Cérémonie récente des policiers morts en devoir. Participation des membres de l’unité d’apparat et des membres de l’unité moto.

LA POLICE DE QUÉBEC: 175 ANS

Quelques moments-clés: des années 60 à nos jours

1980
Embauche des premières femmes policières. Sylvie Tousignant et Julie Cloutier ont toutes deux ouvert la voie et brillamment gravi les échelons. Alors que la première a complété sa carrière au SPVQ à titre de directrice adjointe aux enquêtes et services spécialisés, la seconde a atteint le grade d’inspecteur, occupant le poste d’adjointe opérationnelle à la surveillance du territoire.   

1986
Instauration de l’unité canine du SPVQ. Un policier du nom de Maxime Tremblay lui donne vie. Aujourd’hui, cinq maîtres de chien forment chacun une équipe opérationnelle avec un compagnon de race berger allemand.

1993
Création, dans l’ancienne ville de Sainte-Foy, du Centre 9-1-1 de Québec. Celui-ci regroupe à ce jour plus de 75 employés et répond à près de 400 000 appels annuellement. Il constitue la porte d’entrée de tous les appels d’urgence effectués sur le territoire desservi par le Service de police, le Service de protection contre l’incendie et le Centre de Communication Santé des Capitales. 

1995
Mise en place de l’unité de contrôle de foule. Le mandat de l’unité, à laquelle sont associés plus de 120 policiers, consiste à inter­venir lorsqu’il y a une demande de gestion de foule à l’occasion d’évé­nements tels des rassemblements populaires, des conflits de travail ou des
manifestations. 

2002
Fusion de six services de police du territoire. À celui de Québec sont intégrés ceux de Charlesbourg, de la Haute-Saint-Charles, de Sainte-Foy, de Sillery et de Val-Bélair. Le nouveau SPVQ devient ainsi le deuxième plus important corps de police municipal de la province.

2006
Naissance du Groupe tactique d’intervention (GTI). Ce dernier compte 13 membres, soit un chef de groupe, deux chefs d’équipe et dix agents d’intervention. Des spécialistes en diverses matières – armes à feu, armes intermédiaires, irritants chimiques, cordages, emploi de la force et autres aspects tactiques – le composent.

Automobile fantôme et un policier en uniforme, 29 avril 1964
Atelier de réparation pour les appareils de radio émetteurs-récepteurs de la police, 10 octobre 1964
Fourgon de police (panier à salade), 22 avril 1968
L’agent Grégoire Doyon sur sa boîte de circulation (Canardière/Capucins) au début des années 70.
Voiture du Service de police de Québec, 1970