Randy Yantha, étudiant en génie civil

L'ingénieur de demain

 À la faculté de génie de l’université de Sherbrooke, les études et les stages vont de pair

Devenir ingénieur, Randy Yantha en rêvait depuis son adolescence. «Créer, inventer, concrétiser une idée en projet réel, ça me passionne», explique le jeune homme originaire de Chelsea, en Outaouais.

Son diplôme de technologue en génie civil en poche, il souhaitait poursuivre sa formation au sein d’une université francophone réputée. «Durant mes études collégiales, j’ai travaillé avec des ingénieurs qui me parlaient de leur parcours scolaire, et Sherbrooke est vraiment ressortie du lot. La qualité de l’enseignement, l’accès à de nombreux laboratoires et centres de recherche, sans oublier les stages, offrent l’équi­libre parfait entre la théorie et la pratique. On sort d’ici avec un solide bagage de connaissances et d’expérience», souligne Randy.

UNE VILLE ACCUEILLANTE

L’étudiant en génie civil a pris peu de temps à s’intégrer dans son nouveau milieu de vie. «C’est vraiment une ville universitaire: on peut tout faire sur le site! C’est dynamique, il y a de nombreuses activités, le mont Bellevue où l’on peut se balader. Actuellement, les couleurs sont magnifiques… Ce genre d’environnement ne se trouve pas dans les grandes villes.» À l’Université de Sher­brooke, il s’est vite senti au sein d’une grande famille. «Il y a ici une vingtaine de clubs, une asso­ciation étudiante très active et de nombreux événements. Les liens se créent facilement!»

L'Université de Sherbrooke, faculté de Génie

AU-DELÀ DES LIVRES

La vie étudiante combinée à la formule de stages coopératifs font de cette université un milieu de formation très riche. «Elle nous amène à avoir une vision plus globale de notre profession, à développer d’autres compé­tences tant personnelles que professionnelles qui feront de nous un meilleur ingénieur.»

Grâce à une équipe parfaitement rodée au Service de stage et de placement, chaque étudiant est bien préparé à faire son entrée sur le marché du travail. «C’est un point fort de cette université. On nous aide à trouver le stage qui correspond à nos objectifs et à nos valeurs. Personnellement, les cinq stages qui font partie de mon programme me permettront d’œuvrer dans les différents milieux: dans une firme d’ingé­nierie, en recherche, etc. Ce sont autant d’occasions de vivre ma passion et ça vient confirmer  pourquoi j’étudie en génie.»

AJOUTER DES CORDES À SON ARC

Celui qui rêve de devenir con­sultant à l’international a profité de toutes les occasions qu’offre l’Université de Sher­brooke pour apprendre et expérimenter. «J’ai pris part à des projets, dans les clubs, qui touchent d’autres do­mai­nes du génie. C’est inté­ressant, ça m’a fait rencontrer d’autres gens, et je crois que ça fera de moi un meilleur ingénieur civil puisque j’aurai en tête les considérations mécaniques, électriques, etc. d’un projet. Je participe à un projet de déve­loppement durable à l’interna­tional, c’est en lien direct avec mes projets d’avenir. J’ai aussi été président de l’association étudiante de ma Faculté et j’ai organisé des événements. Je souhaite devenir entrepreneur, et je suis déjà à me bâtir un solide réseau de contacts», ajoute Randy qui a suivi quelques cours à la Faculté d’administration, où il a trouvé d’autres ressources pour son projet de carrière.

STUDIO DE CRÉATION

Du rêve à la réalisation: telle est la devise inscrite sur le nouveau Studio de création – Fondation Huguette et Jean-Louis Fontaine inauguré le 4 octobre. Ce lieu a été conçu pour permettre aux étudiants de réfléchir, de schématiser, de dessiner, d’explorer, d’inno­ver et de concevoir pour maté­rialiser leurs rêves les plus fous, les plus audacieux. Le bâti­ment de 2500 mètres carrés pro­po­se une salle d’assem­blage, une salle de prototypage rapide, une salle pour travailler le bois, des salles élec­tro­ni­ques, d’usinage et de mécatronique, un hall d’expo­sition et d’inte­r­action, une salle multi­fonc­tionnelle et une salle d’idéation. 

LA FACULTÉ DE GÉNIE EN CHIFFRES

  • 3899 étudiantes et étudiants
  • 27 programmes de formation offerts dans huit spécialités : Génie bio­technologique; Génie chimique; Génie civil; Génie du bâtiment; Génie électrique; Génie infor­ma­tique; Génie mécanique; Génie robotique
  • 5 stages rémunérés de quatre mois sous la formule coopérative
  • 25 clubs étudiants où l’on peut réaliser des projets passionnants, et même participer à des compétitions. 
  • exposition MégaGÉNIALE (en décembre) où l’on présente des projets de fin d’études, des réali­sations d’envergure. Pensons à la machine-outil Hoola ONE qui nettoie les plages, présentée par des étudiants finissants en 2017, et qui a depuis remporté plusieurs prix, même à l’international.
  • 8 bourses de stage post-doctoral destinées aux femmes assorties d’un poste de professeure garanti à la Faculté de génie de l’Université de Sherbrooke, une action concrète pour atteindre un corps professoral composé à 20% de femmes d’ici 2022.
  • 31 chaires, instituts et centres de recherche

Usherbrooke.ca