Claire Deronzier et Nadine Girault
Claire Deronzier et Nadine Girault

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE

Ministère des Relations Internationales et de la Francophonie : la force d’un réseau

La Vitrine
Contenu commandité
Faire rayonner notre identité, notre culture, notre langue et nos valeurs est l’un des chantiers qui occupent la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault. Nous avons demandé à Claire Deronzier qui dirige la Délégation du Québec aux affaires francophones et multilatérales de nous parler des actions encouragées pour assurer ce rayonnement à l’international.

Vecteur économique

La langue française est un vecteur important de développement économique et d’échanges commerciaux.  « Au-delà du rayonnement de la culture, on vise à développer la francophonie économique et numérique », résume Claire Deronzier qui représente aussi le Québec auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et préside la Commission économique de la francophonie. Avec la Tunisie, pays-hôte du prochain Sommet de la Francophonie, elle a d’ailleurs développé une stratégie économique avec un axe dominant : le plaidoyer francophone. 

Le français est la 3e langue des affaires; il ouvre la porte à un marché potentiel de 1,2 milliards d’habitants et représente 20% des échanges mondiaux actuels. « Selon l’Observatoire de la langue française, on note une augmentation d’environ 18% des flux commerciaux quand deux pays partagent la langue française. »

Priorité au numérique

La transition numérique est un élément-clé dans la relance post-COVID. « C’est vrai principalement en Afrique francophone où la jeunesse représente jusqu’à 75  % de la population dans certains États. »  Une plateforme de musique africaine offerte en diffusion est d’ailleurs en train d’exploser. « Les jeunes entrepreneurs africains ont trouvé leur place rapidement dans les solutions numériques pour faire grandir leurs idées et les collaborations avec le Québec ne cessent d’augmenter. »  

Avec la France, le Québec avait lancé une mission sur la découvrabilité des contenus culturels francophones en ligne. « En utilisant les avancées technologiques, on va s’assurer de mettre en valeur nos contenus culturels, scientifiques et économiques », mentionne la déléguée. 

Tout un écosystème est en place pour bonifier l’effort collectif. Qu’on pense à l’OIF, aux universitaires, aux maires, aux parlementaires et même à TV5. « Des capsules produites avec La Fabrique Culturelle pour incarner les gens derrière la Francophonie sont aujourd’hui diffusées par TV5 Monde à travers le monde. »

Le français gagne du terrain

Saviez-vous que la langue française est en augmentation en terme de locuteurs à travers le monde ? L’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone de l’Université Laval le confirme: nous sommes actuellement 312 millions dans le monde; 700 millions d’ici 30 ans.  « Ce sera en grande partie grâce à l’Afrique. » Et au Québec, on gagne, on perd ? Claire Deronzier aime reprendre une expression chère à la Francophonie : « Faire reculer le recul du français, on y travaille ! »