De gauche à droite, les professeures Sarah Dorner, Elmira Hassanzadeh, Françoise Bichai et Michèle Prévost
De gauche à droite, les professeures Sarah Dorner, Elmira Hassanzadeh, Françoise Bichai et Michèle Prévost

Le Génie en action

Polytechnique Montréal: Innover pour la société

La Vitrine
Contenu commandité
Fondée en 1873, Polytechnique Montréal, université d’ingénierie, est l’une des plus importantes universités d’en­­seignement et de recher­che en génie au Canada. De la mobilité dura­ble au génie biomédical, en passant par la cybersécurité et l’environnement, les professeurs et les étudiants de Polytechnique travaillent à des projets de recherche concrets en adéquation avec les enjeux actuels et futurs de la société.

C’est le cas de Michèle Prévost, professeure au Département des génies civil, géologique et des mines, qui a notamment sonné l’alarme dans le dossier du plomb dans l’eau des écoles. Elle pilote actuellement un important projet qui vise la gestion intégrée du risque Legionella dans les tours de refroidissement par la détection rapide, le traitement innovateur et le contrôle des vecteurs de transmission.  

Il faut savoir que la Légionellose est la maladie transmise par l’eau qui a le plus augmenté en Amérique du Nord. «Étrangement, plus on économise l’eau, plus on favorise l’introduction de la maladie –principalement dans les vieux bâtiments– en favorisant des conditions propices à la bactérie Légionelle dans l’eau potable. Il nous faut trouver des so­lutions pratiques, et ce, rapidement.»

Cette quête de solutions, Michèle Prévost la fait avec la complicité des étudiants de Polytechnique qui sont partie prenante de la recherche, souvent sur le terrain. «Nos recherches ont un impact direct sur la vie des gens, et il y a de la place à Polytechnique pour celles et ceux qui veulent trouver et apporter des solutions dans des domaines de pointe.»