Aéroport international Jean-Lesage de Québec

Routes Americas 2019

Les avantages du centre de prédédouanement pour les voyageurs

Selon un sondage SOM, 95 % des résidents de la région de Québec se disent très ou assez favorables à l’installation d’un centre de prédédouanement américain à l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec (YQB). Cet appui una­nime de la population n’a rien de surprenant, considérant les avantages que cette infrastructure apportera à la population.

Pour les voyageurs qui prennent un vol direct de Québec vers un aéroport des États-Unis, cela signifie beaucoup plus de liberté et beaucoup moins de tracas. Toutes les mesures de contrôle, y compris les fouilles de sécurité, se font avant le départ. «Dès que vous passez le poste de prédédouanement, c’est comme si vous étiez en territoire américain, explique Gaëtan Gagné, président et chef de la direction de YQB . Si vous ou une personne qui vous accompagne est refusée, cela entraîne aussi beaucoup moins d’impacts négatifs, car vous n’avez pas à prendre le prochain vol pour retourner à la maison.»

Lorsqu’un avion dont les passagers ont été prédédouanés atterrit aux États-Unis, il n’est pas considéré comme un vol international mais comme un vol intérieur. Les passagers n’ont pas à repasser par le poste de douane, pas plus que leurs bagages, ce qui accélère grandement le processus, surtout lorsque vous avez une correspondance.

De nouvelles destinations directes

Présentement, l’Aéroport international Jean-Lesage offre des vols réguliers vers cinq grandes villes américaines, à savoir Chicago, Fort Lauderdale, Miami, New York (Newark) et Philadelphie, qui possèdent toutes des infrastructures douanières. Grâce au futur centre de prédédouanement, les compagnies aériennes pourront offrir des vols directs vers d’autres aéroports américains qui ne disposent pas de centre de contrôle douanier ou dont les services douaniers ne fonctionnent que durant des heures limitées en semaine. On peut penser à une ville telle que Washington D.C. avec l’Aéroport national Ronald-Reagan. Au total, ce sont environ une centaine de destinations potentielles qui pourraient être desservies à partir de YQB.

Pour la communauté d’affaires de Québec, le centre ouvre les portes de nouveaux marchés, notamment pour l’exportation de marchandises prédédouanées. D’ailleurs, une quarantaine d’entreprises, qui figurent parmi les chefs de file de leur secteur respectif, ont appuyé unanimement le projet de centre de prédédouanement. 

À l’heure actuelle, il existe des centres de prédédouanement américains dans huit aéroports du Canada, dont l’Aéroport Pierre-Élliot-Trudeau. Avec la construction du centre de prédédouanement de Québec, il ne sera plus nécessaire de se rendre à Montréal pour profiter de tous ces avantages.