Planification financière et retraite

Pas de retraite pour moi !

Il n’est pas rare d’entendre certaines personnes affirmer qu’elles n’envisagent pas de prendre leur retraite pour diverses raisons, dont l’ennui. «  Qu’est-ce que je vais faire à me tourner les pouces tout seul chez moi. Je vais m’ennuyer.  » C’est effectivement une possibilité de ne jamais s’arrêter… à condition que votre santé vous le permette !

Pierre a 53 ans. Il n’a que très peu épargné en vue d’une retraite qu’il n’envisage pas. Ayant toujours travaillé au public, il désirait continuer jusqu’à tout récemment, alors que de petites douleurs aux jambes sont apparues puisque l’emploi qu’il occupe le force à demeurer debout toute la journée. Or, plus les heures passent, plus la douleur se fait sentir. Il n’a que 53 ans… Même se tenir debout, derrière une simple caisse enregistreuse, peut devenir insupportable pour quelqu’un qui souffre de problèmes musculaires. Face à ce constat, Pierre n’a d’autres choix que de penser à commencer à amasser de l’argent en vue d’une retraite, à tout le moins une semi-retraite, qu’il devra prendre en prévision de problèmes de santé imprévus.

«  Il n’y a pas d’âge pour commencer à économiser en vue de sa retraite. Toutefois, afin d’atteindre l’objectif fixé, il faudra mettre les bouchées doubles  », commente Steeve Queenton de la firme REGAR gestion financière de Québec. 

L’espérance de vie augmente. Aussi, généralement, les projections en vue de la planification financière de la retraite sont faites jusqu’à l’âge de 95 ans. De 65 à 95 ans, il y a tout de même 30 ans. N’est-ce pas une vie en soi ? Pourquoi s’en priver ! C’est le manque d’argent, la tolérance au ­risque et le manque de connaissances qui empêche les Canadiens d’investir. C’est du moins ce qui ressort d’un récent sondage mené par Investissements Tangerine. S’ils investissement peu, 67  % des gens interrogés et considérés comme des non-investisseurs conviennent qu’investir devrait être une priorité, même s’ils sont endettés. Le sondage en ligne, mené auprès de 1510 adultes ­canadiens choisis au hasard parmi les panélistes du Forum Angus Reid, démontre que plus du tiers des Canadiens interrogés (36  %) ne possèdent pas de compte ­d’investissement.  

«  Il y a seulement 4  % des non-­investisseurs qui ont déjà envisagé sérieusement d’en ouvrir un. Quand on leur a demandé les raisons pour lesquelles ils ne font pas d’investissement, 70 % des non-investisseurs ont affirmé ne pas avoir suffisamment d’argent, 25 % ont dit craindre de perdre de ­l’argent, et 20 % ont indiqué ne pas être assez renseignés sur la façon d’investir leur argent et que c’est trop complexe  », lit-on.

La question de la retraite semble préoccuper, puisqu’elle se situe au premier rang des raisons qui les inciteraient à investir, avec 50 %. Une proportion de 36 % le ferait pour faire fructifier leur argent plus rapidement et 29 % aimeraient réaliser un projet important, comme payer les études d’un enfant, prendre des vacances ou acheter une maison.