Contenu commandité
Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Le Diamant

Ailleurs, Norge et Le Devisement du monde: trois chapitres, trois histoires, un triptyque

Débarqué à Québec il y a 23 ans, Kevin McCoy en a fait sa terre d’accueil. Il a aussi fait de son parcours d’immigrant le thème récurrent de son écriture, qu’il décline en différentes versions et épisodes dans trois pièces théâtrales.

Alors qu’il présentera ce mois-ci la première internationale de sa nouvelle pièce intitulée Le Devisement du monde, il sentait aussi le besoin de réadapter ses pièces phares Ailleurs et Norge, présentées pour la première fois en 2006 et en 2015. «Ces pièces font partie de mon ­histoire et elles évoluent dans le temps», dit-il.

Kevin McCoy connaît chaque coin de rue du Vieux-Québec; il arpente les ruelles de Limoilou avec aisance et visite ses restos et commerces préférés en ville. Bien qu’il se sente chez lui, il sera toujours un immigrant constate l’homme de théâtre qui a fondé la compagnie Théâtre Humain et s’est rapidement taillé une place dans le milieu théâtral de Québec. 

C’est l’amour qui l’a mené jusqu’à Québec dans les années 1990. Conjoint du célèbre dramaturge Robert Lepage, les deux hommes de théâtre travaillent peu souvent ensemble, bien qu’ils se conseillent mutuellement. 

En 2005, il souhaitait replonger dans ses premières années. «Quand je suis arrivé ici, j’ai pris des cours de francisation et j’ai côtoyé des immigrants venant de partout dans le monde, avec chacun leur propre histoire. Ça m’a toujours habité et inspiré.»

Le Diamant

Le Devisement du monde: Première théâtrale très attendue à Québec

Le dramaturge Kevin McCoy a toujours été fasciné par la quête de l’explorateur Marco Polo. Non seulement par son long périple sur la Route de la soie, mais aussi par la relation qu’il entretenait avec son père. Dans sa plus récente création théâtrale intitulée Le Devisement du monde, il dresse un parallèle avec sa propre histoire.

À mi-chemin entre la fiction et l’autobiographie, cette nouvelle pièce sera présentée en première mondiale au Diamant du 11 au 20 février, ainsi qu’en triptyque (nommé Le Triptyque migratoire), lors d’un événement spécial le 22 février. Créés en 2006 et en 2015, les deux premiers volets Ailleurs et Norge, – qui ont connu un grand succès –, profiteront de la création de ce nouvel opus pour reprendre l’affiche.

«Mes pièces n’étaient pas prévues comme un triptyque au départ. Mais il y a assurément un fil conducteur: moi!», lance le dramaturge qui revisite dans chacune des pièces des événements phares de sa vie, transposés dans un univers théâtral et imaginaire. 

Le Diamant

Inauguration du Diamant

Après 15 ans de persévérance et 3 ans de chantier, Le Diamant ouvre enfin ses portes ! Au cours de la fin de semaine de la fête du Travail, les équipes du Diamant, en présence de Robert Lepage, ont accueilli des milliers de visiteurs pour un parcours artistique à travers le lieu. Un moment fort en émotions, en collaboration avec Bell !

Le diamant

Le Diamant: Le rêve se concrétise

C’est un Diamant tout en finesse, lumineux et multifacettes qui verra bientôt le jour à la place D’Youville. Sa construction étant presque achevée, les travaux de finition se poursuivent toutefois en son enceinte, à une vitesse fulgurante, afin d’accueillir comme prévu ses premiers spectateurs dans moins de 100 jours.

À la veille du dévoilement de la programmation de sa saison inaugurale, l’équipe du Diamant est fébrile. Sentant le rêve de plusieurs années, voire de presque deux décennies, se réaliser sous peu, le rythme s’accélère. 

Un projet de longue haleine

Ce n’est pas d’hier que le metteur en scène Robert Lepage rêve du Diamant. «Ça fait 15 ans qu’on y travaille, mais plus de 20 ans qu’on en rêve», lance l’initiateur du projet. 

De fait, depuis la fondation de sa compagnie Ex Machina à Québec en 1994, laquelle rayonne aujour­d’hui partout sur la planète, il souhaitait avoir son lieu de dif­fusion à Québec. Profondément attaché à la ville de Québec, pas question pour l’homme de théâtre de s’établir à l’étranger, malgré les nombreuses propositions.

Au fil des ans, avec l’appui incondi­tionnel du maire Jean-Paul L’Allier, plusieurs options et lieux ont été abordés. Il y a notamment eu celle de créer un théâtre dans le tunnel Dufferin, une option onéreuse qui a été écartée. Mais la volonté est demeurée.