Journée maritime Québécoise 2018

La Corporation des pilotes du Bas Saint-Laurent: une mission dans l’intérêt public

Le pilotage maritime sur le fleuve Saint-Laurent remonte à l’époque de la Nouvelle-France. Pendant près de 150 ans suivant la fondation de Québec, les pilotes du Roy et les ­pilotes dits canadiens jouèrent un rôle majeur dans le développement de la navigation sur le Saint-Laurent. C’est cependant en 1860 qu’à été déterminée l’organisation du pilotage dans le Saint-Laurent alors que l’un des pères de la Confédération canadienne, sir Étienne Paschal Taché, œuvra pour l’adoption de l’Acte pour incorporer les Pilotes du Havre de Québec et au-dessous, loi votée en 1860 à l’Assemblée législative de la province du Canada, à Québec, alors capitale du Canada.

La Corporation des pilotes du Bas Saint-Laurent (CPBSL) est régie en corporation depuis 1960 et possède un Règlement général et un Code de conduite et de déontologie. La CPBSL a pour mission première d’assurer, dans l’intérêt public, la conduite sécuritaire des navires entre Québec et Les Escoumins, y compris la rivière Saguenay. Pour ce faire, la CPBSL compte sur 73 pilotes brevetés qui s’acquittent de la ­sécurité de près de 8000 prestations de pilotage par année. La CPBSL compte parmi ses pilotes une équipe de pilotes lamaneurs. Ces derniers desservent le port de Québec et les ports secondaires dans la circonscription de pilotage.   

Le pilotage maritime au Canada a pour principe directeur la sécurité de la navigation. Dans ce contexte, les pilotes qui assurent la conduite des navires sur le fleuve Saint-Laurent sont en mesure de pouvoir exercer leur jugement de manière indépendante, et ce, dans l’intérêt public. De 2007 à 2017, la CPBSL a pour sa part enregistré un total de 76000 affectations à des voyages dans le Saint-Laurent et le Saguenay. Qui plus est, quelque 12000 affectations l’ont été au lamanage de navires au cours de la même période. Les pilotes de la CPBSL sont forts d’un bilan de sécurité exceptionnel et d’un bilan de disponibilité impeccable. Ainsi, comme tous leurs confrères pilotes au Canada, les pilotes de la CPBSL contribuent à l’économie canadienne par l’entremise de leur expertise dans la conduite sécuritaire des navires qui mène ainsi à l’acheminement des marchandi­ses à bon port. 

En 2004, la CPBSL s’est porté acquéreur, à même ses ressources, d’un simulateur multifonctionnel destiné à la formation continue des pilotes. Inauguré en 2005, le Centre de simulation et d’expertise maritime (CSEM) a pour mission d’assurer la formation et le perfectionnement des pilotes de la CPBSL et de partager l’expertise acquise en simulation avec les autres pilotes et professionnels du domaine maritime. 

Les pilotes du Saint-Laurent sont soumis aux plus grandes exigences en matière de formation profes­sionnelle, dont celle très rigoureuse d’apprenti pilote. Qui plus est, la CPBSL a également élaboré un programme de formation continue des pilotes qui est dispensé au CSEM. Ce programme fait suite à la résolution A.960 de l’Organisation maritime internationale (OMI), ­basée à Londres, et constitue une ­référence en la matière.

La CPBSL collabore dans le cadre de la Loi sur les espèces en péril. Les pilotes de la CPBSL ont en effet grandement contribué à la mise en vigueur des mesures volontaires applicables au passage des navires dans l’estuaire du Saint-Laurent qui ont été mises en place en 2013 afin de réduire les risques de collisions avec les baleines. D’autre part, la CPBSL participe aux discussions du plan d’action visant le rétablissement du béluga dans le fleuve Saint-Laurent. 

En cette époque où le sort de l’environnement préoccupe beaucoup la population, le pilotage maritime tel qu’exercé sur le Saint-Laurent apporte donc des répon­ses sans équivoque aux questions soulevées en matière de préservation des eaux et des rives du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Saguenay.