Le match de l'emploi

Construction: plusieurs postes à pourvoir et formation disponible

La Vitrine
Contenu commandité
Le gouvernement du Québec a annoncé ces derniers jours vouloir ajouter 11 000 travailleurs par année dans l’industrie de la construction pour répondre aux problèmes de la rareté de la main-d’œuvre dans ce secteur économique. Un programme encouragera la formation.

Si le problème est bien réel, la rareté de main-d’œuvre est différente selon les régions, rappelle Mélanie Malenfant, porte-parole de la Commission de la construction du Québec (CCQ). Les besoins au plan provincial seraient de 13 000 personnes par année dans les différents corps d’emploi selon la CCQ.

Le gouvernement note aussi les problèmes de rétention de la main-d’œuvre et les nombreux départs à la retraite dans les cinq prochaines années, ce qui l’a incité à injecter 120 millions $ pour aider au recrutement et à la formation d'employés dans ce secteur névralgique.

Il existe des dizaines de centres de formation professionnelle (CFP) offrant des parcours accélérés pour les métiers de la construction: plusieurs CFP sont dans les régions de la Capitale-nationale et de Chaudière-Appalaches.

Un exemple concret à Québec avec l’École des métiers et occupations de l’industrie de la construction de Québec (EMOICQ) qui offre 13 formations sur les 26 métiers de l’industrie, explique Amélie Tremblay Gilbert, conseillère en orientation de l’EMOICQ.

«Nous accueillons entre 700 et 900 élèves par année dans des parcours de six à 18 mois, précise-t-elle. Les étudiants travaillent dans des ateliers identiques à celui des chantiers avec les outils qu’ils devront utiliser dans l’un des quatre pavillons de l’école à Québec.»

Si les métiers de charpentier-menuisier, de peintre et d’électricien sont les plus populaires auprès des élèves, elle note qu’il y a une bonne demande sur le marché du travail pour les ferblantiers, les couvreurs, les poseurs de revêtements souples et les électriciens en système de sécurité entre autres.

«Il est encore temps de s’inscrire pour les cours de l’automne, explique-t-elle. Il y a encore de la place. Il est même possible d’ici le 30 avril de s’inscrire pour ceux et celles qui retournent à l’école, car ils pourront bénéficier d’une aide financière du gouvernement avec le Programme d’aide à la relance par l’augmentation de la formation.

Rédaction: Yves Therrien