Poêles et foyers

Quel bonheur de se blottir près du feu!

Ce qu’il y a de plus agréable en hiver, c’est de rentrer à la maison après une journée en plein air pour se réchauffer près d’un feu de foyer. Ces moments de pur bonheur ravivent avec nostalgie nos plus beaux souvenirs d’enfance alors que, les joues rougies et les orteils engourdis par le froid, nous revenions d’une partie de hockey sur un étang gelé ou d’une balade en raquettes en forêt. Assis devant l’âtre en sirotant un chocolat chaud, les pieds fumants posés sur un pouf, nous regardions simplement les flammes danser en écoutant le crépitement des bûches.

C’est cette ambiance digne des plus beaux contes de Noël que recherchent les inconditionnels des foyers au bois. Aussi, ils sont prêts à mettre tous les efforts pour s’offrir leurs petits moments chaleureux, y compris corder du bois, alimenter le foyer en bûches et vider régulièrement les cendres. Ni la présence d’insectes ni l’entretien de la cheminée ne sauraient les convaincre d’opter pour un autre type de chauffage d’appoint. Ils ne perçoivent pas le chauffage au bois comme une corvée mais comme une activité en soi : on allume le foyer, on l’alimente, on le regarde. 

Par ailleurs, l’un des principaux avantages du bois est de fonctionner sans électricité. Ayant été pendant longtemps l’unique mode de chauffage des maisons québécoises, il demeure encore aujourd’hui une sécurité en cas de panne de courant. D’ailleurs, bon nombre des sinistrés de la crise du verglas de 1998 se sont tournés par la suite vers ce mode de chauffage d’appoint. Il s’agit d’un appareil simple et durable, dont le rendement et le niveau d’émissions polluantes ont été grandement améliorés avec l’avènement de la norme EPA (Environmental Protection Agency). Comme il nécessite un lieu d’entreposage, le foyer au bois est plus répandu en campagne et dans les lieux de villégiature comme les chalets de ski, où son cachet unique est particulièrement apprécié.

En ville, les citoyens se tournent majoritairement vers le foyer au gaz pour des questions esthétiques, mais aussi pratiques. Il est vrai que ce genre d’appareil a un style plus urbain, surtout lorsqu’il s’agit d’un modèle contemporain linéaire sur un lit de pierres ou de tessons de verre. Il suffit d’appuyer sur un bouton et les flammes s’allument comme par magie. Vous pouvez ensuite régler, avec autant de facilité, la hauteur des flammes et le degré de chaleur. Certains fabricants vous proposent même une application qui vous permet de contrôler le foyer au gaz à l’aide de votre téléphone cellulaire.

Vous pouvez donc en profiter aussi souvent que vous le voulez, que ce soit pour un moment de détente après les devoirs des enfants, pour vous réchauffer instantanément après une journée au grand air ou encore pour prendre l’apéro en tête à tête avant un repas. De plus, il ne nécessite pratiquement pas d’entretien et dégage une chaleur constante.

Et le foyer à granules dans tout ça ? Il s’agit d’un compromis intéressant entre le bois et le gaz. Plus propre que le bois, il rivalise avec ce dernier en terme de capacité de chauffage, tout en offrant les commodités du gaz comme une intensité réglable et constante ainsi qu’un allumage automatique. Qui plus est, ses émissions polluantes sont quasi nulles.

Seuls bémols, il est plus coûteux et requiert davantage d’entretien. Les amateurs de chauffage au bois n’y retrouveront pas non plus l’ambiance du foyer traditionnel.