Les violons du Roy

De Séoul à Beijing pour Les Violons du Roy

«Ça aura pris quelques jours, de longues et de nombreuses heures de transport, mais nous voilà tous réunis à Séoul–du moins ceux qui y étaient attendus!» Un «rendez-vous improbable», commentera du même souffle le codirecteur général et responsable de l’administration artistique des Violons du Roy, Laurent Patenaude.

L’homme précise que deux personnes étaient déjà sur place et que d’autres arrivaient de Québec (14 musiciens et deux accompagnateurs), de Montréal (6 musiciens), de Londres (le chef, une corniste et une accompagnatrice), puis de Vancouver (la seconde corniste), d’Helsinki (la violon solo invitée), d’Istanbul (le représentant de l’agence musicale Askonas Holt) et de Cleveland, où le pianiste Marc-André Hamelin avait offert un spectacle plus tôt.  

Alors que Les Violons du Roy célébraient, le 14 octobre, le 35e anniversaire de leur tout premier concert, voilà comment s’est amorcée la tournée en Asie qui les mène de la Corée du Sud à la Chine, une nouvelle première pour l’orchestre de chambre. Depuis le 29 octobre et jusqu’au 5 novem-bre, celui-ci fait rayonner le talent d’ici à Séoul, Shanghai, Beijing, Nanjing et Xi’an, ville jumelée à Québec, à travers des pièces de Mozart et Haydn. 

«Nous sommes allés souvent aux États-Unis et en Europe, mais l’Asie, c’est nouveau et nous ne voulions pas manquer cette chance ! Les salles dans lesquelles nous jouons sont d’une grande beauté. Notre programme et notre équipe ont été bâtis sur mesure pour répondre à la demande d’un public friand de musique classique», résume M. Patenaude, auquel le codirecteur général responsable de l’administration, Patrice Savoie, joint sa voix.  

Patrice Savoie et Laurent Patenaude, codirecteurs des Violons du Roy

« Apporter ce qu’on a de mieux »

Sous la direction musicale de Jonathan Cohen, chef depuis deux ans aux Violons du Roy, et en compagnie du pianiste de renommée internationale Marc-André Hamelin, des œuvres de la période classique seront donc interprétées par l’orchestre. Le Concerto pour piano no 27 et la Symphonie no 40 de Mozart, de même que la Symphonie no 83 dite «La Poule» de Haydn figurent au menu. Un répertoire familier, mais qui «apporte ce qu’on a de mieux». 

Les Violons du Roy comptent parmi les orchestres canadiens les plus actifs sur le marché international. Cette tournée en Asie, organisée en collaboration avec la prestigieuse agence britannique Askonas Holt, représente la 52e tournée internationale de l’orchestre de chambre depuis sa création, en 1984, à Québec. Il est à noter que la violoniste Nicole Trotier, membre fondatrice de l’ensemble musical, réalise sa 50e tournée avec l’orchestre.  

«Le vrai jour 1 commençait le 28 octobre avec deux répétitions sur la scène même du concert, au LG Arts Center de Séoul. La salle sonne bien… et on annonce que 75% des billets sont déjà vendus. Pendant la deuxième répétition, j’ai dû prendre un autobus pour l’aéroport afin d’y accueillir le pianiste soliste. Le chauffeur mettra plus de deux heures à revenir dans le quartier, une balade tout de même bien agréable», conclut M. Patenaude.

Les Violons du Roy