Les 40 ans du Domaine Forget

Faire don de soi

Ginette Gauthier et les membres d’un CA ultra dynamique réussissent chaque année un véritable exploit.

«Il y a 40 ans, un organisme culturel n’était pas perçu comme un créateur d’emploi ou un générateur de retombées éco­nomiques. Aux yeux des gens, on était un éléphant blanc». Quarante ans plus tard, c’est impressionnant de voir ce que la fougue de gens passionnés peut générer chaque année. «Près de 75% de notre budget annuel de quatre millions de dollars provient de revenus autonomes soit la billetterie, l’Académie, les commanditaires et les dons», affirme fièrement la directrice.

Des mécènes engagés
Les donateurs et les partenaires financiers sont essentiels. «Si l’on veut être compétitif dans une société ouverte sur le monde, il faut être à la fine pointe de la technologie et viser l’excellence», ajoute Mme Gauthier. Impossible de passer sous silence la contribution de feu Mme Jacqueline Desmarais, engagée dès les années 80. «Son dynamisme a souvent façonné nos actions. Elle adorait le contact avec les jeunes musiciens de la relève.» Depuis 2004, le Fonds de bourses du Domaine Forget porte d’ailleurs le nom de Jacqueline et Paul Desmarais. 

Jacqueline Desmarais


«Ce qui nous rend le plus fier, c’est cette passion qui nous a permis de poursuivre, len­tement, mais sûrement, la vision des fondateurs, depuis 40 ans.» 

Édith Allaire