La Cité laboratoire de Daniel Corbeil constitue un modèle inventif de solutions urbaines en préparation des bouleversements climatiques imminents.

Manif d'art 9

Manif d'art 9: Célébration de l’art actuel au MNBAQ

Où se place l’humain dans l’univers? Quel est son impact sur son environnement ? Ces questions, et tant d’autres, émergent de la visite de l’exposition centrale de Manif d’art 9, présentée au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ).

Dix-neuf artistes provenant de huit pays ont investi le pavillon Pierre Lassonde, proposant un parcours à la fois intrigant, voire éclectique, qui pousse le visiteur à se questionner sur son rapport à son milieu et à son écosystème.  

Différentes perspectives
Grande manifestation internationale célébrant l’art actuel, Manif d’art - La biennale de Québec en est à sa neuvième édition. Orches­trée par le commissaire invité Jonathan Watkins, directeur de la Ikon Gallery d’Angleterre, la nouvelle mouture soulève des questionnements essentiels quant aux relations de l’humain avec la nature, sa consommation et son avenir sur terre, mais sans jamais être moralisatrice. «L’intention est plutôt d’attirer notre attention sur les continuités entre l’art et la vie quotidienne», explique la commissaire adjointe, Michelle Drapeau.

Inspirée par la ville de Québec
C’est en regardant la ville de Québec du haut des airs, durant un vol, que le commissaire invité a eu le déclic. «Si petits entre les étoiles, si grands contre le ciel», une paraphrase des paroles d’une chanson de Leonard Cohen, est alors devenue la thématique de cette neuvième biennale. 

«Il a été fasciné par la proximité de la ville avec la nature », renchérit la commissaire adjointe. Le fait que la biennale débute en plein hiver, pour se conclure au printemps, a également pesé dans la balance. « Une biennale hivernale, qui a été lancée en pleine tempête, c’est unique!»

Les amoncellements sculp­turaux de l’artiste tchèque Krištof Kintera témoignent de l’hyperconsommation et de l’obsolescence programmée.

Des artistes de partout
L’exposition centrale présentée au MNBAQ offre quelques premières nord-américaines fort spectaculaires. De fait, 14 des 19 artistes sélectionnés n’étaient jamais venus au MNBAQ auparavant dont Christiane Baumgartner, Britta Marakatt-Labba, Cornelia Parker et Tomás Saraceno. De grands noms de l’art actuel international, d’ici comme d’ailleurs, se mêlent aux artistes émergents, ce qui apporte une diversité de points de vue comme autant de propositions artistiques. 

Parmi les œuvres incontournables, l’installation monumentale du tchèque Krištof Kintera forme une impressionnante île de déchets technologiques qui semble flotter sur le plancher du musée. L’œuvre, qui a nécessité trois jours de montage, témoigne de l’hyperconsommation et de l’obsolescence programmée. 

Destinée au grand public
Formant un parcours inusité, l’exposition est à la fois démesurée et facile d’approche. Si certaines installations impressionnent par leur portée et leur prestance, d’autres invitent à s’approcher et à ralentir le pas pour mieux les contempler. Une mixité des styles qui intéressera différents publics, tant les curieux que les amateurs d’art, estiment les organisateurs.  

Au MNBAQ jusqu’au 22 avril 
Tarif : 20$ par adulte ou 12$ par étudiant (gratuit pour les 12 ans et moins). Gratuit avec le passeport de Manif d’art.

Renseignements: manifdart.org

Manif d’art 9

L’art public s’affiche

Le doux printemps invite à faire une balade dans la ville. C’est le moment idéal pour parcourir les œuvres d’art public de Manif d’art 9 – La biennale de Québec. Dans le Vieux-Québec et en périphérie, une dizaine d’œuvres ponctuent le paysage urbain. Les avez-vous vues?

Thématique rassembleuse

Souhaitant rapprocher davantage l’art du public, ces œuvres extérieures et intérieures, présentées hors des musées et des galeries d’exposition, constituent un autre volet de cette neuvième édition de Manif d’art. Comme pour les expositions en salle, elles s’articulent autour du thème du rapport de l’humain à son environnement, joliment intitulé Si petits entre les étoiles, si grands contre le ciel. 

Le parcours d’art public a fait du chemin cette année : en plus de s’éparpiller dans la ville de Québec, il traverse le fleuve puisque l’une des œuvres peut être aperçue au Terminus de la Traverse de Lévis. Celle-ci représente un intrigant groupe de pédalo-cygnes.

MANIF D'ART 9

Des expositions qui vous surprendront

Manif d’art 9 – La biennale de Québec a résolument pris d’assaut la ville de Québec et même Lévis. En plus de son exposition centrale présentée au Musée national des beaux-arts du Québec, douze centres d’artistes, galeries et lieux de diffusion culturelle se joignent à cette neuvième édition en proposant des expositions solos qui sortent des sentiers battus.

Une tournée d’expositions

L’art contemporain se faufile partout dans la ville. De la Maison de la littérature jusqu’à la galerie Regart de Lévis, en passant par la Villa Bagatelle et le Musée huron wendat, ainsi que plusieurs autres sites magnifiques, ce sont douze organismes qui se sont associés à cette neuvième édition afin de présenter en leurs murs des expositions solos. Une présence accrue qui permet de ratisser plus large et d’élargir les horizons, jusque sur la Rive-Sud de Québec. 

Faites une tournée! Une carte interactive permet de faire la visite de tous les lieux d’ex­­po­sitions et de planifier ses déplacements. 

Des projets inédits

Toutes différentes, uniques et originales, ces expositions présentent le fruit du labeur d’artistes provenant de neuf pays, aux styles des plus diversifiés. Ils ont tous comme élément commun de présenter des projets inspirés par la thématique de la biennale, et dont la plupart sont inédits.

«Ces expositions démontrent une grande sensibilité de chacun envers son environnement, son rapport à l’autre et sa prise de conscience envers la nature», dit la commissaire adjointe Michelle Drapeau. 

Des propositions qui se démarquent

D’un lieu à l’autre, les expositions suscitent différentes réactions et émotions. À la galerie d’art Engramme, par exemple, les estampes géantes de l’artiste allemande Christiane Baumgartner évoquent la force des éléments; ils puisent par ailleurs leur inspiration des cours d’eau de la ville de Québec. Tandis que le duo suisse Lutz & Guggisberg a envahi la grande galerie de l’Œil de Poisson avec ses milliers de figurines d’argile.  

Le travail de l’artiste anglais Oliver Beer se fait aussi remarquer à la Galerie des arts visuels.  Dans ce qui s’apparente à un film d’animation, le créateur met en scène 2500 dessins réalisés par des enfants de 0 à 13 ans.