Cégeps : 50 ans d'évolution

Les Cégeps, au coeur du développement du Québec

En 1967, douze cégeps situés aux quatre coins du Québec ouvraient leurs portes aux jeunes Québécoises et Québécois, marquant ainsi un tournant important dans l’histoire de la province. Leur ouverture constitue la solution aux problématiques soulevées par le rapport d’une commission royale d’enquête, présidée par Mgr Parent. Le Rapport Parent critiquait le faible niveau de scolarité des Québécois, l’accès difficile aux études supérieures, le nombre peu élevé de femmes que l’on y retrouvait et les coûts importants de celles-ci. Dans la région de Québec, deux institutions se trouvent parmi cette première génération de cégeps, le Cégep de Sainte-Foy et le Cégep Limoilou, qui célèbrent cette année leur 50e anniversaire.

En 1967, douze cégeps situés aux quatre coins du Québec ouvraient leurs portes aux jeunes Québécoises et Québécois, marquant ainsi un tournant important dans l’histoire de la province. Leur ouverture constitue la solution aux problématiques soulevées par le rapport d’une commission royale d’enquête, présidée par Mgr Parent. Le Rapport Parent critiquait le faible niveau de scolarité des Québécois, l’accès difficile aux études supérieures, le nombre peu élevé de femmes que l’on y retrouvait et les coûts importants de celles-ci. Dans la région de Québec, deux institutions se trouvent parmi cette première génération de cégeps, le Cégep de Sainte-Foy et le Cégep Limoilou, qui célèbrent cette année leur 50e anniversaire.

Un retour dans le temps

Le Cégep de Sainte-Foy a ouvert ses portes en 1967 et a succédé à l’Académie de Québec, une académie commerciale administrée par les Frères des Écoles chrétiennes depuis 1862, après avoir fait l’objet d’un projet-pilote gouvernemental de 1965 à 1967. Les programmes offerts à l’origine : six programmes techniques dans les champs de l’administration et la vente, le secrétariat et la santé et un programme menant à l’université. 

Le Cégep Limoilou, pour sa part, est issu du regroupement de l’Externat Saint-Jean-Eudes et de l’École de technologie de Québec et a hérité d’une grande expertise en enseignement technique. Dès son ouverture, il offre cinq programmes menant à l’université et treize programmes professionnels dans les champs des techniques physiques, des techniques humaines, de l’administration et de la santé.


« Le cégep, c’est une période de réflexion, une période importante qui permet de faire des choix de vie. Je pensais aller en droit, je me suis plutôt retrouvé en arts… Je fabriquais des jouets et des meubles dans mon garage à l’époque et le cégep a été mon premier réseau de ventes : ça m’a allumé sur l’entrepreneuriat… »
Louis Garneau, Cégep de Sainte-Foy

De nombreux programmes pour répondre aux besoins de la région et du Québec

En 50 ans, bien des choses ont changé et les cartes de programmes ainsi que les clientèles des cégeps ont évolué. Afin de s’adapter aux besoins des étudiants, du marché du travail et aux réalités propres à chaque époque, l’offre de formation a sans cesse été renouvelée pour aujourd’hui permettre aux jeunes, aux adultes et aux travailleurs de la région de se former dans une multitude de programmes, de profils de formation, de cours de perfectionnement, dans des domaines aussi variés que :

  • les sciences et technologies 
  • l’informatique et le multimédia 
  • le bâtiment et le génie
  • les arts, le design et la culture 
  • les sciences humaines 
  • les sciences de la santé 
  • les langues 
  • les sciences de l’administration 
  • l’environnement et la foresterie 
  • l’industrie touristique

Le Cégep de Sainte-Foy et le Cégep Limoilou ont sans cesse développé leur expertise en enseignement et offrent aujourd’hui, en plus des diplômes d’études collégiales (DEC), de nombreuses avenues de formations : attestation d’études collégiales destinées à une clientèle adulte (AEC), reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) pour permettre à des travailleurs qui veulent faire reconnaître l’expertise acquise sur le marché du travail et la traduire en diplôme, des cours de perfectionnement, des formations sur mesure, de la francisation des personnes immigrantes, des services aux entreprises…

Cégépiens d'exception : Cégep Limoilou

Yvon Charest, Sciences pures et appliquées - 1976 - Président et chef de la direction - iA Groupe financier

Une offre foisonnante de services aux étudiants

Pour de nombreux étudiants provenant de l’enseignement secondaire, le collégial constitue une période d’exploration, d’expérimentation, de confirmation de choix de carrière, de développement. Ce cheminement se fait naturellement en classe, mais également à travers les nombreux services et la diversité d’activités offertes dans chacun des cégeps.


« Le Cégep permet une grande liberté d’action. Dans mon cas, ce fut le déclencheur de ce que je voulais faire de ma vie professionnelle. Rien de mieux qu’un objectif pour passer à l’action avec tout le sérieux et l’énergie que ça mérite. »
Yvon Charest, Cégep Limoilou

Ces derniers constituent de véritables milieux de vie, et ce, depuis leur création en 1967. Loisirs, socioculturel, activités communautaires, sports, service de placement, orientation, aide pédagogique individuelle, psychologie et aide financière sont toujours offerts et sont maintenant bonifiés par des services d’aide à la réussite, les services d’aide s’adressant aux étudiants ayant des limitations fonctionnelles et les services parents-études pour ne nommer que ceux-là.

Grâce à l’ensemble des avenues de formation et des activités offertes au Cégep de Sainte-Foy et au Cégep Limoilou, en 2017, près de 14 000 personnes fréquentent chaque année l’un ou l’autre de ces établissements, qui comptent près de 150 000 diplômés depuis leur création. 

Si l’on considère qu’ils font partie d’un réseau regroupant 48 cégeps aux quatre coins de la province, on peut affirmer que les cégeps constituent depuis leur création un atout dans la formation de la main-d’œuvre et un puissant levier socio-économique pour le Québec en entier.