Le rossignol et autres fables (Igor Stravinsky, mise en scène de Robert Lepage) – 2011

Festival d’opéra de Québec

Un festival pour tous

Le Festival d’opéra de Québec en est à sa 9e présentation et a plus que jamais le vent dans les voiles ! Cette année encore, du 24 juillet au 4 août, deux magnifiques semaines de rendez-vous lyriques sont proposées. Une variété d’événements de très haut niveau artistique, accessibles à tous, sont présentés aux quatre coins de la ville.

L’opéra: des possibilités infinies

Qu’il s’agisse de séduire un public curieux de découvrir cet art captivant ou de satisfaire la cohorte des amateurs déjà conquise, le Festival mise sur la diversité. Avec un programme alliant popularité, découverte, jeunesse, pédagogie et humour, l’événement fait la démonstration que l’opéra n’a pas de frontières.

Un peu d’histoire

C’est par un rêve en 2008, qui coïncide avec le 400e anniversaire de la ville, que débute l’aventure du Festival d’opéra de Québec. Trois projets sont présentés cette année-là. En
première mondiale, Starmania Opéra, inspirée de l’œuvre de Luc Plamondon et Michel Berger, connaît un succès retentissant. La première production à l’opéra de Robert Lepage, Le Château de Barbe-Bleue et Erwatung, un ­programme double d’œuvres contemporaines, est chaudement applaudie. La venue du Concours international de chant Operalia, mis sur pied par Plácido Domingo, s’avère un coup de maître pour la ville. «Tout avait fonctionné de manière formidable et ça m’est arrivé comme une étincelle; je me suis dit que Québec devait avoir son festival d’opéra. Après avoir sondé l’intérêt auprès du milieu, l’initiative a pris forme. En 2011, le premier Festival est lancé!», raconte Grégoire Legendre, directeur général et artistique du Festival d’opéra de Québec.

Cinq bonnes raisons d’assister au Festival d’opéra de Québec

  • Bien implanté dans la communauté, il offre des occasions extraordinaires d’apprécier le talent d’artistes de renommée internationale.
  • Des productions uniques, rares ou inédites sont proposées. Tous les ans depuis sa création, c’est la découverte chaque fois!
  • Le public a l’occasion d’y voir et entendre, en primeur, des ­productions réalisées en ­collaboration avec le prestigieux Metropolitan Opera de New York.
  • Conçu pour plaire à un large public, certains événements sont gratuits. Voilà une belle occasion de s’initier à l’opéra, tandis que les passionnés y trouveront leur compte.
  • L’opéra unit tous les arts – le chant, le théâtre, la danse et les arts visuels – et plonge le spectateur dans un monde de rêve, hors du temps.
The Tempest (Thomas Adès, mise en scène de Robert Lepage) – avec Frédéric Antoun (Caliban) – 2012
La damnation de Faust (Hector Berlioz, mise en scène de Robert Lepage) – avec John Relyea (Méphistophélès, en rouge) et Gordon Gietz (Faust) – 2013

Une première depuis près d’un siècle

Il y a près de 100 ans qu’un opéra de Wagner n’a pas été entendu sur scène à Québec, conférant à l’événement une sorte de happening! Tant à l’égard du nombre d’artistes sur scène qu’en ce qui concerne les ressources finan­cières qui lui sont allouées, Le vaisseau fantôme de Richard Wagner constitue la plus ambitieuse production jamais réalisée par le Festival d’opéra de Québec. Production principale de l’édition 2019, cette œuvre majeure n’a jamais été présentée dans la capitale.

Le vaisseau fantôme: que dit la légende?

Condamné à errer éternellement en mer, le Hollandais peut revenir sur terre tous les sept ans afin de tenter d’obtenir son salut. Seule la fidélité d’une femme qui lui témoignera un amour absolu mettra fin à sa damnation. Aveuglé par la fortune de cet étrange marin – qui se garde bien de lui révéler sa malédiction –, le marchand norvégien Daland joue les entremetteurs et lui propose la main de sa fille Senta. Promise à Erik, celle-ci est depuis toujours fascinée par la légende du Hollandais: lorsque son père le lui présente, elle jure immédiatement à cet homme mystérieux un amour éternel. Mais les reproches amers d’Erik auront raison de ce lien. Persuadé de la tra­hison de la jeune femme, le Hollandais monte à bord de son vaisseau fantôme. Désemparée, Senta se jette dans l’océan, en un ultime geste salvateur. Source: Opera-Online

Une mise en scène signée François Girard

Né à Saint-Félicien, au Québec, François Girard est acclamé mondialement tant comme cinéaste que metteur en scène. Habitué de la scène lyrique internationale, il s’est fait remarquer notamment par ses mises en scène de Parsifal au Metropolitan Opera et Siegfried à la Canadian Opera Company, ainsi que par des films tels que Le Violon rouge (1998), Soie (2007) et Hochelaga, terre des âmes (2017). Ce dernier a représenté le Canada dans la course pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. Il signe en outre la mise en scène d’En attendant Godot de Samuel Beckett (2016). Pour le Cirque du Soleil, il conçoit et met en scène Zed, premier spectacle permanent à s’établir au Japon, et Zarkana, présenté au Radio City Music Hall (New York) et au Théâtre du Kremlin (Moscou) avant de s’installer à Las Vegas. Source: francoisgirard.ca

D’autres incontournables du Festival…

  • En collaboration avec Jeunesses Musicales Canada, Les noces de Figaro de Mozart prendra ­l’affiche au théâtre La Bordée.
  • Le jeune Verdi sera à l’honneur à l’occasion de concerts accompagnés d’un apéro et d’une causerie animée par Georges Nicholson (Chapelle du Musée de l’Amérique francophone). Gratuit.
  • Les Viennoiseries musicales sont de retour ! Redécouvrez ces airs accrocheurs, qui s’entremêlent aux valses de Strauss (Cathédrale Holy Trinity).
  • L’Amant jaloux – Récital humoristique plongera les spec­tateurs dans l’atmosphère galante, mais hypocrite, du Versailles d’avant la Révolution française (Musée national des beaux-arts du Québec).
  • Destiné aux 6 à 12 ans, ZoOpéra familiarise les jeunes à l’art lyrique en revisitant des fables de La Fontaine. Activité gratuite pour les enfants des Patros de la région de Québec.
  • Ambassadrice d’exception du Festival, la brigade lyrique revient animer les parcs et les lieux publics de la ville de Québec. Gratuit.

Quand l’opéra se démocratise

De spectacles qui font fureur tous les étés auprès des enfants qui fréquentent les Patros, aux générales ouvertes depuis maintenant 20 ans aux élèves du secondaire, l’opéra s’est largement démocratisé à Québec. Parmi les plus belles réussites, soulignons la Brigade lyrique, qui sillonne plusieurs lieux fréquentés tout au long du Festival. 

Occasions par excellence de s’initier à l’opéra et de découvrir de jeunes talents d’ici, les prestations de la brigade lyrique sont offertes deux fois par jour dans des secteurs achalandés de la région. Un quatuor de chanteurs en début de carrière se déplace et propose en plein air certains des plus beaux airs du répertoire lyrique.

Starmania (Luc Plamondon/Michel Berger) – avec Étienne Dupuis (Johnny Rockfort, en avant-plan) – 2016

Pourquoi l’opéra ? Les membres de la brigade expliquent

«C’est le théâtre qui m’attire dans l’opéra! Des histoires poignantes sont toujours à l’origine des airs que nous interprétons. Une fusion majestueuse de la musique, de l’histoire – parfois même de faits historiques véridiques – et de la voix, le premier instrument du monde. De vrais chefs-d’œuvre vivants!»
Stéphanie Lavoie

«Les émotions jouées et mises en musique depuis le 17siècle sont toujours vivantes de nos jours et le resteront longtemps! Même si parfois l’histoire de certains opéras peut sembler moins accessible, la mise en scène, les décors et la beauté de la musique sauront convaincre le public!»
Jonathan Gagné

«Au cours des sept dernières années, j’ai été une grande fan de la brigade lyrique. Je profitais du beau temps et pique-niquais en écoutant avec admiration mes collègues et amis se produire sur la scène ambulante. Je suis très excitée à l’idée d’y chanter à mon tour cet été!»
Émilie Baillargeon

«L’opéra est un art qui encourage l’artiste à être curieux. Pour l’auditeur, assister à un opéra est un exercice qui permet d’apprendre à prendre le temps d’écouter. C’est aussi une belle occasion de sortir de chez soi et de découvrir quelque chose de nouveau et de différent.»
Julien Horbatuk

Festivaloperaquebec.com