Le projet de terminal de conteneurs au Port de Québec

Journée maritime Québécoise 2018

Port de Québec: une fenêtre ouverte sur le monde

Le Port de Québec fait rayonner la ville. Sa situation privilégiée en fait un port de transbordement essentiel sur la voie des Grands Lacs. Pour valoriser toujours plus ses atouts, le projet de terminal de conteneurs de Beauport sera un élément important de ce rayonnement international. Ces développements futurs, comme les opérations actuelles, s’appuient sur des piliers de développement durable qui font du Port de Québec un exemple suivi.

«Québec constitue le dernier port en eau profonde dans le Corridor de Commerce Saint-Laurent−Grands-Lacs. Avec ses 15 mètres à marée basse et sa position géographique stratégique, le Port de Québec possède une combinaison d’atouts uniques sur le Corridor maritime Saint-Laurent−Grands Lacs», commente le président-­directeur général du Port de Québec, Mario Girard.

Un port de transbordement stratégique

Dernier port en eaux profondes sur la voie maritime qui va vers les Grands Lacs, le Port de Québec permet aux vraquiers de grandes tailles et de fortes capacités qui ont besoin d’eau profonde d’accoster. Au-delà de Québec, les navires imposants ne peuvent plus passer. La profondeur de la voie maritime et les écluses qui mènent aux Grands Lacs demandent des navires plus modestes.

Aujourd’hui, c’est au tour des porte-conteneurs de suivre la même évolution que les vraquiers. Toujours plus grands avec toujours plus de capacité, ils permettent de réduire les coûts de transport. Après neuf ans de travaux tita­nesques, la cons­truction d’un nouveau canal de Panama a permis l’ouverture en juin 2016 d’une voie de transit plus large et plus profonde. 

Une nouvelle génération de navires plus grands peut désormais emprunter ce passage qui est passé de 12 à 15 mètres de profon­deur d’eau. Depuis l’ouverture du nouveau canal de Panama en 2016, la capacité moyenne des navires abordant les ports de la côte est des États-Unis a déjà  augmenté de 50%, passant de 4000 EVP (équivalent 20 pieds) à 6000 EVP en 2017, et il est assuré que cette augmentation se poursuivra au cours des prochaines années. Cette situation met en péril les parts de marché du Corridor Saint-Laurent−Grands-Lacs pour la desserte du Nord-Est américain et du Midwest. 

Projet de plantation d’arbres du Port de Québec

Un projet pour valoriser ses atouts

Le Port de Québec se doit de ­pro­fiter de ses atouts. «Avec une profondeur de 16 mètres, sa localisation stratégique et une pleine intermodalité, le projet de terminal de conteneurs au Port de Québec s’inscrit dans une stratégie d’avenir pour un port qui dessert un marché s’étendant jusqu’aux confins des Grands Lacs et qui compte plus de 110 millions de consommateurs», poursuit Mario Girard.

Le projet d’agrandissement dans le secteur de Beauport qui ajoute 17 hectares de terre-plein et une ligne de quai de 610 mètres dotée d’une profondeur de 16 mètres aura une capacité annuelle de
500 000 conteneurs EVP. Il dotera le Saint-Laurent d’une véritable ­alternative aux ports en eaux profondes de la Côte Est américaine. Les grandes lignes internationales de conteneurs trouveront ainsi une nouvelle option économiquement attrayante.

Ce nouveau terminal bénéficiera aussi aux entreprises d’ici en raccourcissant le parcours terrestre des marchandises avant d’embar­quer sur les plus gros porte-­conteneurs. Avoir un terminal de conteneurs à proximité leur permettra d’être plus compétitives en réduisant leur coût de transport et les temps de transit pour achemi­ner les biens produits. 

Plages des battures de Beauport

Trois piliers pour le développement durable

«Les activités et les projets de développement du Port de Québec s’appuient sur un plan de déve­loppement durable articulé autour de trois piliers: un Port citoyen, un Port urbain et un Port entrepreneur», explique Mario Girard. Le Port de Québec est un acteur ­engagé dans la communauté. La mise en place d’un processus ­environnemental de participation ­citoyenne (PEPC) ou encore le Comité de cohabitation Port-Communauté (CCPC) crée des lieux d’échanges entre le port, les citoyens, les groupes environne­men­taux et les institutions de la région.

Le Port de Québec mise aussi sur des aménagements de qualité. « Aujourd’hui, 20% du territoire du Port de Québec est accessible en zone récréotouristique comme à la plage de Beauport, à la pointe à Carcy ou au parc de l’Anse Brown», poursuit le président-directeur général. De nouveaux projets comme des aménagements au Bassin Louise ou à la promenade portuaire du Foulon sont en préparation.

Finalement, le deuxième plan de développement durable 2017-2022 prévoit 27 actions concrètes dans tous les domaines. La station de qualité de l’air installée dans Limoilou, qui dévoile ses résultats quotidiens sur internet, en est un exemple. La mise en place d’une trame verte constitue une autre mesure concrète du plan d’action. «Une ville qui a un port qui rayon­ne dans le monde possède un atout stratégique considérable, celui de posséder un lien à l‘international. Les villes qui réussissent sont les villes les plus ­ouvertes sur le monde», conclut Mario Girard.