Fondation Réno-Jouets

Une seconde vie pour des milliers de jouets

Vous souhaitez offrir des jouets à Noël et économiser de 50 % à 70 % du prix courant d’un jouet neuf ? Avez-vous pensé à Réno-Jouets ? L’organisme à but non lucratif de Québec recueille et redistribue près de 120 000 jouets à chaque année, dont le tiers est offert à petits prix à sa boutique au 2699, rue Watt.

C’est en fait Noël à l’année chez Réno-Jouets. Situé dans le parc industriel Colbert, loin des centres commerciaux et des magasins à grande surface, l’entrepôt regorge de trouvailles, de peluches et de jouets empilés qui attendent patiemment à être offerts ou vendus à un autre enfant. 

Éviter le gaspillage

La directrice générale Annie Asselin a eu l’idée de fonder Réno-Jouets, il y a près de 15 ans, en voyant dans les poubelles de son quartier des jouets en bon état qui étaient abandonnés.

« Je trouvais aberrant qu’on jette des jouets en bon état ou pouvant être réparés. Je voulais leur donner une seconde vie », affirme celle qui a fondé Réno-Jouets et l’a fait croître avec l’aide de partenaires qui ont embarqué dans le projet, soit pour recueillir des jouets (Club Jouet) ou lui offrir des piles (Batteries du Québec) ou encore des fournitures (Canac, Cascades, Sani-Plus). Parmi les fidèles partenaires qui encouragent la Fondation depuis le tout début, il y a Lussier Dale Parizeau, courtiers en assurances et services financiers. Ils sont d’ailleurs les présentateurs du souper-bénéfice depuis plus de 5 ans.

Chaque année, ce sont plus de 5 camions de 53 pieds remplis de jouets qui sont récupérés par Réno-Jouets. Tous les jouets recueillis sont triés en différentes catégories; par la suite, une équipe de bénévoles se charge de les vérifier, de les assembler au besoin et de les laver. Les jouets brisés sont envoyés à la station de réparation tandis que les pièces orphelines sont précieusement conservées pour compléter d’autres jeux. 

Une boutique accessible

Le magasin ouvert à la population est semblable à tout autre magasin de jouets. Dès leur entrée, les enfants sont émerveillés. Les murales peintes sur les murs dynamisent le lieu et des jouets de toutes sortes sont soigneusement alignés. « Ce qui fait la différence c’est que nos jouets ne sont pas emballés. Les enfants peuvent les manipuler. Ce sont des jouets qui ont déjà été aimés par un enfant et qui feront le bonheur d’un autre », ajoute Mme Asselin. 

Sur les étagères de la boutique, les jouets sont divisés en catégories : des livres par centaines, des blocs, des jeux de société, des figurines et des poupées. Il y a même une section réservée aux jouets Fisher-Price d’une autre génération qui fait accourir les collectionneurs.