Jean-Guy Paquet, fondateur de l’INO, Gaëtan Gagné, président et chef de la direction de l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec, et Nawal Taneja, stratège de l’industrie de l’aviation commerciale.

Routes Americas 2019

Les défis du transport aérien

Le forum Routes Americas 2019 a permis d’accueillir certaines sommités mondiales de l’industrie aérienne et aéroportuaire, dont le conférencier Nawal Taneja. Fort de son impressionnante carrière de près de 50 ans dans le domaine de l’aviation, le stratège a dressé un portrait des défis qui attendent les compagnies aériennes et les admi­nistrations aéroportuaires au cours des prochaines années.

Dans sa conférence intitulée Transformation of the Global Aviation Industry: Revolutionary or Evolutionary Changes, il a expliqué que les quatre forces principales qui ont pour effet d’accélérer les transformations au sein de l’industrie sont les consommateurs de plus en plus exigeants, les nouvelles technologies, la complexité des règlements en vigueur dans les différents pays et l’émergence de nouveaux concurrents.

Sur le plan technologique, Najal Taneja compare les enjeux auxquels les compagnies aériennes et les aéroports devront faire face à ceux qui révolutionnent déjà les transports terrestres comme la plateforme Uber et la voiture autonome. « Uber compte mettre en service une flotte de taxis volants d’ici 2023», a-t-il indiqué.

«Certaines technologies comme la reconnaissance faciale auront un impact direct sur la sécurité aérienne, a-t-il poursuivi. Désormais, les passagers pourront se rendre jusqu’à l’avion sans passer par aucun point de contrôle. Toutefois, cela signifie aussi qu’ils n’auront plus de temps d’attente pour faire des achats à la boutique hors taxes.»

L’avènement des avions capables de voler plus de 20 000 kilomètres sans escale est une autre réalité à laquelle les aéroports devront s’adapter. «Des vols sans escale entre l’Australie et l’Angleterre auront un impact sur les aéroports comme Dubaï et Hong Kong, où les avions faisaient normalement escale.»

M. Taneja a aussi prévenu les compagnies aériennes que la concurrence au cours des prochaines années ne viendra pas nécessairement de nouvelles compagnies aériennes, mais plutôt de nouvelles plateformes technologiques. «Si un distributeur ou un grossiste achète 10% des places à bord des avions d’une compagnie aérienne, il n’y a pas lieu de s’inquiéter, mais s’il fait la même chose avec des dizaines de transporteurs aériens, du coup, il devient la plus grosse compagnie aérienne au monde, et ce, sans même posséder un seul avion. Nous risquons donc de devoir repenser notre modèle commercial.»