Le Louis-Hébert

Plus accessible que vous le pensez !

Au cœur de l’action de la Grande Allée, le restaurant Louis-Hébert fait figure d’exception dans l’univers gastronomique de Québec. En ses murs de pierre s’invite un décor plus contemporain, où la cuisine française du marché fait toujours le bonheur des épicuriens.

Localisé sur l’une des plus célèbres artères de la capitale, le Louis-Hébert bénéficie d’un cadre enchanteur. Mais c’est surtout grâce à son savoir-faire que le charme opère toujours, plus de 35 ans depuis son ouverture. Les murs de pierre d’origine fascinent et l’ambiance des plus chaleureuses assure l’authen­ticité, le raffinement et le confort. Les habitués le savent: l’établissement offre aussi un service où la courtoisie, la précision et l’attention font en sorte que la clientèle revient à tout coup.

Pour toutes les occasions

Or, l’atmosphère qui se dégage de ce bâtiment historique convient à toutes les occasions, qu’elles soient romantiques, festives ou professionnelles. Et à tous les budgets, assure le copropriétaire Ianny Xenopoulos. À preuve, le restaurant propose actuellement une table d’hôte à 35$ dans le cadre du festival Québec table gourmande, qui se déroule jusqu’au 24 novembre. 

«On constate qu’il y a une nouvelle clientèle qui nous visite depuis quelques années. Des jeunes adultes qui nous ont connu avec leurs parents, mais aussi des clients d’ici et d’ailleurs qui recherchent l’authenticité et le savoir-faire», dit-il. Sans oublier les clients du Café Sirocco, – situé sur le boulevard René-Lévesque et dont les Xenopoulos sont également propriétaires –, qui souhaitent vivre l’expérience du Louis-Hébert.

Une cuisine signature

Derrière les fourneaux, le chef Hervé Toussaint tient la barre de la cuisine depuis une trentaine d’années. La passion du chef, originaire d’Alsace, pour la cuisine française ne faiblit pas: elle se communique à travers une cuisine inspirée et vibrante, axée sur d’excellents produits du terroir. Il en résulte une table raffinée aux influences françaises, aux portions généreuses et gourmandes, ponctuée des arrivages du marché. 

On retrouve au menu, lequel est en constante évolution au fil des saisons, navarin de homard, fruits de mer, foie gras, verrines et viandes de gibier de première qualité qui font la renommée du restaurant.

Récipiendaire de plusieurs prix, la cave à vin de l’établissement en impressionne plusieurs. Avec plus de 6000 bouteilles, dont des grands crus mais également des trouvailles offrant un bon rapport qualité-prix, elle permet de créer des accords mets et vins tout à fait sublimes.

Intimité et confort

La proximité de la colline Parlementaire amène aussi un flot constant de clients réguliers, pour le lunch ou un souper d’affaires, notamment. En plus de sa salle à manger chaleureuse, au décor contemporain et convivial, le Louis-Hébert propose six salons privés pouvant accueillir de deux à 40 personnes. Modu­lables et décorés avec soin, les salons ont entièrement été refaits il y a quatre ans, occupant un étage complet de l’immeuble. «Jumelez discussion et fine cuisine pour une rencontre des plus conviviales,» invite l’équipe en salle. Vous pourrez même pro­fiter d’Internet sans fil gratuit. Discrétion et fonctionnalité seront également du rendez-vous! «Le salon privé, c’est le confort comme à la maison, mais avec un chef et un serveur privés», illustre M. Xenopoulos.

Un lieu tout indiqué pour célébrer

La verrière est également prisée par les visiteurs, notamment pour son décor urbain aux lignes épurées qui a été repensé dans un souci de confort. Un foyer disposé au centre de la pièce et adjacent à un cellier vitré apporte une division intéressante et un peu d’intimité. Que ce soit dans les salons privés ou la verrière, il reste encore quelques disponibilités pour les partys de bureau ou les réceptions familiales de fin d’année. Mais faites vite pour réserver !

De fait, le célèbre restaurant bénéficie d’un emplacement de rêve en plein cœur de la capitale. Vous ne serez qu’à deux pas des grands événements de fin d’année. Les propriétaires saluent l’arrivée du tout nouveau festival Tobbogan, qui se déroulera sur quatre jours et qui amènera sûrement plusieurs clients. «Il n’y a plus de saison morte à Québec depuis longtemps. Ça bouge à l’année et c’est important d’offrir une qualité constante», résume M. Xenopoulos.

668, Grande Allée Est, Québec
www.louishebert.com