Contenu commandité

Salon Carrière Formation

Invitation de la présidente et de la directrice du Salon Carrière Formation de Québec

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Depuis 23 ans, nous organisons un événement d’information destiné au grand public qui est axé sur l’éducation et la recherche d’emploi, parce que nous croyons que, pour être heureux au travail, vous devez avoir choisi une carrière qui vous permet de vous développer et d’exploiter vos forces. Si tel n’est pas le cas, il n’est pas trop tard… Vous pouvez vous réorienter, trouver une nouvelle formation, faire reconnaître vos acquis ou même trouver un nouvel emploi, et ce, sous un même toit !

Peu importe votre âge ou votre cheminement, que ce soit pour vous, votre enfant ou votre conjoint, vous trouverez au Salon Carrière Formation de Québec les ressources et les réponses à plu­sieurs de vos questions. Près de 200 exposants seront sur place !

Deux secteurs pour mieux répondre à vos besoins

Le secteur de la formation et des choix de carrière vous permettra de découvrir les formations dispo­nibles pour effectuer votre choix de façon éclairée. Les exposants de ce secteur proviennent de centres de formation professionnelle, de cégeps, d’universités, d’ordres professionnels et autres. Il sera même possible de mener des expériences liées à certains domaines d’emploi. Qui sait ? Vous pourriez peut-être gagner le « stage d’un jour » qui sera offert par nos partenaires.

En ce qui concerne le secteur des Journées de l’emploi, celui-ci est composé d’entreprises à la recherche de main-d’œuvre ou d’orga­nis­mes d’aide à l’emploi. Plus de 4000 emplois seront d’ailleurs offerts. Je vous invite à prendre connaissance de certains postes et de la liste des exposants un peu plus loin dans ce cahier.

Une nouveauté cette année…

Passez voir notre photographe professionnel qui vous remettra une photo de qualité que vous pourrez utiliser lors de vos diverses démarches.

C’est un rendez-vous !

Salon Carrière Formation

Invitation de la présidente de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Depuis plusieurs années, l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ) participe au Salon Carrière Formation de Québec. Nous y offrons un espace de discussion et de diffusion d’informations scolaires et professionnelles, destiné à aider les visiteurs à explorer les possibilités et optimiser leur visite du Salon.

Le Salon s’adresse à tous, jeunes et adultes, car les décisions professionnelles apparaissent tout au long de la vie. Les personnes de tout âge sont accueillies au stand de l’Ordre par des conseillers d’orientation et par des étudiants en orientation.

« Les questionnements professionnels surviennent à tout âge, pour différents motifs, et suscitent souvent des inquiétudes, la peur de se tromper dans ses décisions, et le goût de savoir ce qui s’offre de mieux sur le marché », soutient la présidente de l’Ordre, Mme Josée Landry, c.o.  La visite du Salon offre l’oppor­tunité de faire une exploration des possibilités concrètes, de découvrir des possi­bi­lités parfois insoupçonnées et d’identifier des projets qui correspondent à ce que l’on connait de soi, notamment nos intérêts, notre personnalité et nos compétences.  Conjuguer la connaissance de soi à la connaissance de la réalité du marché de la formation et de l’emploi, c’est ce qui favorise une décision éclairée et judicieuse. 

Le Salon Carrière Formation s’avère donc un incontournable. Un endroit où vous pourrez, sans gêne, poser les questions que vous aurez pré­parées, et celles qui surviendront sur place, afin de faire de votre visite une expé­rience enrichissante et éclairante.

Nous encourageons chaque visiteur à tirer le meilleur profit possible de sa visite en ne perdant pas de vue ses goûts, ses talents et ses besoins, et en gardant l’esprit ouvert aux
discussions et aux découvertes. 

Bonne visite !

Salon Carrière Formation de Québec

Le RQRA s’attaque à la pénurie de main-d’œuvre

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Le secteur des résidences privées pour aînés est en pleine croissance au Québec. En plus d’offrir des espaces de vie et des services de qualité aux retraités, ces complexes résidentiels fournissent du travail à plus de 40 000 personnes, tout en suscitant des investissements évalués à des centaines de millions de dollars par année. Cette heureuse situation pourrait toutefois être ternie par une pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Selon Yves Desjardins, président-directeur général du Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA), l’attraction et la rétention de personnel qualifié constituent le principal défi de ses 720 membres et des autres acteurs de l’industrie.

« Il s’agit de l’enjeu numéro un pour nos activités. Le besoin de main-d’œuvre est criant, mais nous avons beaucoup de difficulté à la recruter et à la retenir en poste. En raison du vieillissement de la population et des besoins sans cesse croissants en matière d’habitation, il faudra cons­truire annuellement pas moins de 6000 appartements locatifs destinés aux aînés d’ici 2037, ce qui représente plus d’un million de logements d’ici 20 ans. Le RQRA et ses partenaires pro­posent déjà des mesures concrètes pour relever le défi des ressources humaines dans ce secteur clé de l’activité écono­mique et sociale au Québec. »

Passer à l’offensive

Afin de créer un nouveau bassin de main-d’œuvre, particulièrement chez les jeunes, le RQRA a effectué des activités d’information et de promotion auprès de différents organismes spécialisés en information scolaire et professionnelle ainsi qu’en développement de l’emplo­ya­­bilité. « Nous avons éga­le­ment communiqué avec des entreprises qui organisent des salons de l’em­ploi et d’autres événements orientés vers les choix de carrières pour les étudiants du secondaire et du secteur profes­sionnel. Il faut se faire connaître davantage et montrer que les complexes résidentiels pour aînés cons­tituent des milieux de travail agréables et stimulants. » On estime que le marché créera 1000 emplois permanents par année d’ici 20 ans dans des secteurs aussi variés que l’aide à la personne âgée, la gestion, les soins infirmiers, l’entre­tien, la cuisine et les loisirs. « En plus d’intéresser les jeunes et de déve­lopper des programmes de formation, il faudra éventuellement miser sur l’immigration, la migration interprovinciale et même sur le retour des retraités sur le marché du travail afin de pourvoir aux nombreux emplois offerts par l’indus­trie », affirme Yves Desjardins.

Assouplir la réglementation gouvernementale

Le RQRA a également entrepris des discussions avec le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec afin d’assouplir certains aspects de la réglementation en vigueur. « Bon nombre de résidences de 50 logements et moins ne peuvent se conformer à tous les critères exigés par la loi, particulièrement en ce qui concerne la formation de la main-d’œuvre. À défaut de remplir toutes les conditions requises, plus de 300 établissements ont dû mettre fin à leurs activités au cours des trois dernières années. La réglementation gouvernementale doit être adaptée aux réalités vécues dans les résidences de moindre envergure », souligne Yves Desjardins. D’ailleurs, le RQRA attend l’entrée en vigueur d’un nouveau règlement au cours des prochains mois.

En vue de faire connaître les nombreuses occasions d’emplois en résidences privées pour aînés, le RQRA tiendra un kiosque d’in­formation lors du Salon Carrière Formation de Québec qui se déroulera du 19 au 21 octobre au Centre de foires d’ExpoCité.

Salon Carrière Formation

Centre de recherche en infectiologie : pour une carrière remplie de découvertes !

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Mise au point de vaccins prometteurs. Développement de nouveaux tests. Élaboration de traitements plus efficaces. Décidément, l’équipe du Centre de recherche en infectiologie (CRI) de l’Université Laval joue un rôle capital dans le domaine de la santé et de la qualité de vie aussi bien à Québec qu’aux quatre coins de la planète. Une contribution inestimable qui apporte beaucoup de satisfaction aux quelque 200 chercheurs, étudiants et professionnels de recherche liés à l’organisation.

« Que ce soit dans le domaine de la santé ou dans d’autres secteurs d’activité, les étudiants qui em­prun­tent la voie de la recherche en sciences auront une carrière pas­sionnante dans un environnement de travail très stimulant. Ces futurs chercheurs effectueront certainement des découvertes précieuses pour la santé humaine et animale », affirme le Dr Gary Kobinger, direc­teur du CRI, le plus grand centre de recherche francophone sur les maladies infectieuses au Canada. 

La passion du savoir

Sous la direction du Dr Kobinger, les chercheurs du CRI affichent leurs compétences et leur passion dans différents domaines liés à l’infec­tio­logie. Certains concentrent leurs travaux sur les infections bac­té­riennes (comme le traitement des «Super bugs»), virales (VIH/SIDA), parasitaires ou fongiques, tandis que d’autres exercent leurs activités en ce qui a trait aux études environ­nementales, à la recherche préventive et diagnostique. « Le CRI a été au cœur de plusieurs innovations comme l’appareil de diagnostic des infections bactériennes revogeneTM, commercialisé par GenePOC, une compagnie issue du CRI, et le condom invisible©. Ces découvertes seront d’ailleurs mises en évidence à notre kiosque au Salon Carrière Formation. »

Améliorer la santé de la population

En plus d’enrichir les connaissances, la recherche biomédicale est une alliée de premier plan pour découvrir de nouveaux traitements contre les maladies infectieuses (Ebola, Zika, candidose, leishmaniose, paludisme, grippe, pneumonie et autres). « La mise au point d’un vaccin, d’un test ou d’un traitement a pour objectif d’améliorer la santé et le mieux-être de la population. Les futurs chercheurs doivent prendre le relais et continuer à faire briller la flamme de la découverte », souligne le Dr Kobinger. Les étudiants de niveau universitaire en sciences peuvent d’ailleurs effectuer leurs études de maîtrise, de doctorat et de postdoctorat au CRI, sans comp­ter les stages d’été durant le baccalauréat.

Programme Chercheur-e d’un jour

Afin de faire connaître et de promouvoir les études scientifiques, le CRI a créé le programme Chercheur-e d’un jour. Tous les mercredis de l’année scolaire, les élèves de qua­trième et de cinquième se­con­daires des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches ont la possibilité de visiter les laboratoires, de discuter avec le personnel de recherche et de mieux orienter leur choix de carrière. « Nous voulons que ces jeunes en apprennent davantage sur les activités profes­sionnelles d’un chercheur et qu’ils développent de l’intérêt envers les sciences, le génie et les biotechnologies. » Depuis la création du programme en 1998, le CRI a accueilli 3357 élèves et 457 inter­venants du milieu scolaire. « Les jeunes sont l’avenir de la recherche », conclut  le Dr Kobinger.

Salon Carrière Formation

Six bonnes raisons de visiter le Salon Carrière Formation

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
1. Informe-toi davantage sur les différentes formations Une visite au Salon Carrière Formation de Québec est la solution pour orienter ton parcours scolaire. Que tu sois intéressé par les formations professionnelles, les formations continues, les programmes collégiaux ou universi­taires, tu trouveras assurément chaussure à ton pied !

2. Prends une photo professionnelle gratuitement

Un bon profil LinkedIn n’est rien sans une photo d’allure professionnelle. Ça tombe bien puisque le Salon 2017 t’offre en nouveauté de prendre une photo professionnelle gratuitement ! Profite de ta visite pour en sortir avec une photo que tu afficheras avec fierté.

3. Cours la chance de gagner un stage d’un jour

Tu rêves de découvrir le travail de journaliste à Radio-Canada ? Visiter les bureaux d’une station de radio telle que Wnkd 91,9 ou BLVD 102,1 t’intéresse ? Tu te visualises déjà journaliste pour
le quotidien Le Soleil ? Grâce à nos partenaires médias, tu peux courir la chance d’être employé d’un jour et découvrir LEUR réalité !

4. Agrandis ton réseau de contacts avec les entrevues éclair

L’activité réseautage organisée dans le cadre du Salon est l’évé­nement à ne pas manquer ! C’est une excellente opportunité de faire valoir ta candidature et de discuter avec des professionnels. C’est un rendez-vous !

5. Apprends tout en t’amusant !

Fidèle à lui-même, le Parcours des carrières Desjardins promet de te divertir ! Repère les kiosques identifiés par le ballon avec un pic­to­gramme de stéthoscope, ces expo­sants offrent aux visiteurs  diffé­ren­tes expérimentations, tech­­no­logies ou manipulations en lien avec leur secteur d’activité. De plus, ta participation au Parcours t’offrira la chance de remporter une foule de prix!

6. Viens rencontrer l’escouade Wknd !

Le samedi 21 octobre, de 12 h 30 à 15 h 30, viens rencontrer l’escouade Wknd et tourne la roue chanceuse. Un animateur sera également sur place pendant l’émission du retour, de 15 h à 18 h,  le vendredi 20 oc­to­bre. Un rendez-vous à ne pas manquer !

Salon Carrière Formation

Au CIUSSS de la Capitale-Nationale : faites votre choix parmi 250 emplois !

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Vous aimeriez occuper un emploi valorisant pour faire la différence ? Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale (CIUSSS) recherche des personnes dynamiques et motivées pour combler les 250 emplois offerts actuellement dans les secteurs de Québec, Portneuf et Charlevoix.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale offre des soins de santé et des services sociaux de proximité, de la prévention jusqu’aux soins de fin de vie, à toute la population : les enfants, les parents, la famille, les adolescents, les jeunes adultes, les adultes et les aînés. « Les postes disponibles se répartissent dans plus de 200 titres d’emploi », affirme Christian de Beaumont, coordonnateur à la gestion des besoins de main-d’œuvre au CIUSSS de la Capitale-Nationale. « Il y a évidemment un bon nombre d’emplois offerts dans le secteur des soins et de la santé (préposés aux bénéficiaires, infirmières), mais aussi dans d’autres domaines comme les services alimentaires, l’informatique, l’administration, le soutien à domicile, l’entretien ménager, les services techniques, la plomberie et l’électricité. Pour les personnes qui présenteront leur candidature, les possibilités sont plus que jamais favorables d’ob­tenir un poste permanent. Nous recherchons également des personnes bilingues pour travailler auprès des usagers de la communauté anglophone. » 

Une carrière enrichissante

Le personnel du CIUSSS de la Capitale-Nationale peut bénéficier de plu­sieurs avantages sociaux. Tout au long de son parcours professionnel, l’employé peut profiter de programmes de formation continue et de développement des compétences. « Le nombre et la diversité des emplois offerts à l’échelle de la région permettent bien souvent aux travailleurs d’exercer leurs activités professionnelles à proxi­mité de leur domicile », souligne M. de Beaumont. 

Vous faites la différence 

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale emploie 17 000 personnes engagées et compétentes. Ces personnes travaillent en partenariat, notamment avec les autres établissements du réseau, les organismes communautaires, les cliniques médicales et les pharmacies privées ou en milieu scolaire. « Quel que soit le titre d’emploi, les employés ont le sentiment de faire une différence dans la vie des usagers. Et cela est très gratifiant », affirme Christian de Beaumont. 

L’équipe du recrutement du CIUSSS de la Capitale-Nationale est heureuse d’inviter les chercheurs d’emploi à  venir la rencontrer à son kiosque lors du Salon Carrière Formation. 

Salon Carrière Formation

Inciter les étudiants internationaux à s’établir dans la région de Québec

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
La situation du marché du travail dans la grande région de Québec pose d’importants défis aux employeurs. Ainsi, pour répondre au besoin imminent de main-d’œuvre spécialisée des entreprises, les efforts s’intensifient. Parmi ceux-ci, l’entente de partenariat annoncée au printemps entre Québec International (QI) et le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) vise à favoriser la rétention des étudiants internationaux.

Dans ce contexte, QI a le mandat de mener des actions pour inciter les étudiants internationaux fréquentant les universités, les cégeps et les centres de formation professionnelle des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches à s’établir au Québec de façon permanente. À cet effet, QI propose des activités spéciales à l’intention des étudiants et diplômés internationaux afin de les accompagner dans leurs démarches d’installation permanente à Québec et dans leurs recherches d’emploi. 

Des séances d’information sur la résidence permanente aux activités de maillage avec des entreprises en passant par des rendez-vous pour découvrir la ville autrement, toute l’information liée aux activités se trouve sur le portail de Québec en tête. Géré par QI et mis en place grâce à la collaboration d’acteurs régionaux et gouvernementaux engagés dans le processus d’im­mi­gration, ce site Internet est un outil de référencement pour qui veut travailler, vivre, entreprendre ou étudier dans la région de Québec. Outre la présentation d’offres d’em­ploi et d’un blogue, Québec
en tête dispose également d’un espace-conseil.

Un rendez-vous à ne pas manquer !

Fière de s’associer au Salon Carrière Formation de Québec, QI avec Québec en tête offrira aux étu­diants internationaux des « entrevues éclair » les 20 et 21 octobre, entre 10 h et 12 h. Voilà une belle occasion d’augmenter leurs chances de trouver un emploi et d’élargir leur réseau de contacts. 

Pour obtenir de l’information sur les activités spéciales dédiées aux étudiants internationaux, inscrivez-vous à l’infolettre ou suivez-nous sur Facebook et Twitter.

Liens connexes :

Québec en tête

Immigration, Diversité et Inclusion Québec

Salon Carrière Formation

Faire un choix de carrière : guide d’une conseillère d’orientation

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Votre enfant commence la 5e secondaire, l’année du diplôme tant convoité. C’est également le temps de penser à son avenir, de faire un choix de programme pour la suite, que ce soit en formation professionnelle, au cégep ou à l’université. Il doit décider maintenant vers quel métier il a envie de se diriger; ce qui n’est pas une mince décision.

Cette décision amène son lot de stress et d’anxiété. Certains jeunes savent déjà quoi faire et sont motivés à poursuivre alors que, pour d’autres, c’est le néant total. Ils ne savent pas s’ils doivent poursuivre dans une technique ou dans un programme préuniversitaire. Parfois, ils sont fatigués de l’école, ils ont besoin d’explorer autre chose et l’envie de voyager se fait sentir. Mais, en tant que parent, vous préférez qu’ils poursuivent l’école et  voyagent plus tard. Toutefois, pour certains, cette année sabbatique permet de prendre une décision qui sera pleinement réfléchie.

Il y a des jeunes qui n’osent pas s’engager dans une formation de faire les mauvais choix. Mais, en tant que conseillère d’orien­ta­tion, je peux dire qu’il n’y a pas de mauvais choix, seulement une suite de décisions qui nous amène du point A au point B. Les circonstances de la vie nous font parfois modifier notre trajectoire.

Les emplois d’été et à temps partiel aideront votre enfant dans sa prise de décision en lui permettant de voir à quoi ressemble un métier « en vrai » et de découvrir ses forces et ses faiblesses. Parfois, les jeunes ont peur des emplois de bureau car ils pensent qu’ils resteront assis toute la journée devant un ordinateur. Mais, une fois en poste, ils se rendent compte qu’il y a des emplois de bureau très dynamiques. C’est la même chose pour les métiers manuels qui demeurent souvent mystérieux pour les jeunes.

Salon Carrière Formation

Nouveaux programmes double DEC au Cégep de Sainte-Foy : une diversité de savoirs et de cultures

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Depuis septembre dernier, le Cégep de Sainte-Foy propose deux nouveaux programmes Double DEC, soit Sciences de la nature et langues, cultures et mondes et Sciences humaines et langues, cultures et mondes. Échelonnés sur trois ans, ces programmes préuniversitaires permettront aux étudiants d’obtenir deux diplômes d’études collégiales (DEC) à l’issue de leur formation, l’un en sciences et l’autre en arts, lettres et communications, option langues, cultures et mondes.

Français, anglais… et mandarin

Le Cégep de Sainte-Foy innove en choisissant d’enseigner le mandarin dans ces deux nouveaux programmes Double DEC. Effecti­vement, en plus de parfaire leurs connaissances de la langue française, les cégépiens profiteront d’une formation qui leur permettra de s’exprimer avec aisance en anglais et en mandarin (chinois) sur les plans oral, écrit et de la lecture. « Il est important de briser le mythe. Le mandarin n’est pas une langue difficile à apprendre, sans compter qu’elle ouvre des horizons en matière de travail et de tourisme », affirme Kan Li, enseignant à l’enseignement régulier. À la fin de leur parcours en langues, les étudiants auront atteint un niveau avancé en anglais et un niveau intermédiaire en mandarin. Ils posséderont également le niveau de maîtrise requis à l’université pour parti­ciper à des stages ou à des séjours d’immersion en Chine.

Une formation solide et complète

Le programme Sciences de la nature et langues, cultures et mon­des offre une solide formation de base en sciences, notamment en chimie, physique, mathémati­ques et biologie, tandis que le programme Sciences humaines et langues, cultures et mondes met l’accent sur diverses disciplines, incluant l’histoire, l’éco­nomie, les civilisations anciennes, la psychologie et l’anthropologie.
La découverte d’autres univers culturels et l’appren­tissage des langues font partie intégrante du programme des deux Double DEC. « Comprendre la culture d’un peuple, explorer sa diversité et en comprendre les enjeux culturels, c’est tout aussi important qu’en apprendre la langue. Il faut comprendre et accueillir la culture de l’autre pour être en mesure de communiquer avec lui sans frontières », souligne Lucie Marie Magnan, conseillère pédagogique.

Avantages du double DEC

Quel que soit son choix, l’étudiant inscrit au programme Double DEC possède une longueur d’avance sur le plan personnel et professionnel. « Citoyen du monde, il aura enrichi son bagage culturel général, tout en développant les habiletés in­tellec­tuelles nécessaires à la réussite d’études universitaires en les mettant en pratique dans plu­sieurs domaines », précise Lucie Marie Magnan. « Les étu­diants ins­crits à ces deux nouveaux pro­grammes auront accès à un plus large éventail de domaines d’études univer­sitaires, à un plus grand choix de carrières et à des perspectives d’emplois plus diversifiées. Ils béné­ficieront aussi d’une plus grande ouverture sur le monde et sa diversité culturelle. » 

Pour plus d’information sur les programmes Double DEC offerts au Cégep de Sainte-Foy.

Salon Carrière Formation

Étudier à l’Université du Québec

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
L’Université du Québec est un réseau de dix établissements universitaires qui donnent de la formation à près 102 000 étudiants chaque année. Des étudiants venus de partout dans le monde et qui profitent des 1200 programmes offerts aux trois cycles d’études.

Un milieu convivial

Les établissements du réseau de l’Université du Québec sont reconnus pour leur souci particu­lier du bien-être et de la réussite de leurs étudiants, qui y trouvent un accompagnement personnel et professionnel tout au long de leur cheminement universitaire.

Dans ces établissements, les étudiants profitent :

  • de relations simples et directes avec les professeurs;
  • de programmes d’études souples et faisant appel à la pratique et à l’expérimentation;
  • de bibliothèques riches en contenu et mettant à profit le numérique;
  • de laboratoires équipés à la fine pointe de la technologie;
  • de possibilités d’apprentissage du français et des langues étrangères.

Des études adaptées à la situation de chaque étudiant

Les établissements du réseau de l’Université du Québec sont sensibles aux besoins et aux aspirations des étudiants qui doivent conjuguer leurs études avec d’autres responsabilités (profes­sionnelles, familiales, etc.). C’est pourquoi ils modulent leur offre de formation afin de répondre à leurs besoins. Ils proposent no­tam­ment des régi­mes d’études à temps partiel, favorisent la conciliation études-travail-famille et valorisent l’ad­mission d’étudiants souvent moins enclins à fréquenter l’uni­versité, comme les étudiants adultes.

Cet effort en vue de faciliter la conciliation des études universi­taires avec le projet de vie des étudiants prend également d’autres formes : la reconnaissance de leurs acquis scolaires et expérientiels afin de les exempter de suivre certains cours de leur programme, le développement de programmes de cycles supérieurs sur mesure, la mise en place d’horaires de cours variables, mieux adaptés à la réalité des professionnels en emploi, et une offre diversifiée de programmes de courte durée permettant un cheminement par étape. Autant de modalités de formation qui permettent aux étudiants de suivre un enseignement universitaire de qualité en français, et ce, dans plusieurs programmes de formation ou de perfection­nement.

La possibilité d’étudier à distance

La plupart des établissements du réseau de l’Université du Québec offrent, selon différentes formules, une série de cours ou de programmes accessibles à distance, de manière à faciliter la conciliation des études avec un emploi ou d’autres activités personnelles. Cette offre de cours s’accompagne de mesures d’enca­drement afin de soutenir l’étudiant durant son parcours.

À l’Université du Québec, l’acces­si­bilité aux études universitaires est au cœur de la mission. Comme en témoignent les 630 000 diplômes décernés partout au Québec par les dix établissements du réseau, au cours des cinquante dernières années.