Contenu commandité

Québec Exquis!

Le festival des chefs et des producteurs de la Capitale-Nationale

Redécouvrir sa ville en se régalant, c’est ce que vous propose la 8e édition du plus important festival culinaire de Québec. Du 17 au 29 avril, Québec Exquis! découvre les vins du Languedoc et propose une expérience gourmande unique! Cette année, plus que jamais, la ville de Québec s’anime au rythme de ces rendez-vous orchestrés par Québec Exquis! alors voici un top 5 des activités à faire durant le festival.

1. MANGER DANS LES MEILLEURS RESTAURANTS À PRIX D’AMI

Bien sûr, Québec Exquis!, c’est encore et toujours le plaisir de s’offrir un choix extraordinaire de bonnes tables à prix d’ami, avec des menus 3 services midi et soir (20$ pour le repas du midi, 40$, 50$ ou 60$ pour le repas du soir, selon les établissements). Le concept: chaque restaurant est partenaire d’un producteur-transformateur de la région et le chef a pour mission de faire découvrir ses produits dans son menu exclusif.  Cette année, vous dégusterez la cuisine de vos chefs préférés tout en découvrant les vins de la région invitée, le Languedoc. C’est une terre de soleil et de grands vins, la plus ancienne région vinicole de France, que les sommeliers des 25 restaurants participants se feront un plaisir de vous faire apprécier avec les menus. Autre nouveauté : vous pourrez aussi inviter la marmaille grâce à la promotion «Jeunes gourmands» durant laquelle une dizaine de restaurants proposeront un plat à 15$ pour les moins de 12 ans. 

Plus aboutie que jamais, la 8e édition de Québec Exquis! passe de 20 duos chef-producteur à 25 trios chef-producteur-photographe. Allez lire leur histoire et consulter leurs menus au quebecexquis.com; vous serez séduit, encore et toujours! Mais faites vite, les réservations s’envolent! 

2. LE GRAND FESTIN DES PRODUCTEURS DE QUÉBEC EXQUIS!

Plus grand et plus spectaculaire, le Grand festin est de retour, le 21 avril, avec une impressionnante table longue de 150 pieds accueillant, coude à coude, 150 convives. Les épicuriens sont invités à partager un repas «de la terre à la table» en compagnie des artisans qui font la renommée de Québec Exquis! dans le magnifique décor de l’Espace Urbain du Centre des congrès de Québec.

Le nouveau chef du Centre des congrès de Québec, Jean-Pierre Cloutier, sera jumelé avec le chef Olivier Bernadet du ­restaurant La Traite à Wendake ainsi qu’un invité spécial, Baptiste Peupion – chef exécutif du Fairmont Le Reine Elizabeth. Finalement, le chef pâtissier Éric Lessard, du restaurant Le Saint-Amour, s’occupera du dessert! Cette activité est au profit de la Tablée des Chefs qui vient en aide aux jeunes dans le besoin.

Festival Québec exquis

Plein les papilles !

Du 17 au 29 avril, Québec Exquis!, le plus important festival gastronomique de Québec (en nomination pour le meilleur événement culinaire de la province aux Lauriers de la gastronomie), fête sa 8e édition en grand, avec ses six volets Manger, Déguster, Découvrir, Cuisiner, Sortir et Dormir qui vous permettent d’arpenter la capitale à votre rythme, tout en vous régalant. Bien sûr, la raison d’être de cette grande fête gourmande, c’est de célébrer le lien unique de proximité qui lie les chefs aux artisans de notre beau coin de pays et qui fait de Québec une destination culinaire unique en Amérique du Nord; et ça commence au resto!

Pendant deux semaines, chacun des 25 chefs partenaires de l’événement est jumelé avec un artisan de la région (fromager, éleveur de bœuf, de porc ou de volaille, cidriculteur ou producteur de cassis, d’argousier, de canneberges transformées en produits fins, de miel, d’ail noir, de verdures, de poisson fumé ou d’huiles essentielles) afin de créer des menus table d’hôte du midi et du soir à prix d’ami. Ces menus, qui sont jumelés à des vins d’exception du Languedoc et dont plusieurs proposent aussi des finales chocolatées préparées avec les chocolats de Cacao Barry, sont tout simplement sensationnels par la créativité et la passion qu’ils démontrent! 

Mais Québec Exquis!, c’est toute la ville qui se met en mode festif,  avec ses parcours épicuriens, durant lesquels on découvre des bijoux de boutiques gourmandes ou de bars sympas dans différentes artères commerciales qui proposent leurs coups de cœur aux visiteurs sous forme de bouchées, de produits locaux ou de cocktails; ce sont des films qui célèbrent la table au Cinéma Le Clap et une exposition de photos, L’Expression du goût, qui présente le travail de 25 photographes ayant suivi les chefs et producteurs de Québec Exquis! dans leur quotidien. Ce sont des cours de cuisine, des ateliers de dégustation de vins ou la découverte d’accords fascinants avec des bières artisanales. Québec Exquis!, c’est aussi un marché éphémère où les producteurs vous accueillent avec bar à bouchées, suivi par un grand festin de type «de la terre à la table», créé uniquement avec les ingrédients de ces artisans talentueux et qui réunira 150 convives à une même table. 

ÉVÉNEMENT DE LA DÉCAPOTABLE

Événement de la décapotable à Place Ste-Foy: du rêve à la réalité

Si vous avez magasiné à Place Ste-Foy au cours de la dernière semaine, vous avez sûrement remarqué les superbes voitures décapotables qui sont en exposition dans la cour SAKS, la cour Tanguay et la cours centrale. Jusqu’au 2 mai, cinq concessionnaires de la région, soit Audi Ste-Foy, BMW Ville de Québec, Desjardins Auto Collection, Jaguar Land Rover de Québec et Mercedes-Benz de Québec, y présentent leurs plus récents modèles de cabriolet.

Le clou de l’événement sera sans contredit la présence des animateurs Luc-Olivier Chamberland, Benoît Charrette, Samuel Lessard et Pierre Michaud de l’émission RPM, qui seront au centre commercial le samedi 28 avril pour répondre aux questions du public et offrir des conseils d’achat. «Avec l’arrivée des
belles journées ensoleillées, l’Événement de la décapotable constitue un beau prétexte pour parler de voitures», explique Pierre Michaud en précisant que son équipe répondra aussi aux questions qui ne concernent pas les cabriolets. 

Des acheteurs passionnés

Alors que dans les États américains du sud comme la Floride et la Californie, les gens achètent des décapotables comme véhicule principal pour tous leurs déplacements, les Québécois, quant à eux, considèrent ce type de véhicule comme un loisir saisonnier au même titre qu’une moto ou une autocaravane. «Rares sont les propriétaires de cabriolet qui l’utilisent en hiver, même si les toits souples sont mieux isolés aujourd’hui qu’il y a quelques années», mentionne l’animateur télé et chroniqueur radio. «Pour la très grande majorité d’entre eux, il s’agit d’un deuxième, voire d’un troisième véhicule.»

Les propriétaires de décapotables sont des gens passionnés. Ils prennent soin de leur voiture comme la prunelle de leurs yeux. Ils la bichonnent, la pomponnent, la polissent dans leur garage pendant tout l’hiver en attendant l’arrivée des beaux jours. Ils conduisent pour le plaisir et passent leurs temps libres à visiter famille et amis ou encore à se balader sur les petites routes de campagne pour jouir pleinement des paysages. 

Les femmes les adorent

Selon Pierre Michaud, la gente féminine apprécie particulièrement de conduire cheveux au vent. «Les cabriolets exercent un grand attrait auprès des femmes, tout comme le Jeep Wrangler décapotable, ajoute Pierre Michaud. Les hommes se tournent quant à eux vers les modèles haut de gamme comme la Porsche ou la Camaro pour des questions de performance. Enfin, on trouve parmi les clients de voitures décapotables de nombreux retraités, dont d’anciens adeptes de motos qui recherchent le même sentiment de liberté, mais avec un niveau de sécurité accru. La Mustang décapotable, qui est maintenant offerte avec un moteur quatre cylindres, demeure la ­préférée des Québécois de tous âges en raison de son prix abordable.» 

Et vous, quelle est votre voiture décapotable préférée? Lors de votre visite à Place Ste-Foy, remplissez le coupon de participation disponible dans la cour centrale en indiquant votre modèle favori parmi ceux qui sont en exposition. 

Vous courez la chance de gagner une escapade d’un week-end au Fairmont Le Manoir Richelieu au volant d’une rutilante décapotable, gracieuseté de Mercedes-Benz de Québec. 

RGF-CN

Retenir les talents: relever le défi de créer des milieux de travail plus inclusifs

Selon plusieurs études, dans les milieux à prédominance masculine où aucun ajustement n’est effectué et où elles portent seules le fardeau de leur intégration, 50% des femmes finissent par abandonner leur emploi. Si les embûches sont nombreuses, un nouvel outil destiné à rendre les organisations plus inclusives vient d’être lancé.

Malgré une présence sans cesse grandissante des femmes sur le marché du travail, certaines professions leur sont toujours difficilement accessibles et offrent des conditions salariales inférieures à celles des hommes. Les femmes qui osent ­choisir des métiers à prédominance masculine sont généralement confrontées à des ­obstacles multiples, interreliés et souvent méconnus. Au-delà de l’embauche, il ­importe donc se pencher sur le maintien et l’avancement professionnels des femmes et déployer une approche globale.

«À la portée de toutes les organisations, une solution adaptée et personnalisée est dorénavant disponible. L’élaboration d’un outil, le Guide pour des milieux de travail ­inclusifs, représente l’aboutissement de trois années de consultation et s’appuie sur trois leviers essentiels, soit le climat de travail, les pratiques de gestion et l’équi­libre travail-vie personnelle», résume Judy Coulombe, agente de développement au Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale (Portneuf-Québec-Charlevoix).

Peu importe sa taille ou son domaine ­d’activité, toute organisation qui souhaite améliorer ses pratiques trouvera dans le guide une procédure pouvant être utilisée tant par un comité mixte, un gestionnaire, un syndicat ou un service des ressources humaines. Un ensemble de fiches thématiques – portant par exemple sur la prévision des besoins en personnel ou sur ­l’organisation des postes de travail – ­permet d’accompagner l’employeur ou l’employeuse dans la réalisation des ­actions à initier. Il s’agit de mesures qui ont fait leurs preuves pour favoriser le maintien en emploi des femmes dans les milieux à prédominance masculine.

  

Boutique Imaginaire

Boutique Imaginaire de Sherbrooke: vraiment fantastique!

Entrer dans la boutique Imaginaire de Sherbrooke, c’est découvrir un univers fantastique où le spectaculaire et le ludique se rencontrent. Son effet «wow» dépasse d’ailleurs les frontières puisque la boutique vient de remporter un prestigieux prix pour son design unique.

Remis lors du GAMA Tradeshow 2018, qui se tenait à Reno, au Nevada, du 12 au 16 mars, le prix a été attribué à la boutique ­québécoise à l’occasion des prix Power Retail. La boutique Imaginaire s’est ainsi vue remettre la mention Outstanding Store Design, devenant ainsi le magasin le plus exceptionnel au pays. 

En compétition avec des magasins des États-Unis, de l’Australie et même du Pérou, la boutique de Sherbrooke s’est démarquée par l’effet grandiose de son design unique ainsi que par la philosophie derrière la conception de celui-ci.

BOUTIQUE IMAGINAIRE

Plus grand que nature

Des monstres, des elfes, quelques humains parcourent la forêt à la recherche d'un trésor mystérieux. Un mage les dirige pour éviter de mauvaises rencontres. Ça pourrait être une scène de film, mais non, c'est un jeu de rôles grandeur nature. Gérant de la section jeux à la boutique Imaginaire de Laurier Québec, Samuel Gauthier est un adepte de ces rencontres depuis plus de 10 ans, il nous explique ce qu’est un grandeur nature et comment on peut y participer.

Q. Une rencontre grandeur nature, qu’est-ce que c’est ?

R. C’est un mélange de jeu sur table et de théâtre d’improvisation. Dans un décor extérieur de grande envergure, des participants plongent dans un univers bien défini. Dans la plupart des grandeurs nature, les joueurs créent eux-mêmes leurs personnages et vont agir dans le but de remplir des objectifs spécifiques.

Une partie peut durer de 12 heures à une semaine, mais le plus souvent elle se déroule sur trois jours, du vendredi au dimanche. Un périmètre est prévu pour cela en extérieur avec des décors grandeur nature. L’univers médiéval fantastique, comme dans le Seigneur des Anneaux, est privilégié.

Q. Est-ce le seul univers possible ?

R. Non, c’est le plus fréquent, mais on en trouve d’autres. Dans un monde médiéval fantastique, on peut jouer toutes sortes de personnages : des humains, des elfes, des démons, des mages, etc. Ça permet à chacun de trouver le rôle qui lui correspond. Qu’on soit plutôt guerrier ou plutôt marchand, on y trouvera de quoi satisfaire ses préférences.

Il existe aussi des grandeurs nature post-apocalyptiques qui représentent une société moderne après un cataclysme, que ce soit une guerre nucléaire, une collision avec une météorite ou encore une catastrophe naturelle. Le jeu ne consistera plus à combattre des démons, mais plutôt à trouver de la nourriture. On pourra rencontrer des zombies dans un univers proche de la série Walking Dead par exemple.

Plus rarement, on trouvera des grandeurs nature historiques. Dans ces jeux, pas de magie, pas de fantastique, mais une reconstitution d’une époque bien définie. Les règles du jeu sont souvent plus simples, l’essentiel étant de se plonger dans l’histoire. Il existe aussi quelques grandeurs nature de science-fiction comme par ensemble ceux qui vous plongent dans l’univers de Star Wars.

Boomers et fiers de l'être!

Aux Jardins de la Noblesse: être heureux, c’est bon pour la santé!

Les aînés qui habitent au complexe résidentiel Les Jardins de la Noblesse cultivent leur bonheur au quotidien ! En plus d’évoluer dans un établissement aux dimensions humaines, ils profitent d’une foule d’activités et de services qui ajoutent de la valeur à leur qualité de vie, sans compter une approche personnalisée en matière de sécurité et de santé. Décidément, il y a de quoi sourire à la vie  !

«Le complexe résidentiel Les Jardins de la Noblesse réunit toutes les conditions qui permettent aux aînés autonomes et semi-autonomes d’être actifs, épanouis et heureux, affirme Hélène Desforges, directrice générale. Notre résidence se distingue notamment par son caractère familial, son ambiance conviviale et la qualité de son personnel. Les résidents apprécient tout particulièrement les plaisirs de la table et les activités sociales.» En tant que résidence évolutive, Les Jardins de la Noblesse vous offrent aide, confort et sécurité selon l’évolution de votre état de santé. Et vous demeurez toujours au cœur de l’action!

Appartements pour tous les goûts
Stratégiquement situés dans le secteur Charlesbourg, à deux pas du parc municipal Henri-Casault, Les Jardins de la Noblesse regroupent une belle variété d’appartements (studios, 2½, 3½, 4½, 5½) lumineux et modernes, dont la superficie varie de 469 à 1478 pieds carrés. «Nous offrons des habitations de luxe pour personnes autonomes, des appartements-services en formule tout inclus et de l’hébergement pour les aînés semi-autonomes. Il y en a pour tous les goûts et tous les besoins.» Un magnifique toit-terrasse aménagé sur l’immeuble de quatre étages procure une vue exceptionnelle sur les paysages environnants.

Qualité de services
Les Jardins de la Noblesse regroupent 15000 pieds carrés d’espaces communs avec climatisation. Les gens heureux ont ainsi accès à un large éventail d’activités et de services, incluant trois repas par jour avec service aux tables, salon de coiffure, salle d’exercices, salle de cinéma, piscines intérieure et extérieure, bibliothèque ainsi que soins des pieds, de massothérapie et d’esthétique. La salle de cinéma, le bingo et la chorale constituent des activités qui rehaussent le plaisir de vivre.

Boomers et fiers de l'être!

Mesures pour favoriser le départ en vacances des seniors

Plusieurs destinations ont mis en place des mesures visant à améliorer le taux de départ en vacances des personnes du troisième âge. Ces programmes permettent de réduire les effets négatifs de la saisonnalité en favorisant des séjours en dehors des périodes touristiques les plus achalandées. Un rapport de Christophe Bouillon, député de Seine Maritime et vice-président de la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale, relève 17 mesures pour rendre la France plus attractive pour les touristes seniors.

IMSERSO, le précurseur espagnol
Le Programme de Vacances pour les Personnes Âgées et pour le Maintien de l’Emploi dans les Zones Touristiques de l’Instituto de Mayores y Servicio Sociales (IMSERSO) a été lancé en 1985 par le ministère espagnol des Affaires sociales. Son but principal: augmenter le taux de départ en vacances des personnes âgées à faible revenu en basse saison afin de réduire les effets négatifs de la saisonnalité et maintenir les emplois touristiques en prolongeant la saison. Ce programme est cofinancé par l’État, les acteurs des secteurs du transport et ceux de l’hébergement qui octroient une réduction de 70% de leurs tarifs aux personnes de plus de 65 ans, à celles qui bénéficient du système public de retraite ou encore aux préretraités de plus de 60 ans. Le gouvernement finance quant à lui le programme à hauteur de 20%. Pour chaque euro investi par l’État espagnol, celui-ci récupère 1,8 euro. Près de 900000 personnes ont bénéficié de ce programme, selon les données fournies dans le rapport annuel d’IMSERSO.

Seniors en vacances, un programme de l’ANCV française
Depuis 2007, Seniors en Vacances (SEV) permet aux personnes âgées françaises de s’offrir des séjours touristiques. Initié par l’Agence Nationale pour les Chèques-Vacances (ANCV), ce programme est soutenu par le Secrétariat d’État au Tourisme. Il propose aux seniors en situation de précarité économique ou sociale des voyages tout compris (sauf le transport), en solitaire ou en groupe, hors des périodes de pointe de juillet et août, à des tarifs préférentiels. En novembre 2016, le Comité interministériel du Tourisme est venu appuyer ce programme en y injectant 5,7 millions d’euros afin de susciter le départ en vacances de 30000 retraités à faible revenu additionnels. Depuis 2007, plus de 290000 personnes âgées de 60 ans et plus ont bénéficié de ce programme.

Fondation INATEL s’associe à IMSERSO
Il y a un peu plus de vingt ans, INATEL dont la mission est de promouvoir les loisirs des jeunes Portugais, des travailleurs et des seniors, a créé deux programmes pour les personnes du troisième âge: «tourisme» et «santé et le thermalisme». Les séjours sont organisés en dehors de la haute saison et les coûts varient en fonction des revenus. INATEL a conclu un accord de partenariat avec IMSERSO pour des échanges entre les deux pays ainsi que des accords avec le Brésil. De 1995 à 2014, plus de 700000 personnes âgées de 65 ans et plus ont bénéficié du programme de tourisme. Pour chaque euro investi dans le programme tourisme, 1,7 euro est généré en bénéfices directs ou indirects.

En Amérique du Sud
Deux pays de ce continent se distinguent par leurs programmes destinés à favoriser le départ en vacances des seniors: le Chili et le Brésil. S’inspirant d’IMSERSO, Vacaciones Tercera Edad, un programme du Service national du Tourisme du Chili, subventionne de 33% à 74% du coût total du séjour incluant le transport, l’hébergement, les activités et l’assurance. Le programme connaît un bon succès puisque le nombre annuel de bénéficiaires a augmenté de plus de 350% entre 2001, année de sa création, et 2013. Plus de 400000 personnes ont pu partir en vacances, hors saison, grâce à ce programme.

Au Brésil, la première édition (2007-2010) du Viaja Mais Melhor Idad, une initiative du ministère du Tourisme visant à faciliter l’inclusion sur le marché du voyage des personnes de plus de 60 ans, a permis la vente de 600  000 forfaits touristiques et généré des recettes de 208 millions de dollars canadiens. Le pays a enregistré une augmentation du taux d’occupation de plusieurs prestataires de services touristiques et réduit les effets de la saisonnalité. 

Au Québec, plus d’une personne sur six est âgée de 65 ans et plus. En 2013, environ 3% de la population aînée québécoise était en situation de faible revenu. Nul doute que des programmes d’aide favorisant le départ en vacances de ces personnes seraient bénéfiques tant sur le plan social qu’économique.

Chantal Neault
Réseau de veille en tourisme, Chaire de tourisme Transat

Boomers et fiers de l'être !

Résidences privées pour aînés: le RQRA déboulonne les mythes

«Il n’y a pas de vie sociale.» «On y mange des patates en poudre.» «Les résidents s’ennuient.» «On se berce à longueur de journée.» Autant de mythes que le Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA) prend plaisir à déboulonner dans le cadre de sa campagne annuelle d’information qui atteindra son couronnement lors d’une grande journée portes ouvertes dans des centaines de résidences participantes le 29 avril.

Sous le thème Les résidences pour aînés, ce n’est pas ce que vous pensez, le RQRA remet les pendules à l’heure, tout en mettant l’accent sur les avantages de vivre en résidence. «Cette campagne s’adresse aussi bien aux aînés et à leurs familles qu’aux personnes âgées de 50 à 65 ans. Bien que la situation s’améliore, certains mythes ont encore la vie dure. Il est temps de rétablir les faits et de montrer que les gens qui habitent en résidence y mènent une vie très agréable», explique Yves Desjardins, président-directeur général du RQRA.

Campagne bien orchestrée
Afin de bien livrer son message, le RQRA utilise judicieusement les médias traditionnels, l’Internet et les médias sociaux. Le microsite de l’organisme met en vedette Florence et Jean-Christophe, deux jeunes qui ont vécu des moments inoubliables lors d’un récent séjour en résidence. 

«Je n’aurais jamais pensé que la vie pouvait y être si intense», affirme Jean-Christophe. Quant à Florence, elle dit avoir vécu une journée «mégastimulante». Une visite sur le microsite www.jeunes-aines.com  vous permettra de partager leur expérience et, surtout, de constater «qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer en résidence privée pour aînés.»

Des témoignages qui en disent long
Lors du tournage de la vidéo, le RQRA a recueilli plusieurs témoignages qui mettent en valeur les différentes facettes de la vie en résidence. Sur le plan de la vie sociale, «il y a
toujours des sourires et des bonjours ici», affirme une résidente. Au sujet de la qualité des repas, «les gens de la cuisine sont affables. Ils nous demandent ce qu’on veut et ce qu’on aime», souligne un occupant. Quant aux activités, «c’est comme un resort, ici ! On ne s’ennuie pas.» En conclusion, un résident précise qu’il n’a plus d’abri Tempo à monter, plus de gazon à tondre et plus de neige à pelleter. Et vive les services! «Les résidences privées pour aînés sont des milieux chaleureux et confortables, où chacun peut avoir une vie active, épanouissante et heureuse», mentionne Yves Desjardins.

Vivez l’expérience le 29 avril
Le RQRA vous invite à participer à la journée portes ouvertes qui se déroulera dans de nombreuses résidences le dimanche 29 avril 2018 de 13 h à 16 h. Lors de votre visite des lieux et de vos discussions avec les résidents, vous constaterez vous aussi que  «les résidences privées pour aînés, ce n’est pas ce que vous pensiez». Le RQRA organisera d’autres événements publics au cours de l’automne. Pour plus d’information, visitez le site rqra.qc.ca.

Boomers et fiers de l'être!

Les snowbirds migrent vers d’autres cieux

Chaque année, des centaines de milliers de retraités québécois choisissent de passer l’hiver au chaud. Bien que la Floride demeure l’endroit de prédilection des snowbirds, d’autres destinations gagnent en popularité dans les Amériques et en Europe.

En raison de la proximité, de la culture et de la langue, les États américains du Texas, de l’Arizona, de la Californie et du Nouveau-Mexique accueillent de nombreux visiteurs de la Belle Province. Certains sont attirés par les nombreux parcs nationaux, les magnifiques plages et les nombreux terrains de golf, tandis que d’autres préfèrent l’aventure, les activités de plein air et la vie culturelle. De plus en plus populaire, l’État d’Hawaï propose rien de moins que le paradis sur terre avec ses plages à couper le souffle, ses imposants volcans et ses jungles luxuriantes.

Cap sur le Mexique
Pays de soleil et de plages, le Mexique est une destination prisée par les voyageurs saisonniers. Abordable sur le plan économique, il recèle un patrimoine culturel exceptionnel avec ses villages historiques, ses temples mayas et ses ruines d’une autre époque. Parmi les villes préférées des snowbirds, Puerto Vallarta, située sur la côte Pacifique du Mexique, occupe une place de choix. Cette station balnéaire est réputée pour ses plages, ses restaurants, ses sports nautiques et sa vie nocturne. D’autres destinations latino-américaines retiennent de plus en plus l’attention dont le Bélize et le Panama. Ces deux pays offrent des programmes spéciaux, incluant des rabais sur certains services, afin d’attirer les retraités.

L’Espagne et le Portugal en tête
Misant sur des conditions climatiques avantageuses, des infrastructures modernes, une culture vibrante et une fine gastronomie, l’Espagne, et notamment la Costa del Sol, séduit un nombre croissant de retraités québécois. Située en Andalousie, au sud du pays, sur les bords de la Méditerranée, la Costa del Sol est la partie la plus ensoleillée du littoral espagnol. Les stations balnéaires de Malaga, de Torremolinos et de Marbella constituent des lieux très fréquentés.

Le Portugal représente également un endroit de choix pour les retraités qui aiment le soleil, les plages et le golf. Renommé pour ses vins, son porto et son héritage culturel, le Portugal se distingue par un faible coût de la vie par rapport à d’autres destinations européennes. Durant l’hiver, les snowbirds passent du bon temps dans les régions d’Alentjo, de Lisbonne et de Cascais.

Assurance voyage
Si vous prévoyez visiter l’un ou l’autre des endroits mentionnés précédemment durant l’hiver ou à tout moment de l’année, souscrivez à une assurance voyage qui répond à vos besoins et qui est adaptée à votre état de santé. Informez-vous également sur l’importance d’une vaccination, s’il y a lieu.