les propriétaires de Pizzeria d’Youville, Stamatios Grigorakakis et Antonio Sarailis, ont décidé de prendre leur retraite après un partenariat d’affaires de plus de 45 ans. «Nous avons eu plusieurs offres. Nous avons préféré celle de Restos Plaisirs, car nous avions confiance en cette entreprise et en sa capacité à maintenir une offre de restauration de qualité adaptée à la clientèle de la rue Saint-Jean», mentionnent les deux associés.

Pizzeria d’Youville cessera ses opérations à la fin du mois de décembre. Le nouveau Cochon Dingue devrait ouvrir ses portes au printemps 2020 après un investissement d’environ 2 millions $. 

Mode

Les 11 tendances de l’automne

Justin Bellavance est à l’affût des tendances modes depuis 20 ans. Après des études en design de mode, à une époque où les postes de création sont rares, il préfère se diriger vers le stylisme. Il est rapidement reconnu pour son œil aguerri. Il se retrouve sur les plateaux de télévision à habiller les animateurs. Émissions du matin, publicités, plusieurs personnalités lui font confiance. Il devient styliste pour la chaîne TQS et ensuite à TVA pour Salut Bonjour Week-end à Québec. Pour lui, créer des garde-robes adaptées à une clientèle de tous les genres n’a plus de secrets. Il se qualifie de «psy du vêtement»: «un styliste se doit d’être à l’écoute du client… il n’y a pas de problèmes sur un corps, il y a des formes. Il faut savoir ce qui va sur ton corps, comment l’avantager.» Il a accepté de s’entretenir avec nous au sujet des tendances modes et accessoires que nous retrouvons cet automne.

L’effet lingerie

Justin Bellevance mentionne que la tendance lingerie sera parmi les tops. Directement inspirée des années 90, elle est proposée de plusieurs manières. Seule, sous une veste de laine ou un veston, en superposition avec un t-shirt elle se portera aussi bien le jour que le soir.

Bière

Une fois n’est pas coutume, parlons bourbon!

CHRONIQUE / Pour cette chronique, j’avais envie de quitter momentanément le monde de la bière pour me diriger vers celui des spiritueux. Si mon rédacteur en chef aime ça, peut-être qu’il me laissera dériver de temps en temps…

Direction le Kentucky pour vous parler d’un alcool que peu de monde connaît et qui est souvent mal aimé : le bourbon. Il m’a fallu un voyage, en 2014, avec mon complice Jean-François Pilon, spécialiste des spiritueux au Québec, pour changer mon fusil d’épaule et comprendre que cet alcool est bien plus appréciable que la réputation qu’on lui donne. On est loin des spiritueux bon marché qui n’arrivent pas à la cheville des whiskys écossais. En fait, les deux produits ne se comparent pas.

À la vôtre

Vin: brix et cie

CHRONIQUE / Une vendange, ça se planifie. Comment les vignerons s’y prennent-ils pour déterminer la date de la récolte? Puis comment partent-ils leurs fermentations en levures indigènes? Petite incursion dans un vignoble québécois biodynamique.

Touraine 2018, La Java des Grandes Espérances
Domaine des Grandes Espérances
16,70 $ • 13 087 547
13 % • 1,9 g/l • Conversion bio

Arnaud et Laurent Saget décrivent leur cuvée Java comme un « vin de copains ». À ce prix et avec une telle personnalité, je ne chercherai pas à paraphraser les vignerons, puisque c’est exactement ce qu’il est. Mais si vous cherchez absolument un sens à ce blanc, sachez que faire le java signifie « faire la fête ». Ça fait plaisir. Avec ses arômes de limes fraîches et de pamplemousses, ce sauvignon blanc aux accents exotiques est à la fois accessible et rafraîchissant. Un profil prévisible pour un sauvignon, mais réconfortant, notamment avec des tacos, un guacamole, des nachos… bref, plus que convenu pour votre prochain party mexicain.

Recettes

Jambon effiloché à la bière

Préparation: 15 minutes
Cuisson: à faible intensité 8 heures
Quantité: 12 portions


INGRÉDIENTS

  • 1 épaule de porc fumée picnic avec os de 2,7 kg (6 lb) 
  • 1 oignon haché 
  • 1 bière blonde de 341 ml
  • 80 ml (⅓ de tasse) de sirop d’érable 
  • 30 ml (2 c. à soupe) de moutarde de Dijon 
  • 10 ml (2 c. à thé) d’ail haché
  • 5 ml (1 c. à thé) de thym frais haché
  • 2 clous de girofle

PRÉPARATION

  • Dans la mijoteuse, déposer l’épaule de porc et l’oignon.
  • Dans un bol, mélanger la bière avec le sirop d’érable, la moutarde de Dijon, l’ail, le thym et les clous de girofle. Verser la préparation dans la mijoteuse.
  • Couvrir et cuire de 8 à 10 heures à faible intensité.

Restaurants

Des desserts du Quarante 7 signés Gaël Vidricaire [PHOTOS]

Les desserts du Quarante 7 sont désormais saupoudrés d’un soupçon de prestige. En effet, la chef pâtissière de l’année au Québec, Gaël Vidricaire, signe maintenant une partie de la carte sucrée du restaurant du quartier Montcalm.

(Note : si vous êtes pressés de voir les desserts, c'est au bas de la page que ça se passe…)

Les copropriétaires de la bannière jadis nommée 47e Parallèle, Joseph Sarrazin, Yvan Ouellet et Harold Slater, ont souvent collaboré avec elle à l’occasion de Bordeaux fête le vin. L’approche pour enrôler une recrue de sa trempe s’est donc faite aisément.

«On a une belle dynamique et beaucoup de plaisir à travailler ensemble. Quand on m’a demandé si j’étais intéressée à faire des desserts pour eux dans une collaboration à long terme, la réponse a été spontanément oui, sans hésitation, raconte Mme Vidricaire. Nos commerces sont proches physiquement, dans le même quartier, et nos clientèles sont assez voisines, alors ça me paraissait assez facile et évident comme réponse.»

Cette collaboration représente un bon compromis pour tous, assure-t-on, en plus de tomber à point pour le restaurant. «J’ai perdu ma pâtissière début septembre et le manque de main-d’œuvre se fait sentir, donc tant qu’à trouver et former quelqu’un, on a plutôt décidé de parler à Gaël, avec qui on collabore depuis longtemps. Elle a accepté de faire des desserts pour nous et voilà, tout est parti!» explique M. Sarrazin, chef copropriétaire.

À LIRE AUSSI :
Gaël Vidricaire, chef pâtissière de l’année au Québec
Une pétillante pâtissière
Nouveau nom, nouveau décor pour le 47e Parallèle
Coup d’éclat pour (re)séduire la clientèle

Ces mets ne se retrouveront toutefois pas sur les tablettes de la pâtisserie de Mme Vidricaire, située au 200, rue Crémazie Ouest, à Québec (à l’angle de l’avenue Bourlamarque). Le menu a été conçu spécifiquement pour le resto, quoique les clients pourront trouver chez elle des produits «sous le même thème».

«Ce sont deux types de pâtisseries différentes, celle de restaurant et celle de boutique, au niveau de la confection et du service, indique-t-elle. On a développé une gamme qui répond aux besoins de la restauration, mais en ligne avec la construction des desserts, l’agencement des parfums et la présentation des textures qui rejoignent l’essence de ce que nous sommes.»

Quatre desserts au menu

Passons donc aux choses importantes : le menu, baptisé «les desserts de Gaël». Mme Vidricaire propose quatre nouveaux plats parmi la carte automnale du restaurant.

D’abord, le Miss América : une crème au fromage frais avec caramel coulant à l’érable au cœur, dentelle de crêpe maison, zeste de citron, glace à la fève de tonka. «C’est vraiment bonheur!» décrit la chef.

Le Mag

Midnight Blue, un air des années 80 et 90 dans Saint-Roch

Avis aux nostalgiques de la belle époque des discothèques, le Midnight Blue a pour ambition de vous ramener dans les années 80 et 90. Ce nouveau bar prévoit ouvrir ses portes bleu poudre et rose bonbon le jeudi 24 octobre dans le sous-sol du restaurant Le Phoenix du Parvis, dans le quartier Saint-Roch, à Québec.

Les anciens locaux du Boudoir Lounge et du Meltdown sont en voie de prendre des airs volontairement démodés et kitsch, de l’aveu d’Alain Tremblay, copropriétaire des lieux avec sa partenaire en amour comme en affaires, Nancy Lacharité. Le couple est aussi derrière le restaurant Le Phoenix du Parvis (ouvert en avril 2019) et le Rideau Rouge, sur l’avenue Cartier.

«On va faire découvrir aux gens qui sont trop jeunes — et rappeler à ceux qui l’ont vécu — ce qu’est une véritable disco d’autrefois, ce que j’appelle l’avant-Tinder!» lance M. Tremblay.

Recettes

Tacos au poisson frit, salsa à l’ananas

Préparation: 20 minutes
Réfrigération: 30 minutes
Cuisson: 7 minutes
Quantité: 4 portions

INGRÉDIENTS

  • 2 filets de tilapia coupés en lanières
  • 2 litres (8 tasses) d’huile de canola
  • Sel au goût
  • 12 petites tortillas 
  • 250 ml (1 tasse) de chou rouge émincé
  • 1 avocat coupé en tranches
  • Pour la salsa d’ananas
  • 500 ml (2 tasses) d’ananas coupé en petits dés
  • 45 ml (3 c. à soupe) de coriandre fraîche hachée
  • 30 ml (2 c. à soupe) d’huile d’olive
  • 2,5 ml (½ c. à thé) de sel
  • 1 lime (jus)
  • 1 jalapeño épépiné et coupé en petits dés
  • 1 poivron rouge coupé en dés
  • ½ oignon rouge haché finement
  • Pour la panure
  • 430 ml (1 3/4 tasse) de farine de riz
  • 1 jaune d’œuf
  • 2,5 ml (½ c. à thé) de sel
  • 375 ml (1 ½ tasse) de club soda
  • Pour la sauce à tacos
  • 125 ml (½ tasse) crème sure
  • 80 ml (⅓ de tasse) de mayonnaise
  • 15 ml (1 c. à soupe) de jus de lime frais 
  • 10 ml (2 c. à thé) de sriracha 
  • 2,5 ml (½ c. à thé) de sel
  • 1,25 ml (¼ de c. à thé) de paprika
  • Quelques zestes de lime

PRÉPARATION

  • Dans un grand bol, mélanger les ingrédients de la salsa d’ananas. Laisser reposer au frais 30 minutes.
  • Préparer deux assiettes creuses. Dans la première, verser 60 ml (1/4 de tasse) de farine de riz. Dans la deuxième, battre le jaune d’œuf avec le sel, le club soda et le reste de la farine de riz. Fariner les lanières de tilapia, puis les enrober de pâte.
  • Dans une friteuse ou dans une grande casserole, chauffer l’huile de canola à feu moyen jusqu’à ce qu’elle atteigne une température de 190 °C (375 °F) sur un thermomètre à cuisson. Si une casserole est utilisée, bien surveiller la cuisson pour éviter que l’huile ne surchauffe et ne s’enflamme. Faire frire les lanières de tilapia 5 minutes, jusqu’à ce qu’elles soient dorées et croustillantes. Déposer sur une grille en plaçant une plaque de cuisson en dessous, puis saler. 
  • Dans un bol, mélanger les ingrédients de la sauce à tacos. Si désiré, verser la sauce dans une bouteille à pression pour condiments. Réserver au frais.
  • Chauffer une poêle, à feu moyen. Faire dorer les tortillas environ 1 minute de chaque côté. Réserver les tortillas dans sac hermétique afin qu’elles conservent leur chaleur.
  • Au moment de servir, déposer tous les garnitures séparément dans de petits bols de service. Garnir les tortillas des garnitures désirés et de sauce.

Alimentation

Un marché d’alimentation faible en glucides dans Limoilou

Le «low carb» est dans l’air du temps, alors il allait de soi qu’un commerce qui s’en inspire finirait par voir le jour. En effet, un marché d’alimentation faible en glucides nommé «Au fruit des moines» se prépare à ouvrir ses portes dans Limoilou. Une épicerie destinée à quiconque veut réduire le sucre dans sa vie de tous les jours.

Même si la boutique ne se limite pas aux produits liés à la diète cétogène, les adeptes du «keto» devraient y trouver leur compte, assure le copropriétaire Julien Decam, tout comme ceux qui évitent le gluten ou qui souffrent de la maladie cœliaque.

«Dans les trois dernières années, je me suis rendu compte que j’ai toujours mangé comme ça, moins orienté vers le sucre et plus vers une alimentation traditionnelle, old school, à la française», dit M. Decam, un travailleur du monde du Web et du marketing, passionné depuis longtemps par l’alimentation, et qui se lance dans cette aventure avec Sabrina Tremblay.

À LIRE AUSSI : Mode du régime cétogène: êtes-vous Keto?

«C’est un retour aux sources qui est la solution, une meilleure alimentation et une meilleure façon de consommer. Moins, mais mieux. Et quand on arrête le sucre, on se rend compte à quel point c’est une drogue.» 

«De vrais remplacements»

On promet «des produits intéressants qui sont de vrais remplacements, pas juste des produits avec du sucralose ou qui ne sont pas bons au goût».

Ainsi, sur les tablettes : farines, sucres (de remplacement, dont un fait à partir du fruit des moines, d’où le nom du commerce), produits non périssables, certains légumes choisis, breuvages, pains, crêpes et même une tarte au sucre… pas de sucre! 

Et l’épicerie n’est que la première partie du concept : à terme, du prêt-à-manger sera offert à un comptoir-lunch qui servira aussi des repas chauds le midi.

L’ouverture est prévue le 13 novembre 2019. Adresse : 303A, chemin de la Canardière, dans Limoilou (voisin du Maître Glacier).

Infos : aufruitdesmoines.com et @aufruitdesmoines sur Facebook


*****

Note : il existe aussi un groupe fermé sur Facebook du même nom et mené par M. Decam, pour aider les gens dans leur «démarche de diminuer les sucres transformés et les glucides».