La Trame verte et bleue métropolitaine

Profiter de la richesse naturelle de nos rivières

Elles s’appellent Jacques-Cartier, du Cap Rouge, Saint-Charles, du Berger, Beauport, Montmorency, Sainte-Anne, Chaudière, Etchemin et elles faisaient déjà couler beaucoup d’eau bien avant qu’elles ne soient traversées par des ponts. À l’époque de la Nouvelle-France, les coureurs des bois les ont remontées à la recherche de peaux de castor. Plus tard, sous le régime britannique, les draveurs les ont descendues pour conduire les «pitounes» jusqu’au port de Québec.

Aujourd’hui, les nombreuses rivières de la région qui se jettent dans le fleuve Saint-Laurent contribuent encore à notre richesse, à plusieurs points de vue. Nous reconnaissons tous leur grande valeur, mais pouvons-nous chiffrer les bénéfices des rivières, des forêts, des terres agricoles et autres milieux naturels pour la population?

Valeur économique des écosystèmes naturels et agricoles

C’est ce qu’a voulu savoir la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) lorsqu’elle a mandaté le consortium Ouranos et le chercheur Jérôme Dupras pour mener une étude sur la valeur économique du capital naturel des différents écosystèmes présents sur le territoire. L’équipe de chercheurs a évalué 15 services que nous fournissent les milieux naturels, tels que l’approvisionnement en eau, la régulation du climat, la qualité de l’air et la production agricole. Ils estiment la valeur du capital naturel à 1,125 milliard de dollars par an. En ajoutant la valeur du service de stockage de carbone, qui n’est pas annualisée, la valeur totale sur le territoire d’étude équivaut à environ 20 milliards de dollars!

Coulées vertes et bleues

L’un des objectifs de la Trame verte et bleue métropolitaine est de préserver et de mettre en valeur les corridors naturels que forment les rivières et leurs berges. Le long de ces Coulées vertes et bleues, qui s’étendent du fleuve vers l’intérieur du territoire, sont aménagés des sentiers pédestres et des pistes multifonctionnelles interconnectant les milieux naturels, en plus des passerelles et des belvédères qui permettent d’apprécier le paysage. À certains endroits, des rampes de mise à l’eau donnent même accès aux embarcations légères.

Parc riverain du Château-d’Eau

Ce lieu fait partie du parc linéaire de la rivière Saint-Charles, qui s’étend du Vieux-Port de Québec au lac Saint-Charles et est relié à un réseau de 32 km de sentiers pédestres. La contribution de la Trame verte et bleue métropolitaine a permis entre autres de poursuivre l’aménagement du parc en y ajoutant des sentiers, du mobilier urbain et des végétaux.

Outre la randonnée, on y peut pratiquer certains sports nautiques sur une portion de 20 km en eau très calme. La compagnie Canots Légaré loue divers types d’embarcations ainsi que les accessoires nécessaires à la pratique de ces activités sur la rivière.

Une ligne de sûreté protège la prise d’eau potable de la Ville de Québec au Château d’eau.

Parc naturel de la Rivière-du-Berger

Sur le site Web de la Ville de Québec, on le désigne encore comme le «futur» parc naturel de la Rivière-du-Berger tellement son aménagement est récent. Depuis 2017, une nouvelle passerelle en acier enjambe la rivière entre l’avenue Chauveau et l’autoroute Robert-Bourassa. Accessible par le parc de la Comtoise, sur la rue du même nom, elle représente un bel îlot de fraîcheur du quartier Lebourgneuf.

Il y a cinq ans, l'Organisme des bassins versants de la Capitale a mené un projet de réhabilitation de l'habitat de l'omble de fontaine, mieux connue sous le nom de truite mouchetée, dans la rivière du Berger à la hauteur de l'avenue du Zoo. Le nouveau parc naturel de la rivière du Berger fera sans doute le bonheur des pêcheurs.

La nouvelle passerelle en acier a été installée à l’automne 2017.

Parc linéaire de la Rivière-Beauport

La vocation récréative de la rivière Beauport ne date pas d’hier. Dès 1976, une halte routière se trouvait au coin de la rue Cambronne et de l'avenue des Cascades. Cette dernière tire d’ailleurs son nom de la magnifique Cascade situé près du parc Armand-Grenier. Aujourd’hui, le parc linéaire de la rivière Beauport crée un lien entre les quartiers patrimoniaux situés en bordure du fleuve et les nouveaux développements qui se trouvent de l’autre côté de l’autoroute Félix-Leclerc.

Malgré sa longue tradition récréotouristique, la rivière Beauport a fait l’objet de récentes transformations dans le cadre de la Trame verte et bleue métropolitaine. De nouveaux sentiers pédestres, des belvédères et une passerelle rendent encore plus accessible ce précieux parc urbain. Deux autres passerelles s’ajouteront l’an prochain.

La cascade vaut à elle seule la visite du parc linéaire de la Rivière-Beauport.

À PROPOS DE CETTE SÉRIE

En mars 2013, le gouvernement du Québec et la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) signaient le protocole d’entente pour la réalisation de la première phase de la Trame verte et bleue métropolitaine, visant à préserver et à mettre en valeur certains milieux naturels ainsi qu’à développer leur potentiel récréotouristique afin de contribuer à la qualité de vie des quelque 800 000 citoyens de la région. Sept ans plus tard, Le Soleil vous présente les 12 projets réalisés grâce à des investissements totalisant de près de 32 millions de dollars dans une série de quatre articles agrémentés de photos et de vidéos. Prochain rendez-vous: 15 août 2020.

Prochain rendez-vous: 15 août 2020.

Carte des 12 projets