Collaboration entre l’Université Européenne de Tunis et l’École nationale d’administration publique (ENAP). Le directeur général de l’ENAP, Guy Laforest, parrain de la cohorte 2018.

L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC CÉLÈBRE SES 50 ANS

Un savoir qui rayonne

Si les chercheurs des éta­blissements de l’Université du Québec entretiennent des collaborations scientifiques avec plusieurs dizaines de pays dans le monde, ces échanges reposent souvent sur les créneaux d’excellence du réseau. Ceux-ci se concrétisent, bien entendu, par la cotutelle de thèses de doctorat, mais aussi par l’accomplissement de projets de recherche d’envergure et par la publication d’articles scientifiques, lesquels sont d’ailleurs reconnus pour leurs retombées.

Par l’entremise de leurs acti­vités d’enseignement et de recherche, les établissements du réseau de l’Université du Québec font incontestablement rayonner le savoir québécois sur l’ensemble des continents. Plusieurs de leurs professeurs chercheurs ont acquis une notoriété enviable sur la scène internationale en raison des travaux scientifiques qu’ils réalisent, travaux qui s’avèrent source d’innovation tant sur le plan social que technologique.

La mobilité étudiante
Plus des trois quarts des étudiants étrangers qui fréquentent l’un ou l’autre des établissements de l’Université du Québec sont originaires de pays francophones. Ils proviennent essentiellement de la France (52%), des pays d’Afrique et du Moyen-Orient – à l’exception du Maghreb – (19%), et du Maghreb – Maroc, Algérie et Tunisie (10%). Les établissements du réseau de l’Université du Québec encouragent par ailleurs leurs étudiants à acquérir une expérience universitaire à l’international. Ceux qui poursuivent leur formation à l’extérieur du Canada se rendent principalement en France (43%), dans un autre pays d’Europe (30%), aux États-Unis (6%) ou ailleurs dans le monde (21%).