Contenu commandité
Finances personnelles [REER] 2020
Finances personnelles [REER] 2020
Finances personnelles [REER] 2020
Partager
L’importance de planifier sa retraite

Finances personnelles [REER] 2020

L’importance de planifier sa retraite

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Avec l’espérance de vie qui augmente, la durée moyenne de la retraite est deux fois plus longue qu’il y a 50 ans et peut facilement durer jusqu’à 30 ans. Il est donc important de bien la planifier, et ce, jusqu’au décaissement.

«La notion de retraite a beaucoup changé ces dernières années. On ne parle plus d’une retraite, mais de plusieurs retraites», indique Jean-François Therrien, actuaire en chef chez Retraite Québec.

Plus actifs, attirés par les voyages et les grands projets, les nouveaux retraités occupent parfois un emploi à temps partiel, débutent par une préretraite ou suivent diverses formations. 

Selon les projections de Retraite Québec, le Québec comptera une personne retraitée de plus toutes les huit minutes d’ici 2025. Il s’agit de plus de 600 000 travailleurs qui feront la transition vers la retraite au cours de cette période.

«Il faut envisager la retraite comme tout autre projet de vie qui nécessite une planification», affirme l’actuaire.

Investir dans  sa retraite

Finances personnelles [REER] 2020

Investir dans sa retraite

Vous être entrepreneur ou travailleur autonome? Avez-vous pensé à investir dans votre retraite?

Consacrant beaucoup de leurs économies et de leurs énergies à faire croître leur entreprise, bon nombre de propriétaires de PME négligeraient leur propre retraite. Idem pour les travailleurs autonomes qui, faute de stabilité financière, peinent à épargner pour la vie après le travail. 

Parmi eux, Martin alterne depuis 15 ans entre le travail autonome et l’entrepreneuriat. Chaque année, il investit dans différents produits financiers. Pour sa retraite? «Pas vraiment. Surtout pour diminuer mes impôts annuels et pour faire fructifier mon argent», dit-il. Son portefeuille est donc varié. 

Or, un travailleur autonome doit préparer tôt sa retraite, martèle Retraite Québec. Pourquoi? Parce qu’il n’a pas accès à un régime de retraite fourni par un employeur. Il est donc crucial de cotiser le maximum à un régime enregistré d’épargne retraite (REER) et à un compte d’épargne libre d’impôt (CELI), surtout si cela lui permet de bénéficier d’avantages fiscaux.

Mais entre les paiements multiples et les chèques qui tardent, comment y arriver? Une solution est de créer des mécanismes d’épargne automatique mensuels.

Comme plusieurs entrepreneurs, Martin est aussi tenté de se verser un salaire bas. Cette stratégie pourrait toutefois le rattraper lors de sa retraite, dans quelques années. En effet, «un revenu trop bas ferait en sorte d’abaisser sa contribution au RRQ et, par conséquent, de ne pas atteindre la rente maximum permise au moment de la retraite», selon le porte-parole de Retraite Québec.

Pour sa part, la conjointe de Martin, qui possède une petite entreprise de création de bijoux artisanaux, a suivi le conseil de son planificateur et vient de souscrire à une assurance-invalidité. En cas de besoin, celle-ci pourrait lui fournir un revenu d’appoint et peut-être même constituer une source d’épargne. 

Accéder à l’autonomie financière

Finances personnelles [REER] 2020

Accéder à l’autonomie financière

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Plusieurs retraités sont toujours actifs sur le marché du travail. C’est le cas de Jean-Claude, qui passe une quinzaine d’heures par semaine à conseiller les clients de la quincaillerie du coin. «Ils manquaient de main-d’œuvre et j’avais du temps libre!», explique celui qui avait pourtant accumulé un bon coussin financier pour sa retraite, surtout depuis qu’il a vendu sa maison et s’est libéré de son hypothèque.

«C’est long la retraite. En travaillant à temps partiel, je reste occupé, mais j’ai aussi du temps pour les loisirs.» 

Cela lui permet aussi d’épargner davantage. Est-ce une bonne option? «Oui, si on travaille, répond Jean-François Therrien, actuaire en chef de Retraite Québec. Continuer à épargner peut être profitable dans certains cas, afin de faire gonfler les revenus et ainsi accéder à une autonomie financière.»

Or, cela nécessite une bonne stratégie de décaissement. «Le mieux est de consulter au préalable son planificateur financier et de refaire sa planification à chaque étape de vie (retour sur le marché du travail, vente de la maison, décès du conjoint, etc.)», conseille-t-il.

Jean-Claude aimerait aussi mieux comprendre les structures de récupération fiscale de la Sécurité de la vieillesse, afin d’en tirer le maximum. Un ami lui a suggéré de fractionner son du revenu de retraite; il regarde aussi vers d’autres stratégies, mais avant de prendre une décision, il a pris rendez-vous avec un planificateur financier.

Jouer à épargner

Finances personnelles [REER] 2020

Jouer à épargner

Peut-on en apprendre sur l’investissement responsable tout en s’amusant? Bien sûr, répond la Caisse d’économie solidaire Desjardins.

Depuis deux ans, son jeu Le Responsable invite les participants à jouer le rôle d’une institution financière et à gérer des épargnes. Le but: investir de façon à avoir une répercussion sociale positive, tout en répondant aux exigences de rendement financier et réagir lorsqu’une société risque de faire tout basculer.

«Le jeu à vocation éducative n’est pas commercialisé et ne peut pas se jouer de manière autonome : il demande un maître de jeu», explique Marie-Reine Roy, conseillère aux communications à la Caisse.  

Une soirée de jeu a eu lieu jeudi, à la Maison pour la danse de Québec. «Nous organisons régulièrement ce type d’animation et les écoles secondaires, cégeps et universités nous contactent également pour la recevoir via notre programme d’éducation financière».

 Infos au https://caissesolidaire.coop/jeu-sur-la-finance-responsable/