Plein air

Vélo de montagne: Saint-Raymond roule en grand

SAINT-RAYMOND — Un moment nous étions dans l’effervescence des bureaux de l’administration de la Vallée Bras-du-Nord, l’instant d’après nous roulions dans le calme de Portneuf, en direction du mont Laura et des sentiers de vélo de mon­tagne avoisinants. Le temps de cette bouffée d’air, Frédéric Asselin ne pouvait que constater combien la municipalité respire le vélo, bien au-delà des rêves les plus fous…

Une évasion régulière pour le directeur général de la Vallée, qui profite aussi souvent que possible du terrain de jeu que son organisation a su mettre en place à Saint-Raymond. Car si depuis environ 10 ans le vélo de montagne a sérieusement laissé sa marque au cœur de la Vallée Bras-du-Nord dans le secteur Shannahan, celui de Saint-Raymond poursuit aussi son développement de belles façons.

Nouveaux sentiers, nouveaux services… et nouveaux cyclistes. S’il a depuis les débuts de grandes ambitions pour le vélo de montagne, Frédéric Asselin affiche tout de même encore un certain étonnement quant à l’ampleur de ce qu’est devenue la Vallée Bras-du-Nord et son impact sur Saint-Raymond.

Au-delà de l’attrait touristique, ce coin de Portneuf se présente comme un petit paradis cycliste où les locaux ont embarqué dans l’aventure et pédalent en famille. L’hôpital bénéficierait même des services de deux médecins débarqués en ville… pour le plaisir de rider aussi souvent que possible!

«Nous estimons autour de 1000 résidents [sur environ 10 000 habitants] le nombre de pratiquants du vélo de montagne seulement à Saint-Raymond. En excluant les personnes âgées et les villégiateurs, c’est un sacré pourcentage!» s’enthousiasme Frédéric Asselin.

«Ça dépasse le nombre de pratiquants pour le soccer [environ 350 inscriptions] et on chauffe aussi le hockey qui a autour de 800 inscriptions, plus les pratiquants libres. Le bike de montagne dans la communauté est en ébullition!» constate le dg. «Ça, c’est très cool pour nous qui avons bâti ce réseau. On a réussi à devenir une vélo-ville», explique-t-il, faisant référence à cette vision que la coopérative Vallée Bras-du-Nord poursuit depuis 10 ans.

Des effets qui se font sentir sur l’économie locale. Les deux boutiques de vélo de Saint-Raymond roulent particulièrement bien. Les offres pour la restauration et l’hébergement se bonifient avec l’achalandage qui croît, que l’on pense notamment au Roquemont qui est devenu un camp de base pour les cyclistes à pneus à crampons.

Et ce n’est pas fini côté croissance. Pour l’horizon 2018-2022, la coopérative prévoit investir 971 000 $ pour la création de nouveaux sentiers en tous genres et pour améliorer les infrastructures d’accueil.  

«Ce million en sentier vient s’intégrer à notre plan de développement de 5 millions $ juste pour les investissements de la coop. Le montant sera doublé avec les investissements des partenaires qui se joignent à notre développement récréotouristique», précise Frédéric Asselin.

Vins

Peut-on se parler de la couleur du rosé?

CHRONIQUE / S’il y a un vin capable de les diviser tous, c’est bien le rosé. Personne ne s’entend sur ce qu’il devrait être. Comme s’il n’existait qu’un seul type de rosé dans un océan de blancs et de rouges.

Envie de semer la bisbille dans un groupe de professionnels du vin? Parlez de rosé — ou, mieux encore, servez-en! Le débat sera furieusement engagé avant même qu’un seul d’entre eux n’ait eu le temps de tremper les lèvres dans sa coupe.

La couleur du rosé a pris une importance disproportionnée. « Pas assez rose », « trop foncé »… Eh oui! De tels propos discriminatoires persistent encore en 2018. Pourtant, on se fiche bien de la robe du blanc et du rouge. Vous avez déjà entendu quelqu’un dire : « Ce blanc est trop foncé » ou « Ce rouge est définitivement trop pâle »?

Le rosé est le seul vin qui est jugé d’après sa teinte. Les vignerons eux-mêmes semblent insister sur la couleur comme facteur déterminant du processus d’achat en embouteillant systématiquement leurs vins dans des contenants transparents. Et pourtant, certains rosés, amplement capables de se bonifier avec le temps, gagneraient à être protégés par du verre coloré.

Or, la teinte ne veut absolument rien dire — surtout avec les techniques de vinification modernes. Si la couleur n’est pas forcément un indicateur de style, elle est encore moins un indice de qualité. Jamais elle ne témoignera du rendement (rapport entre le volume de vin produit sur une surface donnée) ou de la qualité des soins apportés à la vigne.

À l’heure actuelle, la diversité du rosé s’éteint au fur et à mesure que l’hégémonie du style provençal s’impose. Depuis les années 1990, on assiste à une domination mondiale des vins rosés techniques. Obtenus par pressurage direct (raisins pressés rapidement après la récolte pour limiter le contact des peaux avec le jus), ces vins exhibent une robe pâle mousse de saumon et diffusent de délicats arômes de pamplemousses et de fraises. Un style convoité par les vignerons et réclamé par les consommateurs, qui est souvent exécuté sans trop de considération pour l’expression du terroir. Selon Elizabeth Gabay, Master of Wine et autrice du livre Rosé, ils représentent 80 % de l’offre de rosés produits dans le monde.

Dans la Loire, par exemple, ce n’est que depuis tout récemment que les vignerons font référence au terroir en parlant de rosé. C’est carrément un changement de paradigme puisque auparavant, l’idée élémentaire consistait simplement à « faire du rosé ».

Mais, revenons à nos 50 nuances de rose. Une robe pâle n’est pas automatiquement synonyme de légèreté et de délicatesse. L’habit ne fait pas le moine, comme dirait l’autre. Le meilleur exemple serait le terrasses du larzac 2016 du Château La Sauvageonne appartenant à Gérard Bertrand. Parfaitement doré, il ne donne pas du tout l’impression d’être un rosé. En fait, il pourrait aisément se faire passer pour un blanc. Plus pâle que pâle, il se révèle pourtant puissant, structuré et d’une étonnante complexité. Qui plus est, il est le fruit d’un assemblage de cépages blancs et noirs vinifiés en barrique — vermentino, mourvèdre, viognier et grenache.

Je vous imagine froncer des sourcils. Des raisins blancs dans le rosé? En France, il est interdit de mélanger vin blanc et vin rouge pour faire du rosé, exception faite de la Champagne, mais il est tout à fait possible de mélanger raisins blancs et noirs.

Bourlingueur

Le tourisme rural de Vallue

CHRONIQUE / Le nom de Petit-Goâve sonne une cloche. Parce que Dany Laferrière y a passé son enfance, peut-être. La petite ville, magnifique, vibre comme aucun autre endroit que j’ai visité en Haïti.

La ville a ce je-ne-sais-quoi d’hypnotisant, qui prend aux tripes sans qu’on puisse vraiment l’expliquer. Mais à l’abri de la végétation, dans les montagnes auxquelles s’appuie la ville, se trouve probablement un secret encore trop bien gardé. Le village de montagne de Vallue, une commune de Petit-Goâve, abrite une communauté rurale qui s’est prise en main et qui bâtit jour après jour un environnement où il ne faut pas trop insister pour qu’on s’attarde. Mon coup de cœur en Haïti!

Le p'tit Mag

10 idées pour faire des sous

Comment amasser des sous lorsqu’on n’a pas encore l’âge «officiel» pour travailler? Voici quelques idées pas compliquées à tester cet été. Il suffit de trouver ce qui convient à ta personnalité et à tes talents, une manière amusante et claire de proposer tes services (sur une carte d’affaires personnalisée, par exemple) et de foncer. N’oublie pas de penser au salaire que tu souhaites demander et aux éléments (horaire, distance, manière de te joindre) dont tu dois discuter avec tes parents à l’avance.

1) Garder des enfants

Tu as suivi ton cours de Gardiens Avertis? Annonce-le! En plus d’offrir tes services aux familles de ton entourage, tu peux placer une petite annonce à l’épicerie ou dans un commerce sympathique près de chez toi.

2) Prendre soin des animaux (ou des plantes)

Si tu aimes les bêtes, tu peux proposer de promener le chien ou encore de nourrir le chat ou les poissons lorsque tes voisins partent en vacances hors de la ville ou ont des horaires trop chargés. S’ils n’ont pas d’animaux, ils auront peut-être besoin d’un collecteur de courrier ou d’un arroseur de plantes! 

3) Ramasser des canettes et des bouteilles

Plusieurs clubs sportifs emploient une tactique dont tu peux t’inspirer : préparer des affichettes annonçant un ramassage de bouteilles vides et de canettes à une date à venir et les distribuer dans les boîtes aux lettres du voisinage. Il suffit ensuite de se munir d’un chariot et d’aller collecter les objets consignés à la date annoncée, puis de les amener à l’épicerie ou au dépanneur pour obtenir la ristourne.

4) Aide-jardinier

On a toujours une foule de petites tâches à faire sur un terrain. Arracher les mauvaises herbes, arroser le jardin, tondre le gazon, enlever des racines, planter, laver les meubles de patio, repeindre la clôture... Tes parents, grands-parents et voisins seront peut-être ravis d’obtenir les services et la compagnie d’un aide-jardinier en échange de quelques dollars.

5) Marché aux puces

Tu as des jouets avec lesquels tu ne joues plus? Trop de toutous, des vêtements trop petits, du matériel de bricolage inutilisé? Faire le tri est une bonne occasion de mettre de côté les objets inutilisés qui pourront faire le bonheur des autres. On peut organiser une vente de garage devant chez soi, mais il y a aussi certains rendez-vous (surveille la page Facebook de L’espace collectif de la Marina Saint-Roch, par exemple), dans les quartiers qui permettent de se joindre à d’autres vendeurs et d’attirer davantage d’acheteurs potentiels.

6) Coach privé

Tu es doué en natation, en soccer, en football, en danse? Offre tes services de coach privé pour une heure afin d’aider des enfants plus jeunes que toi qui veulent apprendre ou s’améliorer. Ça peut être une façon d’aider les parents de ton entourage à tester un sport ou une activité avant d’inscrire leurs enfants à une session de cours, de pratiquer ce qu’ils déjà appris ou de simplement occuper une heure loin des écrans.

7) Créateur de collations

Trouve d’abord une recette simple de collation ou de bonbons auxquels il sera difficile de résister. Tu peux utiliser des ingrédients que tu as déjà à la maison ou prévoir un petit budget de départ (souvent il faut investir si on veut pouvoir faire plus d’argent ensuite) et aller les acheter à l’épicerie. Prépare ta recette et tes portions puis fixe un prix. Tu auras probablement besoin de monnaie pour les acheteurs qui n’auront pas le montant exact. Trouve ensuite un endroit passant et le meilleur moment de la journée pour écouler ta production. Tu peux aussi simplement préparer de la limonade et offrir des verres à 1 $ les jours de canicule. Effort minimum et succès assuré.

8) Artiste-coiffeur

Si tu sais déjà faire des tresses, tu peux facilement trouver des manières de créer des coiffures élaborées et originales en ajoutant des élastiques colorés, des rubans, du fil à broder. C’est une bonne manière de laisser libre cours à ta créativité tout en offrant une coiffure unique et spéciale à celles (ou ceux!) qui ont envie de faire tourner les têtes.

9) Cueilleur de petits fruits

Il y a des champs près de chez toi? Comme la saison des petits fruits ne dure que quelques semaines, les producteurs ont besoin d’une équipe de cueilleurs pour collecter les précieuses fraises, les bleuets ou les framboises. Il faut se lever tôt et passer de longs moments accroupis, mais tu exerceras ta patience tout en profitant du grand air.

10) Entrepreneur

Bombes effervescentes pour le bain, décorations, étuis à crayons, bracelets... Même si ces objets existent déjà dans les magasins, tu peux en fabriquer et trouver une caractéristique (écolo, multifonction, design, santé) qui les rendra uniques, pour que les gens aient envie de les acquérir. De vrais grands entrepreneurs donnent des trucs pour démarrer ton entreprise ici : goo.gl/V2cmpa

Alimentation

Régal express

Des glaces et sorbets signés Gaël Vidricaire

Décidément, les glaces artisanales ont la cote! Au tour de Gaël Vidricaire de proposer dans sa pâtisserie du quartier Montcalm (200, rue Crémazie Ouest) des glaces et sorbets artisanaux faits maison. Servis sur cornet ou en coupe, ces délices glacés concoctés avec les meilleurs ingrédients se déclinent dans les saveurs de marron et abricots, agrumes et fines herbes, fraise, cerise ou pamplemousse rose pour les sorbets, et chocolat Manjari, caramel à la fleur de sel ou nougat au coulis de bleuet pour les glaces. On peut y ajouter une sauce au caramel, et pourquoi par opter aussi pour un macaron glacé! À noter que les saveurs devraient varier régulièrement au cours de l’été. Des formats pour emporter (12 onces) sont aussi en vente. Pour info : gaelvidricaire.com  

Vie de famille

Des maths à la plage

CHRONIQUE / Ma fille était triste l’autre jour, parce que l’école finissait. Ah oui? Pourquoi? Pas parce qu’elle ne pourrait plus voir tous ses amis et sa professeure, même si je sais qu’elle les adore. Non, parce qu’elle ne ferait plus de mathématiques!

Mais bon, ce ne sont pas tous les jeunes qui aiment l’école; d’autres comptent les dodos depuis un certain temps!

Mode

Les 12 indispensables de l’été en mode et en beauté

L’été, c’est fait pour jouer, dit la comptine. Et pour relaxer, se baigner, sortir avec des amis, faire du sport, bref, profiter de la vie. Pour vous aider à pratiquer toutes ces activités essentielles, voici quelques suggestions d’articles indispensables, aussi pensés pour ne pas faire un trou dans votre budget de vacances.

1) Le maillot de bain (photo principale)

L’indispensable vêtement estival, si désagréable à acheter, mais si plaisant à porter. Notre choix: les maillots de la compagnie québécoise la Vie en Rose. Abordables, durables, variés, et plus jolis les uns que les autres. 

(79,95 $) www.lavieenrose.com et liste des boutiques sur le site

***

Le p'tit Mag

C’est la fête du Québec!

Que se passe-t-il le 24 juin? Oui, l’école est finie (hourra!), et c’est un jour de congé pour tes parents (comme c’est un dimanche cette année, la plupart des gens auront congé lundi), mais c’est aussi la fête nationale des Québécois, qu’on appelle aussi la Saint-Jean-Baptiste.

Il y a longtemps, c’était une fête pour souligner le solstice d’été (autour du 21 juin, lorsque les journées sont les plus longues). Les Français ont associé ce moment de l’année à Saint-Jean, surnommé «le baptiste» parce qu’il a baptisé des gens — dont son cousin, Jésus.

Les habitants de la Nouvelle-France ont souligné la Saint-Jean comme à Paris, avec canons et feux d’artifice, dès 1638. La tradition s’est perdue après la conquête du territoire par les Anglais. En 1834, Ludger Duvernay, l’éditeur d’un journal appelé La Minerve, propose de relancer la fête et organise un grand banquet à Montréal. 

Le 24 juin a été officiellement proclamé jour de la fête nationale du Québec en 1977 par le gouvernement, alors que René Lévesque était Premier ministre.

Aujourd’hui, la plupart des villes et des quartiers organisent des fêtes le 23 ou le 24 juin, avec des activités spéciales, des spectacles, des feux d’artifice, des concours, des repas collectifs. Un spectacle est présenté sur les plaines d’Abraham et diffusé à la télévision et à la radio. Les familles sont invitées à la générale, le 23 juin à 15h.

Deux chansons importantes

- À la claire fontaine

L’Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal l’adopte comme air national pour les Canadiens-français en 1878. 

- Gens du pays

Cette chanson de Gilles Vigneault de 1975 (dont le refrain est chanté lors des anniversaires au Québec) est une déclaration d’amour aux Québécois.

Quelques rituels qui ont traversé le temps

›  Le feu de joie 

›  La volée de cloches 

›  La grande tablée (un repas communautaire pour célébrer)

Trois symboles du Québec

- Fleur : l’iris versicolore 

Alimentation

On a goûté : les repas de Tout cuit dans le bec

Ce n’est pas le choix qui manque au chapitre des repas prêts à manger livrés à domicile, alors que l’offre se multiplie ces dernières années!

Nous avons fait l’essai tout récemment des repas de Tout cuit dans le bec, une division du Groupe Je Reçois qui a fait son apparition il y a un an et qui a connu une croissance fulgurante — 300 % d’augmentation entre les six premiers mois et aujourd’hui, ce qui représente des milliers de plats expédiés chaque semaine au Québec et en Ontario.

Nous avons opté pour le coffret végétarien, qui comprend quatre portions individuelles de chacun des mets suivants : couscous aux légumes, sauté de tofu, pain de lentilles et manicotti fromage et épinards. Le tout a été livré au bureau (on peut aussi opter pour son domicile), dans une boîte isolante qui permet de garder les repas surgelés jusqu’à 48 heures après leur expédition — donc pas de stress si on n’a pas de congélateur!

On a apprécié d’avoir un suivi de notre commande, et le service à la clientèle efficace qui nous a permis de changer notre lieu de livraison.

D’emblée, le format des portions nous plaît : elles sont généreuses sans être démesurées. On a particulièrement aimé le pain de lentilles avec fromage mozzarella et sauce tomate — on en aurait même pris davantage, et un peu moins de purée de pommes de terre. Le plat de manicotti était aussi délicieux et généreux en fromage (un peu moins en sauce toutefois). 

Le sauté de tofu plaira à ceux qui aiment les sauces sucrées de style asiatique. La portion de protéines servie sur un lit d’orzo est généreuse, mais la quantité de légumes est plutôt chiche. Quant au couscous cari-orange avec pois chiches, brocolis, champignons, raisins secs, oignons et carottes — un peu sec —, on a aimé le mélange de saveurs, mais on aurait pris un peu plus de garnitures et un peu moins de semoule. Dans l’ensemble, on a trouvé l’essai concluant.

Outre le coffret végétarien (109,99 $ pour 16 plats), on a le choix parmi les suivants : BBQ (nouveau), asiatique, poissons, pâtes, plats sans allergènes. On peut également faire une sélection à l’unité. Il n’y a aucune obligation de commander régulièrement. Info : toutcuitdanslebec.ca  

Bière

Quoi boire pour la Saint-Jean?

CHRONIQUE / Bonne Saint-Jean à tous les Québécois, mais également à tous les francophones hors-Québec! Je vous souhaite de passer une très agréable fin de semaine entourés de vos proches et amis. Bien entendu, la bière sera votre complice d’agréables moments.

Je vous en propose donc cinq à boire à différents moments au cours des célébrations, pour le plus grand plaisir de vos papilles.