Viandes biologiques de Charlevoix

La passion du bio

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Les Girard sont de véritables pionniers du bio. Sur leurs terres de Charlevoix, ils cultivent leurs propres grains et traitent leurs bêtes aux petits soins. Les produits qu’ils transforment avec passion méritent respect et récompenses. La preuve? Une médaille n’attend pas l’autre.

Chez les Girard, l’amour de l’agriculture se transmet de père en fils. Et de mère en filles. Leur passion du bio remonte à bien longtemps. «Il y a 20 ans, parler bio avec les banques relevait de la science-fiction. Ça faisait peur à tout le monde», se rappelle Elsa Girard, la fille de Damien Girard qui aujourd’hui, participe activement aux opérations de la ferme tout comme sa sœur Alexandra, son frère Félix et plus de 50 employés.

Leurs parents, Damien et Natasha, sont à l’origine de tout. «Papa vient de Baie-Saint-Paul, maman de Saint-Hilarion. L’amour de la terre les a réunis.» Et le bio les a unis, pourrait-on ajouter. Audacieux autant que respectueux de nature, le couple Girard-McNicoll n’a pas mis longtemps à vouloir faire les choses autrement. Leur modèle d’affaires est unique et reconnu à l’international. 

Des produits sains dans un environnement sain

Au Québec, les Girard ont été l’un des premiers à travailler le porc bio. «Damien a même contribué à -développer la certification avec Ecocert Canada», affirme Elsa, responsable du marketing. Aujourd’hui, les installations dernier cri des Viandes Biologiques de Charlevoix abritent un élevage de 2200 porcs et  plus de 45 000 poulets. «Nous sommes à terminer l’agrandissement d’un nouveau centre de transformation de 21 000 pieds carrés avec mezzanine. C’est trois fois la surface d’origine», précise fièrement la jeune femme.

Ici, porcs et cochons bien élevés font partie de la famille. « Notre priorité est de prendre soin de nos animaux. Et ça commence par la manière dont on les nourrit. » Depuis les tout débuts, en 2001, les Girard cultivent leurs propres grains bio. « Blé, avoine, pois et orge font partie de l’alimentation. Le maïs est quant à lui banni puisqu’il donne des gras fondants indésirables pour la charcuterie », précise Elsa. Aujourd’hui, ils peuvent compter sur plus de 800 hectares de champs en culture dans Charlevoix, de Saint-Tite-des-Caps à Sacré-Cœur.

Le bien-être des bêtes avant tout

Aux Viandes Biologiques de Charlevoix, le bien-être et le respect de l’animal sont une priorité. Ici, les bébés restent plus longtemps avec leurs mères; on leur offre de la lumière naturelle et de vastes enclos. «Ça permet de bien développer la musculature et d’assurer leur bien-être.» La maternité de la ferme de Saint-Urbain abrite en permanence près de 1200 porcelets. «On a mis des planchers chauffants pour que ce soit plus confortable.» 

À table !

Les Viandes biologiques de Charlevoix peuvent se targuer d’offrir un produit authentique et de qualité supérieure, certifié Terroir Charlevoix. Toutes les verrines sont sans agent de conservation, la charcuterie sèche (saucissons secs, lonza, coppa) est 100% sans nitrite. «C’est Damien – nutritionniste de formation – qui développe toutes les recettes, inspirées de celles de sa grand-mère ou de ses nombreux voyages en Europe », affirme Elsa. Pour ce qui est du poulet frais, sa réputation n’est plus à faire. L’entreprise collabore aussi avec les producteurs locaux. Leur saucisson sec au fromage Hercule de la Laiterie Charlevoix figure parmi les produits les plus populaires.

Écoresponsable

Leur ferme ultra technologique est chauffée à la biomasse. «Nous avons pu substituer 700 000 litres de propane en un an, en plus d’encourager l’économie circulaire ». Ainsi les écorces de bois d’une usine de St-Hilarion servent à alimenter la fournaise.  La cendre est ensuite récupérée comme engrais dans les champs. «Nous recyclons aussi les résidus de la compagnie Natura qui produit du lait de soya. Le sous-produit - l’Okara - est séché et incorporé dans la moulée des animaux qui, compte tenu de sa richesse en protéines et minéraux, ne s’en porteront que mieux.»

Une dinde bio pour Noël? 

Élevée en liberté, sans antibiotiques, la dinde des Viandes biologiques de Charlevoix est d’une tendreté exceptionnelle. On la réserve sans tarder dans l’un des 600 points de vente au Québec.

Prix Eureka 2019/Catégorie agriculture :

Récompense les efforts pour un Québec vert et prospère.

www.viandesbiocharlevoix.com