Contenu commandité
Un emploi pour moi: travailleurs immigrants
Un emploi pour moi
Un emploi pour moi: travailleurs immigrants
Partager
Travailleurs immigrants: Heureux d’être en emploi…  dans leur domaine !

Un emploi pour moi!

Travailleurs immigrants: Heureux d’être en emploi… dans leur domaine !

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Armand Ferry Peuwo Zeutsa et Rachida Berradj ont choisi le Québec comme terre d’accueil et s’y sont bâti une nouvelle vie. Grâce au Programme d’aide à l’intégration des immigrants et des minorités visibles en emploi (PRIIME), ils ont reçu l’aide nécessaire pour obtenir un premier emploi dans leur domaine de compétence.

Du Cameroun à l’Abitibi pour Armand Ferry Peuwo Zeutsa

Bien qu’il détienne un grade universitaire reconnu au Québec, Armand Ferry Peuwo Zeutsa, immigrant camerounais débarqué au pays il y a bientôt deux ans, estime dès le départ qu’il lui faut intégrer un emploi de niveau technique puisqu’il n’a aucune expérience de travail en Amérique du Nord et que ses connaissances doivent être adaptées. Par l’entremise d’un ami, il se joint à l’équipe d’une entreprise spécialisée dans les systèmes de sécurité à Amos.

«Avant même d’arriver au Canada, je ne voulais pas ne rien faire et j’ai décidé de miser sur quelqu’un qui allait m’orienter pour être fonctionnel rapidement, raconte celui qui possède un DEC en infor­matique industrielle et un baccalauréat en électrotechnique-technologie de l’électronique industrielle. Mon contact, un gars avec qui j’avais étudié, lui aussi immigrant, m’a fait connaître l’entreprise pour laquelle j’agis depuis en tant que technicien installateur.»


« Je considère qu’il est plus facile de trouver un emploi dans son domaine en région. »
Armand Ferry Peuwo Zeutsa

Le recrutement d’Armand Ferry s’est concrétisé grâce au programme PRIIME. «Je vois cette mesure comme un accompa­gnement, mais je voulais qu’on m’embauche pour mes qualités. Je considère qu’il est plus facile de trouver un emploi dans son domaine en région. Si j’ai eu de la difficulté à prononcer Abitibi-Témiscamingue, c’est dorénavant chez moi. Ma conjointe et mon fils de trois ans s’apprêtent à quitter le Cameroun pour venir me rejoindre.»

Rachida Berradj: relever courageu­sement tous les défis 

Originaire d’Algérie, Rachida Berradj foule le sol québécois en décembre 2009. Détentrice d’un baccalauréat en génie civil à son arrivée, elle s’installe d’abord à Montréal, puis acquiert avec son conjoint une résidence à Pincourt six ans plus tard. Après avoir effectué un retour aux études en vue d’obtenir un DEC en génie civil, elle occupe aujourd’hui un emploi de technicienne à l’estimation pour un constructeur de structures en béton situé à Saint-Rémi.

Rachida Berradj

«J’ai eu mon deuxième enfant alors que j’étais à l’école; ça n’a pas été facile parce qu’on ne dormait pas la nuit! Une fois mon cours terminé, en mai 2018, j’ai eu à relever un autre défi: j’avais besoin d’une première expérience de travail. En répondant à une offre, j’ai été référée à Emploi-Québec et c’est là que j’ai appris l’existence du programme PRIIME. La subvention salariale m’a aidée à être embauchée», raconte Rachida. 


« La subvention salariale m’a aidée à être em­bauchée. »
Rachida Berradj

Depuis un an et demi, Mme Berradj s’accomplit pleinement et réfléchit à la possibilité de redevenir ingénieure. «Je me sens motivée, j’avance et je commence à être autonome. Mon employeur m’a même proposé de nouvelles tâches sachant que j’ai un baccalauréat. À l’écart de la métropole en raison du prix trop élevé des maisons, j’ai un peu hésité au début à m’établir à Pincourt, mais je pense maintenant que je vais passer toute ma vie ici!»

Plus de cent mille emplois sont disponibles au Québec. Nombreux sont les travailleurs potentiels qui pourraient les occuper. Lancée par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS), la Grande corvée 2.0 vise à joindre les groupes les moins présents sur le marché du travail. Dans cette série, des histoires inspirantes vous sont présentées.

DEUXIÈME DE SIX

Entrevues et rédaction: Johanne Martin

D’autres témoignages en vidéos sur le site du MTESS (mtess.gouv.qc.ca/personneimmigrante).

Des soudeurs mexicains à Saint-Ludger

Un emploi pour moi!

Des soudeurs mexicains à Saint-Ludger

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Après avoir recruté avec succès cinq soudeurs mexicains en 2018, Dave Harvey vient d’en accueillir sept autres. À la tête d’une usine de fabrication de structures d’acier et de métaux ouvrés localisée à Saint-Ludger, en Estrie, l’homme n’a rien laissé au hasard pour assurer la rétention des travailleurs nécessaires à l’essor de l’entreprise.

La rareté de la main-d’œuvre qualifiée frappe très fort. Après avoir multiplié les appels de candidatures et devant la difficulté à attirer des immigrants en provenance de Montréal, l’entrepreneur choisit de prendre les grands moyens. Il y a deux ans, il décide de se rendre une première fois au Mexique afin de procéder, sur place, à des embauches. L’objectif qu’il poursuit: que les soudeurs recrutés et leur famille deviennent des résidents permanents. 

«J’ai d’abord préparé mon équipe à leur arrivée, par exemple en engageant un professeur pour donner des cours d’espagnol en entreprise, détaille Dave Harvey. J’ai aussi travaillé avec la communauté et un comité de bénévoles a été formé pour favoriser l’intégration des Mexicains. Je recherchais des gens pour qui venir au Canada était un projet de vie et je voulais que l’encadrement soit là. J’ai même acheté une maison pour loger les personnes.»


« En matière de recrutement à l’étranger, je suggère aux entrepreneurs de s’investir à fond dans la démarche. Le défi, c’est de garder les immigrants en région; il faut savoir les retenir pour ne pas avoir à recommencer tout le temps. »
Dave Harvey

Son dernier voyage de recrutement, l’homme d’affaires l’a réalisé en compagnie de Nestor, premier soudeur étranger à avoir joint le personnel de la compagnie aujourd’hui devenu fier ambassadeur de l’entreprise. «Je tiens à souligner que les familles de la cohorte initiale sont main­te­nant toutes établies à Saint-Ludger. Idéalement, lors des entrevues, je souhaite d’ailleurs que les familles soient présentes, ce qui me confirme que le projet a été réfléchi.»

De nouvelles mesures déployées par le MTESS          

Si Dave Harvey a mené ses démarches sans aide financière, différentes mesures ont depuis été déployées par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS), mesures qu’il voit d’un bon œil. Le recrutement international est désormais admissible au remboursement d’environ 50% des frais de transport, d’hébergement et de repas à l’étranger, jusqu’à concurrence de 5000$. Une aide maximale de 1000$ par travailleur immigrant est aussi offerte pour couvrir le coût du déménagement.

Pour en savoir plus sur les mesures et services offerts aux personnes immigrantes: mtess.gouv.qc.ca/personneimmigrante

Du soutien pour les travailleurs immigrants

Un emploi pour moi!

Du soutien pour les travailleurs immigrants

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Vous souhaitez occuper un emploi lié à vos compétences tout en favorisant votre intégration? Sachez qu’une multitude d’outils sont disponibles pour permettre aux personnes immigrantes d’accéder à une première expérience de travail pertinente.

LE PRIIME 
Le Programme d’aide à l’intégration des immigrants et des minorités visibles en emploi (PRIIME) a pour but de soutenir, dans leur domaine de compétence, l’intégration durable des nouveaux arrivants et des personnes issues d’une minorité visible lors d’une première expérience de travail. Une subvention représentant jusqu’à 70% du salaire et pouvant s’échelonner sur une période d’un an est versée à l’employeur. Des dépenses pour de la formation, de l’accompagnement et de l’intégration peuvent aussi être admissibles.   

LE PROGRAMME IPOP
Le programme d’intégration en emploi de personnes formées à l’étranger référées par un ordre professionnel (IPOP) répond quant à lui à la difficulté des travailleurs immigrants d’intégrer le marché du travail dans le cas des emplois réglementés par un ordre professionnel. «La mesure vise essentiellement à soutenir les personnes pendant leur transition professionnelle. Par exemple, un médecin vétérinaire étranger pourrait occuper un poste de technicien en santé animale en attendant de pouvoir joindre l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ). Ici aussi, l’aide accordée à l’employeur peut s’étaler sur 52 semaines», indique Martin Doiron, économiste au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS).

DE L’ACCOMPAGNEMENT
Le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) renforce sa présence au Québec avec l’ajout de 113 employés dans le réseau régional afin d’offrir des services aux personnes immigrantes, aux entreprises, aux partenaires et aux villes et municipalités régionales de comté (MRC). Ce déploiement s’effectue au sein du réseau de Services Québec, ce qui permet aux employés du MIFI de travailler dans les Centres locaux d’emploi ou dans les Bureaux de Services Québec sur l’ensemble du territoire québécois. «C’est tout nouveau!, commente M. Doiron. Ces ressources font équipe avec les agents d’aide à l’emploi du MTESS pour déterminer, sous forme de plan personnalisé, les besoins des gens à l’égard du logement, de l’inscription des enfants à l’école et de la vie dans la collectivité, notamment.»

Vous voulez en savoir plus?  Rendez-vous sur la section En action pour la main-d’œuvre du site Web du MTESS (mtess.gouv.qc.ca) pour découvrir les mesures disponibles.

En chiffres…

Un emploi pour moi!

En chiffres…

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Quelques données à connaître sur l’emploi et les personnes immigrantes au Québec.

746 600 
Nombre de personnes immigrantes en emploi au Québec en 2019

7,3 % 
Le taux de chômage des personnes immigrantes est passé de 13,9 % en 2009 à 7,3 % en 2019. 

182,3 M$ 
Investissement du MTESS en 2019-2020 pour les services aux personnes issues de l’immigration.

Pour en savoir plus sur les mesures et services offerts aux personnes immigrantes: mtess.gouv.qc.ca/personneimmigrante