SILQ : du 11 au 15 avril 2018

Président d'honneur du Salon international du livre de Québec

Qu’y a-t-il dans une fête? Beaucoup d’individus différents – comme les multiples personnages que présentent les romans –, des êtres masqués, des êtres nus, des rencontres, des intrigues, des effleurements, de la sensualité, des étourdissements, l’oubli de soi, la joie ou le désespoir, la solitude accrue ou la solitude guérie, l’attendu, la surprise, la communion, l’exaltation.

Je suis très honoré que mes amis québécois me fassent président d’une fête. Non seulement j’aime la littérature québécoise, mais j’apprécie la façon dont les Québécois lisent : leur cœur vibre avec leur intelligence. Souvent, les Français se méfient de l’émotion et parcourent les livres comme des courtisans versaillais sous Louis XIV, avec leur seul esprit et une attention exagérée aux jugements des autres. Vous, vous n’avez pas ce genre d’inhibition, vous lisez comme des Russes, avec passion et clarté. En fait, vous êtes les Slaves de la francophonie. 

Et vous me bouleversez par votre amour déclaré de la langue, un amour vigilant, modeste mais combatif, un bel amour composé de qualités contradictoires: la tradition et la rébellion. Avec cet amour, vous affirmez vos racines et vous produisez les ramures de l’avenir, en ne vous laissant pas polluer par les forces environnantes. 

Les Français ont longtemps ignoré l’anglais parce qu’ils croyaient la France toute puissante. Aujourd’hui, certains Français abandonnent le français en pensant qu’on ne peut pas réussir dans ce patois régional; l’hexagone passe de l’indifférence à la trahison. Vous, vous avez toujours vu le français comme à la fois fort et fragile. Cela touche un écrivain comme moi, qui a consacré sa vie à cette langue. Merci.

Je vous attends donc pour faire la fête.

Éric-Emmanuel Schmitt

Biographie Éric-Emmanuel Schmitt

Dramaturge, nouvelliste, philosophe, romancier et réalisateur français naturalisé belge, Éric-Emmanuel Schmitt est devenu, en deux décennies, un des auteurs francophones les plus lus au monde.

Normalien, agrégé de philosophie, il s’est d’abord fait connaître au théâtre avec Le visiteur, une rencontre hypothétique entre Freud et peut-être Dieu, devenu un classique du répertoire international. Puis les succès se sont enchaînés : Variations énigmatiques, Le Libertin, Hôtel des deux mondes, Petits crimes conjugaux.

Plébiscitées tant par le public que par la critique, ses pièces ont été récompensées par plusieurs Molière et le Grand Prix du théâtre de l’Académie française. Son œuvre est désormais jouée dans plus de quarante pays. Une carrière de romancier, initiée par La secte des égoïstes, absorbe une grande partie de son énergie depuis L’Évangile selon Pilate, un livre lumineux dont La Part de l’autre se veut le côté sombre. Depuis, on lui doit  Lorsque j’étais une œuvre d’art, une variation fantaisiste et contemporaine sur le mythe de Faust et une auto-fiction, Ma vie avec Mozart.  Amoureux de musique, il a également signé la traduction française des Noces de Figaro et de Don Giovanni.

Pratiquant l’art de la nouvelle avec bonheur et succès, il a publié six recueils de nouvelles : Odette Toulemonde et autres histoires, La rêveuse d’Ostende, Concerto à la mémoire d’un ange qui se voit décerner le prestigieux prix Goncourt de la nouvelle, Les deux messieurs de Bruxelles, La Vengeance du pardon. En 2016 il a été élu à l’unanimité par ses pairs comme membre du jury Goncourt.

En tournée mondiale depuis 2013, il va et vient en interprétant magnifiquement Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, qu’il a écrit dans le cadre du Cycle de l’Invisible qui comprend six récits sur l’enfance et la spiritualité qui rencontrent un immense succès. Plusieurs représentations qui l’ont mené jusqu’à présent en France, en Belgique, en Suisse, au Canada, en Italie et dans divers pays d’Europe, et prochainement au Liban.

Il vit à Bruxelles. L’Académie royale de la langue et littératures françaises de Belgique lui a offert le fauteuil no33, occupé avant lui par Colette et Cocteau. Toutes ses œuvres en français sont éditées par Albin  Michel. Son dernier roman, Madame Pylinska et le secret de Chopin, paru il y a à peine quelques jours, succède à La vengeance du pardon, paru en 2017.