Salon Carrière Formation

Centre de recherche en infectiologie : pour une carrière remplie de découvertes !

Mise au point de vaccins prometteurs. Développement de nouveaux tests. Élaboration de traitements plus efficaces. Décidément, l’équipe du Centre de recherche en infectiologie (CRI) de l’Université Laval joue un rôle capital dans le domaine de la santé et de la qualité de vie aussi bien à Québec qu’aux quatre coins de la planète. Une contribution inestimable qui apporte beaucoup de satisfaction aux quelque 200 chercheurs, étudiants et professionnels de recherche liés à l’organisation.

« Que ce soit dans le domaine de la santé ou dans d’autres secteurs d’activité, les étudiants qui em­prun­tent la voie de la recherche en sciences auront une carrière pas­sionnante dans un environnement de travail très stimulant. Ces futurs chercheurs effectueront certainement des découvertes précieuses pour la santé humaine et animale », affirme le Dr Gary Kobinger, direc­teur du CRI, le plus grand centre de recherche francophone sur les maladies infectieuses au Canada. 

La passion du savoir

Sous la direction du Dr Kobinger, les chercheurs du CRI affichent leurs compétences et leur passion dans différents domaines liés à l’infec­tio­logie. Certains concentrent leurs travaux sur les infections bac­té­riennes (comme le traitement des «Super bugs»), virales (VIH/SIDA), parasitaires ou fongiques, tandis que d’autres exercent leurs activités en ce qui a trait aux études environ­nementales, à la recherche préventive et diagnostique. « Le CRI a été au cœur de plusieurs innovations comme l’appareil de diagnostic des infections bactériennes revogeneTM, commercialisé par GenePOC, une compagnie issue du CRI, et le condom invisible©. Ces découvertes seront d’ailleurs mises en évidence à notre kiosque au Salon Carrière Formation. »

Améliorer la santé de la population

En plus d’enrichir les connaissances, la recherche biomédicale est une alliée de premier plan pour découvrir de nouveaux traitements contre les maladies infectieuses (Ebola, Zika, candidose, leishmaniose, paludisme, grippe, pneumonie et autres). « La mise au point d’un vaccin, d’un test ou d’un traitement a pour objectif d’améliorer la santé et le mieux-être de la population. Les futurs chercheurs doivent prendre le relais et continuer à faire briller la flamme de la découverte », souligne le Dr Kobinger. Les étudiants de niveau universitaire en sciences peuvent d’ailleurs effectuer leurs études de maîtrise, de doctorat et de postdoctorat au CRI, sans comp­ter les stages d’été durant le baccalauréat.

Programme Chercheur-e d’un jour

Afin de faire connaître et de promouvoir les études scientifiques, le CRI a créé le programme Chercheur-e d’un jour. Tous les mercredis de l’année scolaire, les élèves de qua­trième et de cinquième se­con­daires des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches ont la possibilité de visiter les laboratoires, de discuter avec le personnel de recherche et de mieux orienter leur choix de carrière. « Nous voulons que ces jeunes en apprennent davantage sur les activités profes­sionnelles d’un chercheur et qu’ils développent de l’intérêt envers les sciences, le génie et les biotechnologies. » Depuis la création du programme en 1998, le CRI a accueilli 3357 élèves et 457 inter­venants du milieu scolaire. « Les jeunes sont l’avenir de la recherche », conclut  le Dr Kobinger.