Contenu commandité

Projets résidentiels

Le marché de Québec toujours à contre-courant

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Pendant près de 10 ans, alors que le marché de la cons­truction vivait des hauts et des bas au Québec, le marché de la Capitale-Nationale continuait sa progression, contre vents et marrés. La région de Québec a même traversé la crise économique mondiale de 2008-2009 sans presque ralentir sa cadence, poussée par son faible taux de chômage.

Maintenant que la province au grand complet traverse une période de grande prospérité, que son taux de chômage est au plus bas et que l’industrie de la construction tourne à plein régime, la région de Québec fait toujours aussi bonne figure sur le plan économique. Par contre, le marché de l’immobilier et, par extension, celui de la construction résidentielle passent à travers une phase de réajustement nécessaire.

Premier recul des prix

Ainsi, depuis le début de l’année, le prix des résidences est à la baisse dans la grande région de Québec, certaines maisons se vendant même sous le prix de l’évaluation municipale. Paul
Cardinal, directeur de l’analyse de marché à la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ), estime que le marché de Québec tend à se rééquilibrer après des années de forte progression. Selon bien des analystes, ce réajustement était nécessaire pour éviter une bulle immobilière semblable à celle que vivent les marchés de Toronto et de Vancouver.

Dans le cas des copropriétés et des immeubles locatifs, la baisse serait plutôt attribuable à une augmentation de l’offre. Selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le nombre de mises en chantier de logements locatifs neufs a atteint des niveaux record en 2015 et 2016. Au cours de ces deux années, la région s’est enrichie de 2500 nouveaux appartements, alors que la moyenne annuelle est autour de 1300 unités. En 2017, on en dénombre déjà presque autant. Résultat, le taux d’inoccupation dans les immeubles locatifs récemment construits est passé de 4,8 à 8,4 %. 

Les bébé-boumeurs dictent le marché

Le marché risque de prendre quelques années à se redresser. Le seul segment du marché locatif qui se porte bien est celui des résidences pour personnes âgées. On s’attend à ce que l’offre continue de s’accroître au cours des deux prochaines années dans ce segment de marché, en raison de l’augmentation prévue du nombre de personnes âgées de 75 ans et plus. Plusieurs
projets de résidences ont déjà été annoncés depuis le début de l’année, notamment par le Groupe Maurice et Logisco. 

La bonne nouvelle est que les prévisions économiques sont favorables et que la situation de plein emploi que nous vivons actuellement restera au beau fixe pour les prochaines années en raison des nombreux départs à la retraite. Reste à voir si les prochaines augmentations des taux d’intérêt qui sont à prévoir pour contrer l’inflation auront un effet dissuasif sur les acheteurs de première maison, qui sont déjà pénalisés par le resserrement des règles hypothécaires. L’avenir nous le dira !

Projets résidentiels

La Cité Verte : des maisons de ville au cœur d’un écoquartier

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Véritable écoquartier au cœur de la ville de Québec, la Cité Verte conjugue des habitations haut de gamme, des milieux de vie et des espaces verts pour créer un havre de confort et de paix. Située dans le quartier Saint-Sacrement, elle s’inscrit dans une perspective de développement durable, notamment en ce qui concerne la conception et les techniques de construction de ses maisons de ville.

« Nos maisons de ville s’adaptent aux besoins des propriétaires qui recherchent un équilibre parfait entre la ville et la nature », explique France Rodrigue, vice-présidente Immobilier chez SSQ Groupe financier. « Il s’agit d’espaces de vie haut de gamme d’une superficie de plus de 2 500 pieds carrés. » Caractérisée par une architecture soignée et contemporaine, la maison de ville compte trois niveaux, une terrasse privée et un stationnement à l’arrière. L’aménagement intérieur respire le bien-être. « Tout a été pensé afin d’offrir aux acheteurs un maximum d’aires ouvertes baignées de lumière, et ce, sans perte de rangement. » Les résidents de l’écoquartier ont accès à une piscine intérieure, une salle d’entraînement, une piste multifonctionnelle, un parc linéaire ainsi qu’à plusieurs commerces de proximité.

Projets résidentiels

De loin, le plus près de tout!

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Au cœur d’un secteur en pleine ébullition à Lévis, un nouveau complexe résidentiel, Le Proxi, se dresse fièrement pour vous offrir le condo dont vous rêvez.

«  Le nom de ce complexe vient directement du choix de son emplacement à proximité d’un grand nombre de services  », déclare Pierre Gagné. Le président de GCINQ, promoteur de ce projet, insiste également sur l’ampleur de celui-ci, un investissement d’environ 100M  $. Une première phase, déjà en construction, mettra sur le marché 148 unités, disponibles en mai 2018.

Tout à proximité

Que ce soit pour de jeunes familles, des retraités, des professionnels ou des étu­diants, l’emplacement est idéal. Épiceries, quincailleries, Marché de Lévis, pharmacie, et les Galeries Chagnon à quelques centaines de mètres, vous trouverez tout à proximité. Une clinique médicale à un coin de rue, l’Hôtel Dieu de Lévis à moins d’un kilomètre, vous pouvez être rassuré, tous les services de santé sont à votre portée. Les étudiants ne sont pas en reste avec plusieurs écoles secondaires et le Cégep Lévis-Lauzon dans les environs, en plus de l’UQAR située au bout de la rue.

Le quartier bénéficie d’une vie animée  : un club de golf à quel­ques pas, un réseau de pistes cycla­bles qui vous conduira au bord du fleuve, sans oublier un grand choix de restaurants. Et, si vous êtes adeptes des transports publics, rien de plus facile, des lignes de bus desservent régulièrement Le Proxi, et le traversier est à moins de 3,5 kilomètres. L’autoroute 20, à quel­ques centaines de mètres, complète l’accessibilité au secteur.

Projets résidentiels

Le Pavillon du Domaine de Sillery : une nouvelle aile contemporaine

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Habiter un site bucolique, empreint d’histoire et de patrimoine, à proximité de tous les services et à quelques minutes de Québec sera désormais possible au Domaine de Sillery.

Le Pavillon du Domaine, qui constitue la deuxième phase de ce projet de construction, lèvera de terre prochainement. Les 65 condominiums de cette toute nouvelle aile, prêts pour
la livraison en décembre 2018, sont actuellement en vente. Le Groupe Norplex, promoteur du projet, rappelle que ses résidents bénéficieront des mêmes avan­tages que ceux offerts aux occupants du Manoir : accès aux services et aux espaces communs de la première phase ainsi qu’à son site exceptionnel.

Ce nouveau bâtiment rend donc accessible à une plus large clientèle ce terrain boisé et convoité de Sillery, vaste de six hectares, surplombant le fleuve Saint-Laurent.  Jadis propriété de la congrégation des Sœurs de Sainte-Jeanne d’Arc, c’est un lieu chargé d’histoire, inscrit dans le patrimoine culturel de la ville. À noter que la troisième phase du Domaine de Sillery, prévoyant la construction de douze maisons de ville appelées Les Cottages du Domaine, sera bientôt annoncée par le promoteur.

Une architecture contemporaine

Le Pavillon du Domaine, c’est un bâtiment entièrement neuf répondant aux normes écoénergétiques, d’architecture contemporaine, caractérisé par de gé­né­reuses fenêtres pleine hauteur, des plafonds de neuf à dix pieds et des terrasses surdimensionnées. Vaste et insonorisée, chaque unité sera spécialement conçue pour satisfaire les besoins d’une large clientèle, qu’il s’agisse de jeunes familles, de couples ou de personnes seules.  

Afin d’aménager et de personnaliser leur espace de façon distinctive, les futurs propriétaires seront individuellement appelés à rencontrer Mme Sylvie Decherf, designer au Domaine de Sillery, dans son atelier de l’avenue Maguire. Ainsi, ils pourront, à titre d’exemple, choisir de laisser apparents ou non les murs et les plafonds de béton de leur unité.