À l'assaut des pentes

Les premiers arrivés sur les pentes

Vous aimez être le premier à tracer de longs et sinueux virages dans la neige poudreuse le matin ? Les lève-tôt et « ski-tôt » ont une astuce : ils évitent le trafic sur la route et dorment au pied de la montagne.

Ces dernières années, bon nombre de citadins et de familles ont décidé de déménager et d’habiter près de la nature et de la montagne. Les raisons sont nombreuses : l’environnement enchanteur certes, mais aussi le mode de vie et la panoplie d’activités de plein air et de sports qui sont offertes à proximité. 

Vivre à la montagne

Tant à Stoneham qu’au Mont-Sainte-Anne, le développement domiciliaire est en expansion depuis quelques années et l’offre est variée. Des chalets locatifs, des maisons unifamiliales et des condos notamment répondent aux besoins de chacun, que ce soit pour une courte période ou pour y habiter à l’année. Parmi les plus récents projets, Habitations Boivin en propose trois à Beaupré, qui sont situés soit au pied des pentes ou à flanc de montagne : Le Legs des Pionniers, Le Faubourg de la Crête et La Seigneurie de Beaupré. Ces projets s’inscrivent dans la tendance pour la vie à la montagne, qui concilie nature, qualité de vie et proximité des services. 

Vous préférez y relaxer seulement les fins de semaine ou durant les vacances ? Pas de problème ! À proximité de toutes les stations de ski, différents forfaits de location ou de ­copropriété sont offerts. Vous serez ainsi parmi les premiers à dévaler les pentes durant vos journées de congé. 

Des cours avant tout le monde

Pour répondre à la demande des abonnés, qui sont nombreux à arriver à la montagne avant même l’ouverture des remontées les matins de poudreuse, certaines stations ont commencé à leur offrir des privilèges, comme un accès plus tôt certains jours au calendrier. Certains cours de ski offrent le même privilège. C’est le cas du programme Premières traces, offert à l’école du Mont-Sainte-Anne, qui permet aux personnes inscrites d’embarquer dans les télécabines 20 minutes avant l’ouverture, en compagnie d’un moniteur.  

Une autre option pour skier la poudreuse du matin est de quitter la piste damée et découvrir la randonnée alpine, qui gagne en popularité au Québec.