Contenu commandité
Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Je coopère… et vous?

Jeune COOP et Coop d’initiation à l’entrepreneuriat collectif

En vue d’assurer le déploiement des projets Jeune COOP et Coop d’initiation à l’entrepreneuriat collectif (CIEC), le CQCM a reçu le mandat du gouvernement du Québec d’organiser et offrir certains services spécialisés sur l’ensemble du territoire.

Programme d’expérimentation de l’entrepreneuriat coopératif, Jeune COOP propose une démarche axée sur l’action et la prise en charge des personnes afin de répondre aux besoins ponctuels ou permanents d’un groupe ou d’une communauté. Les projets réalisés sont de nature éducative sans structure légale, mais respectent la réalité d’une entreprise légalement constituée et suivent des règles de fonctionnement et de gestion démocratiques.

La Coopérative d’initiation à l’entrepreneuriat collectif (CIEC) – ou Coopérative jeunesse de services (CJS) dans quelques régions – soutient quant à elle les jeunes qui souhaitent avoir un emploi d’été rémunéré tout en les initiant au marché du travail et au fonctionnement démocratique d’une coopérative. La CIEC s’adresse aux jeunes du secondaire et est formée d’au plus 15 entrepreneurs qui choisissent de se regrouper dans le but d’offrir leurs services.

«Les jeunes apprennent à travailler ensemble et ça devient un moyen de les intéresser à l’école. On vise à développer des compétences entrepreneuriales et coopératives chez eux tout en mettant de l’avant les valeurs que sont par exemple la confiance en soi, l’autonomie et la solidarité. Nous prenons aussi soin d’évaluer leur cheminement à cet égard», précise la directrice du service de l’entrepreneuriat coopératif jeunesse au CQCM, Johanne Lavoie.

Jeune COOP | La démarche collégiale

Après la publication des guides Jeune COOP: Apprendre à entreprendre ensemble et Jeune COOP La démarche adaptée, le CQCM vient tout juste de lancer un nouvel outil pédagogique: Jeune COOP | La démarche collégiale. Celui-ci prend la forme d’une formation gratuite destinée à appuyer les étudiants dans le démarrage de leur entreprise coop en milieu scolaire ou dans leur communauté. La formation en ligne est accessible au www.cqcm.coop/jeune-coop-la-demarche-collegiale. Les personnes intéressées peuvent de plus contacter l’APECJ de leur région au www.cqcm.coop/education/agents pour obtenir du soutien sans frais. Dans le but d’aider les intervenants et étudiants à se familiariser avec l’outil, un webinaire d’une durée de 45 minutes sera offert le jeudi 17 octobre sur Evenbrite.

Je coopère... et vous?

Pour une économie sociale et durable

La Caisse d’économie solidaire Desjardins compte pas moins de 15 000 membres citoyens et organisations. Elle est la Caisse des entreprises collectives, des mouvements sociaux et des gens engagés pour un développement social et durable.

«Les jeunes citoyens qui choisissent notre coopérative financière militante le font pour son rôle financier agissant pour une économie sociale et durable, alors qu’ils sont préoccupés par une transition sociale et environnementale qui leur apparaît nécessaire», constate le directeur général de la Caisse d’économie solidaire, Marc Picard, qui ajoute que les coopératives font depuis longtemps partie des membres naturels de l’institution financière.

Pour donner une impulsion au démarrage, avoir un effet de levier et s’assurer de leur pérennité, la Caisse s’associe à des partenaires locaux spécialisés. L’an dernier, la bourse Jeunes entreprises collectives a contribué à appuyer 29 projets parmi lesquels on compte plusieurs coopératives et des projets soutenus par les jeunes dans des domaines liés, notamment, à l’écotourisme, à l’alimentation biologique, de même qu’à l’agriculture urbaine.

Je coopère… et vous?

En avant la jeunesse !

«Le plus grand défi pour le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM), c’est la relève. On parle encore trop peu du modèle d’affaires que sont les coopératives dans les établissements d’enseignement. Notre jeunesse a le profil, les valeurs, mais peu de connaissances en la matière. Il faut travailler la sensibilisation.»

Président-directeur général du CQCM, Gaston Bédard rappelle néanmoins que de plus en plus de coopératives lancées par des jeunes de moins de 35 ans font leur apparition dans le paysage québécois. Le modèle a fait ses preuves et plaît aux nouvelles générations, notamment en raison de son mode de gouvernance démocratique et inclusif. Au service de ses membres, les coops participent en outre activement au développement local et régional. 

Si les deux tiers des coopératives au Canada se trouvent dans la Belle Province, les efforts se poursuivent pour que le Québec demeure à l’avant-plan de cette formule qui permet une infinité de possibilités et crée des entreprises durables. Fort de 15 ans d’accompagnement d’initiatives entrepreneuriales auprès de 55 000 jeunes, le CQCM multiplie les occasions de promouvoir ce modèle générateur d’emplois de qualité et de stabilité dans différents milieux.

Regroupés autour de quatre axes – formation à l’apprentissage coopératif et à l’utilisation des outils qu’il a élaborés, accompagnement, communication et planification stratégique –, les services du CQCM font en sorte que chaque année, près de 300 projets jeunesse coop se déploient partout sur le territoire québécois. Des projets soutenus par 15 agents de promotion de l’entrepreneuriat coopératif jeunesse (APECJ) qui misent sur des partenariats. 

Je coopère… et vous?

Ils ont choisi le modèle coopératif…

La formule coopérative est présente dans l’ensemble des secteurs de l’économie et concerne tous les groupes d’âge. À l’occasion de la Semaine de la ­coopération, du 13 au 19 octobre, Le Soleil s’intéresse aux jeunes qui font leur place dans cet univers.

Épicerie Le Haricot Magique (Québec)

Après avoir ouvert ses portes il y a près de deux ans, Le Haricot Magique compte aujourd’hui plus de 2500 membres. Épicerie zéro déchet, la coopérative propose une grande variété de produits tels des aliments bio en vrac, des produits ménagers, des fruits et des légumes. En saison, ces derniers proviennent d’ailleurs de fermes locales et sont revalorisés, en fin de vie, dans la préparation de prêt-à-manger.

«Le modèle coopératif nous tient à cœur, car si tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin! La formule offre aussi un milieu de travail démocratique qui permet à tous de participer à la vie de l’entreprise.»

Myriam-Romy Lachance et Marc Hébert, cofondateurs de l’entreprise