Le match de l’emploi

METRO: Chasseur de nouveaux talents

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Saviez-vous que Metro se classe au 1er rang des chaînes d’alimentation en ce qui a trait à la satisfaction client? Quand une pandémie fait exploser le commerce en ligne, comment conserver ce même niveau de qualité? C’est simple: en mettant tout en place pour continuer de livrer la marchandise.

Quand on regarde de près la mission et les valeurs de METRO, on comprend rapidement la place importante qu’occupe la clientèle dans la pyramide. «Tout part du consommateur», affirme Lucy Rodrigues. «Chez nous, offrir le meilleur service ne peut s’accomplir que par la meilleure équipe», s’empresse d’ajouter la directrice nationale, gestion des talents chez METRO.

«Pour continuer à offrir la meilleure expérience-client dans toutes nos bannières, on a besoin de gens qui ont non seulement de l’intérêt mais la volonté d’apprendre et de grandir au sein de l’entreprise. Nous les appuyons dans l’acquisition de compétences. Par-dessus tout, on veut des gens qui ont la bonne attitude et qui prennent plaisir à aider nos clients», précise madame Rodrigues.

Valoriser les ressources

Lucy Rodrigues croit que la pan­démie a permis à la population de réa­liser l’importance des em­ployés qui œu­­vrent en première ligne pour offrir des services essentiels. 

«Le point positif? On a redonné les lettres de noblesse aux emplois dans les magasins d’alimentation notamment. Les gens ont aussi pris conscience que si personne ne travaille à préparer les commandes dans les centres de distribution afin de les expédier en magasin, le consommateur ne pourra pas mettre la main sur les produits dont il a besoin pour nourrir sa famille. Même chose en pharmacie. Imaginez que les produits ou médicaments ne soient plus accessibles», soutient la directrice.  On l’a compris:  leur rôle est essentiel dans la grande chaîne de la vie.


«  Nous avons de nombreux postes à combler dans tout le réseau avec des horaires flexibles de jour, de soir et même de nuit  »
Lucy Rodrigues

Quand le eCommerce fait boom!

Dès les premières semaines de la pandémie, le commerce en ligne de la bannière Metro a littéralement explosé. «Le volume était tel qu’il a fallu s’organiser, peaufiner nos façons de faire, créer de nouveaux postes pour magasiner à la place des consommateurs en épicerie, postes pour lesquels nous sommes toujours en recrutement», soutient Lucy Rodrigues. Les nouvelles technologies ont aussi repris du service. Fixé au bras de l’utilisateur, le Gladiator est l’outil de travail numéro un des commis qui préparent les commandes en magasins. «Il facilite leur travail et veille à maintenir à un haut niveau la qualité de notre service et du coup, la satisfaction des clients.»

Des horaires «agiles»

L’agilité étant reconnue comme une force vive de METRO, l’entreprise n’éprouve aucune difficulté à concevoir des horaires de travail flexi­bles répondant aux besoins des employés. «Les étudiants deman­dent à ce que leurs horaires soient établis en fonction de leurs cours et préfèrent souvent tra­vailler le soir et la fin de semaine. Quant aux préretraités qui souhaitent réintégrer ou poursuivre sur le marché du travail et créer des liens sociaux, ceux-ci sont souvent plus matinaux. Bref, nous excellons à trouver des solutions qui concilient la vie personnelle et professionnelle de tous et chacun», confirme la directrice.

Recruter, former et retenir

Avant la pandémie, le Québec faisait face à un important enjeu de recrutement. La pandémie a ajouté à la difficulté. «Ce que METRO recherche, ce ne sont pas nécessairement des gens possédant 10 ans d’expérience ou bardés de diplô­mes. Nous voulons des gens prêts à travailler immédiatement, dans le plaisir et le respect du client», résume madame Rodrigues, première à reconnaître l’importance de savoir retenir les nouveaux talents au sein de l’entreprise. «Une personne motivée sera formée à l’interne, coachée à la tâche et pourra bouger au sein d’autres départements pour approfondir sa connaissance de l’entreprise au fil des ans. Nous avons même une académie de formation, L’école des professionnels, qui offre à nos employés la formation requise pour obtenir un poste de gestion en magasin.» 

Grandir avec METRO, c’est possible? La réponse est sans équivoque. «L’un de nos VP a débuté comme commis aux fruits et légumes tandis qu’un directeur des opérations poussait des paniers en épicerie à ses débuts.»

INTÉRESSÉS?

Pour tous les postes disponibles, on pose sa candidature via le site internet à macarriere.metro.ca ou au magasin le plus proche.  Entrevues virtuelles, par téléphone ou en personne, en respectant les mesures sanitaires.

METRO EN CHIFFRES

  • 90 000 collègues 
  • 950 marchés d’alimentation
  • 650 pharmacies
  • 160 % d’augmentation des ventes alimentaires en ligne durant le quatrième trimestre par rapport à l’an dernier.
  • 100 postes + de préparateurs de commandes en épicerie disponibles immédiatement dont plusieurs dans la ville de Québec

corpo.metro.ca