PORT DE QUÉBEC

Un terminal de conteneurs en eau profonde: au cœur d’un réseau international

Le projet Beauport 2020 contribuera à faire rayonner Québec au niveau international. La construction d’un terminal de conteneurs en eau profonde s’inscrit dans la volonté du Port de Québec de rester branché avec le monde en poursuivant sa riche histoire commerciale. La constante augmentation de la capacité de transport des navires amène des changements dans les routes et la logistique des transports maritimes. Québec possède tous les atouts pour devenir, dans ce type d’activité, une plaque tournante incontournable pour les marchés des Grands Lacs comme il l’est actuellement pour les vracs.

«Le projet de terminal de conteneurs du Port de Québec nécessitera un investissement de 400 millions de dollars, soit 250 millions de dollars pour les nouveaux quais et arrières-quais dans la baie de Beauport et 150 millions pour les équipements reliés aux opérations de manutention et d’entreposage des conteneurs. Une fois en opération, Beauport 2020 engendrera des retombées économiques de 261 millions de dollars et créera 2700 emplois directs et indirects à l’échelle du Québec selon le cabinet KPMG», explique Mario Girard.

Le président-directeur général du Port de Québec est convaincu que les entreprises québécoises bénéficieront aussi de ces nouvelles infrastructures. Si elles vont augmenter la compétitivité du Port de Québec comme plaque tournante pour les marchés de l’Ontario et du Midwest américain, elles vont également améliorer les conditions d’importation et d’exportation des matières et des marchandises des entreprises québécoises, notamment celles situées dans l’Est du Québec.

Porte-conteneurs

Une longue histoire commerciale

«Depuis toujours, le port de Québec est un port de transbordement vital pour les grands marchés du Midwest et de l’Ontario dans le secteur du vrac. Chaque année, c’est plusieurs centaines de navires qui s’amarrent à nos quais pour assurer la continuité de chaînes logistiques internationales. Cette activité économique existe, car le Port de Québec possède un mixte d’atouts uniques sur le corridor maritime Saint-Laurent−Grands Lacs et, surtout, il faut se rappeler que chaque navire qui s’amarre à nos quais, c’est de l’argent neuf en provenance de l’étranger qui entre dans la région », poursuit Mario Girard.

Les vraquiers de grandes tailles et de forte capacité ayant besoin d’eau profonde peuvent accoster à Québec et expliquent l’importance du port sur la voie maritime. Au-delà de Québec, les navires imposants ne peuvent plus passer. La profondeur de la voie maritime et les écluses qui mènent aux Grands Lacs demandent des navires plus modestes.

Aujourd’hui, c’est au tour des porte-conteneurs de suivre la même évolution que les vraquiers. Toujours plus grands avec toujours plus de capacité, ils permettent de réduire les coûts de transport. Depuis l’ouverture du nouveau canal de Panama en 2016, la capacité moyenne des navires abordant les ports de la côte est des États-Unis a déjà augmenté de 50% passant de 4000 EVP (équivalent 20 pieds) à 6000 EVP.

Vue aérienne de Miraflores, Canal de Panama

Les grandes compagnies maritimes intéressées

Cette tendance n’est pas prête de s’arrêter. En doublant la capacité d’un navire, la marge bénéficiaire augmente facilement de 40%. Le coût de la main-d’œuvre, du fioul, du capital et des intérêts étant plus facilement amorti, les grands joueurs du transport maritime mondial vont là où sont leurs intérêts commerciaux.

«Nous sommes en contact avec plusieurs des plus grandes compagnies mondiales. Québec leur propose, avec son projet, une valeur ajoutée qui concurrence les autres offres, tout particulièrement pour les échanges entre le marché des Grands Lacs et ceux de l’Europe et de l’Asie jusqu’à l’Asie du Sud-Est. En offrant la possibilité d’une ligne directe sans nécessité de transbordement en Médi­terra­née, le Port de Québec suscite leur intérêt », précise le président-directeur général du Port de Québec.

Une localisation avancée dans le continent, une eau profonde, une desserte terrestre de qualité et un accès logistique vers les Grands Lacs, le terminal de conteneurs de Québec a les atouts pour s’imposer et concurrencer les ports américains du nord-est du continent. De nouveaux services maritimes réguliers pourront minimiser leurs coûts en entrant profondément dans le continent avant de finir leur parcours en train.

Beauport 2020 bénéficiera aussi aux entreprises d’ici en raccourcissant le parcours terrestre des marchandises avant d’embarquer sur les plus gros porte-conteneurs. Avoir un terminal de conteneurs à proximité leur permettra d’être plus compétitives en réduisant leur coût de transport et les temps de transit pour acheminer les biens produits. Pour les entreprises de la région et de tout l’Est du Québec, le terminal de conteneurs de Québec sera assurément un atout précieux pour poursuivre leurs succès sur les marchés mondiaux.