La forêt au cœur de notre vie

Retourner aux sources pour prendre soin de soi

Il n’est pas rare de croiser des gens prendre l’air dans la forêt un dimanche après-midi ou un jour de congé. Pourtant, combien d’entre nous prennent vraiment le temps d’observer et d’apprécier la nature, sans tenter de parcourir une grande distance ou de faire le trajet le plus rapidement possible? Si on se sent détendu après avoir fait une randonnée en forêt, ce n’est rien en comparaison aux bienfaits que nous apporte une immersion complète en nature. S’immerger dans la forêt consciemment afin d’en retirer le plus grand calme et de prendre soin de sa santé, c’est précisément ce à quoi vise la sylvothérapie.

Qu’est-ce que la sylvothérapie?
Le terme sylvothérapie est issu du mot latin silva, qui signifie «forêt». Ce mode de soin consiste à s’immerger dans la forêt pendant un certain temps afin d’en recueillir des bienfaits thérapeutiques. Bien que les humains profitent des bienfaits d’une certaine symbiose avec la nature depuis toujours, ce n’est qu’au 19e siècle que cette pratique fut développée sous ce nom.

Alors que la sylvothérapie désigne le fait de passer du temps en forêt pour prendre soin de soi, des concepts spécifiques sont également nés de cette science. Tel est le cas du Shinrin Yoku, soit «bain de forêt» en japonais. Prendre un «bain de forêt» est une pratique reconnue du corps médical japonais qui consiste à prendre une lente marche silencieuse dans la forêt et d’aiguiser ses sens tout en évacuant son stress. Le principe est d’être entouré de la nature sans être pressé de parcourir un sentier précis. Lors de cette marche, le guide facilite l’éveil des sens et la connexion avec la nature pour que les participants puissent bénéficier au maximum de ses bienfaits. La marche méditative se termine souvent par un échange autour d’un thé. Maintenant populaire au Japon, cette méthode est considérée comme primordiale à un mode de vie sain.


« La sylvothérapie est une pratique qui nous aide à nous souvenir d’où nous venons et qui nous invite à retourner à nos sources pour prendre soin de notre santé à tous les niveaux. »
Marie-Noëlle Gagnon

Des effets surprenants bien réels
Il est vrai que le contact avec la nature permet la détente, mais les vertus thérapeutiques de la sylvothérapie s’étendent plus loin que la simple relaxation. En effet, en prenant un «bain de forêt», on inhale des phytoncides, soit les essences naturelles des arbres présentes dans l’air. Cela entraîne une diminution de la production des hormones de stress, comme le cortisol et l’adrénaline, d’où le sentiment d’être plus calme. D’ailleurs, ces marches se terminent souvent par une tasse de thé chaud infusé aux arômes de plantes ou d’arbres de la forêt afin de compléter cet effet. Dr Qing Li, médecin au département d’hygiène et de santé publique à l’Université de médecine de Tokyo, affirme que les recherches menées depuis 2003 démontrent que cette détente permet aussi de diminuer l’anxiété, la colère et même les symptômes de dépression.

S’immerger consciemment dans la forêt aurait aussi des bienfaits physiques, comme réduire la pression artérielle, diminuer le taux de glycémie, améliorer les fonctions cardiovasculaires et augmenter la production de protéines anti-cancer. Évidemment, tous ces bénéfices ont comme résultat de renforcer le système immunitaire, ce qui peut protéger contre d’autres déséquilibres de santé. Ces effets se font ressentir après un seul «bain de forêt» et peuvent durer plusieurs jours.

Qu’en est-il des «bains de forêt» au Québec?

En Amérique, la sylvothérapie et les «bains de forêt» ne sont pas encore aussi populaires qu’au Japon et en Europe. Toutefois, la situation est en train de changer, puisque des Québécois et Québécoises s’intéressent maintenant à ces pratiques et à leurs avantages. Tel est le cas de la sylvothérapeute et herboriste Marie-Noëlle Gagnon. Selon elle, la sylvothérapie offre l’occasion de bénéficier de bienfaits thérapeutiques, mais aussi de prendre le temps d’admirer la forêt et de redécouvrir les petites merveilles de la nature.
«Les arbres sont sur Terre depuis environ 350 millions d’années et nous, Homo sapiens, seulement depuis approximativement 300 000 ans. Nous avons vécu en harmonie avec la nature jusqu’à tout récemment… La sylvothérapie est une pratique qui nous aide à nous souvenir d’où nous venons et qui nous invite à retourner à nos sources pour prendre soin de notre santé à tous les niveaux.»

C’est dans cette optique que Madame Gagnon organise des «bains de forêt» à travers la province de Québec. Ses clients participent à des marches en petits groupes et, dans tous les cas, peuvent témoigner des bienfaits psychologiques et physiques une fois l’activité terminée. Ceux et celles voulant expérimenter les bienfaits de la sylvothérapie en participant à un «bain de forêt» peuvent la contacter pour prendre part à une marche dans leur région via lafeedor@yahoo.ca ou en consultant les événements sur sa page Facebook Crann Naofa.

Daphnée Gagnon-Beaulé