Contenu commandité
Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Finances personnelles

«Épargner pour s’acheter de la liberté»

À 21 ans, fraîchement débarquée sur le marché du travail, Laura est loin de penser à sa retraite. Elle devrait toutefois débuter à épargner, lui conseille Francis Paquette, planificateur financier à la Caisse d’économie solidaire Desjardins. Pourquoi? «Pour s’acheter de la liberté».

Il est faux de penser que les 18-25 ans ne sont pas soucieux de leur portefeuille. «C’est même la clientèle principale et la plus croissante de notre caisse», indique M. Paquette. Portée par des valeurs sociales et environnementales, la jeune génération, comme Laura, s’intéresse aux placements responsables. «Elle veut épargner pour faire fructifier son argent et nous sommes là pour la conseiller.»

C’est d’ailleurs la mission de la Caisse d’économie solidaire, qui se spécialise en économie sociale et en investissement responsable depuis 15 ans. 

Investir de façon responsable

Depuis quelques années, les placements responsables ont connu une forte hausse de popularité. Ils sont aussi plus diversifiés et permettent de faire des gains intéressants. Bien qu’elle ait déjà entendu parler du REER, Laura a opté pour un CELI. «Un choix judicieux», approuve M. Paquette. «Dans plusieurs cas, le CELI permet plus de flexibilité. Il lui permettra d’accumuler des économies à l’abri de l’impôt pour réaliser des projets tout au long de sa vie.»

Or, avant de placer son argent, Laura aurait intérêt à mieux gérer ses dépenses. «L’accès au crédit est aujourd’hui très facile. La nouvelle génération a la volonté d’épargner, mais elle dépense beaucoup. Il faut d’abord revoir le budget, avant de choisir un type de placement.» Laura prend bonne note de ce conseil!

Finances personnelles

Le REEE, un programme avantageux pour les familles

En 2020, les Québécois doivent adopter une approche globale quant à leur plan de retraite. En plus de miser sur les cotisations habituelles au REER et au CELI, celle-ci devrait intégrer d’autres instruments d’épargne, tout en considérant la gestion des dettes.

C’est le cas de Mathieu et Manon, parents de deux enfants d’âge scolaire. Depuis deux ans, ils cotisent dans un REEE, afin de les encourager à ce qu’ils poursuivent des études postsecondaires. «Comme ils ont deux enfants, investir dans un REEE est une bonne option. C’est un régime avantageux qui devrait être davantage pris en considération», soutient le planificateur financier Francis Paquette, spécialiste en investissement responsable. 

Un REEE leur permettra de mettre de côté une somme pouvant atteindre jusqu’à 50 000$ pour financer les études postsecondaires de chaque enfant. Et leurs cotisations donnent droit à des subventions gouvernementales. 

La gestion des dettes en priorité

Outre le REEE, les deux trentenaires épargnent aussi à chaque année. Devraient-ils contribuer
à un REER cette année? «Pas nécessairement, répond M. Paquette. Avant d’investir dans un REER ou à CELI, les couples devraient d’abord se poser différentes questions par rapport au statut légal de leur union (sont-ils mariés? ont-ils un testament, une assurance-vie ou invalidité?).» 

Il leur conseille également d’alimenter en continu le fonds d’urgence, de continuer à contribuer au régime collectif de l’employeur de Mathieu et de prévoir un plan de gestion des dettes, pour ce couple de travailleurs qui cumule une hypothèque, un prêt auto et une voiture en location. «Le REER devrait être considéré après avoir réglé ces questions», soutient le planificateur.

Finances personnelles [REER]

Cinq (autres) bonnes raisons d’épargner

Vos parents vous ont toujours dit d’épargner pour votre retraite ou vos «vieux jours»? Or, ce concept peut sembler flou, voire abstrait, lorsqu’on vient de mettre les pieds sur le marché du travail. Peut-on avoir d’autres objectifs, aussi louables et profitables? Bien sûr. En voici cinq qui vous inciteront à mettre une partie de votre revenu de côté.

Pour avoir la tranquillité d’esprit

Que ce soit pour répondre à une urgence financière ou pour effectuer un changement de vie personnel ou de carrière, l’épargne permet de trouver la tranquillité d’esprit : elle donne la capacité de faire face aux dépenses imprévues sans compromettre votre équilibre financier. «Un bon fonds d’urgence devrait correspondre à environ trois mois de salaire», indique Francis Paquette, de la Caisse d’économie solidaire Desjardins. 

Pour réaliser un projet

Épargner permet d’accéder à ses rêves. En ayant un but gratifiant à atteindre  - un voyage, une maison, une préretraite, etc. -, l’effet d’épargner est plus agréable et, par conséquent, plus facile. 

Pour acheter une première maison

L’achat d’une maison est un investissement très dispendieux. Les paiements mensuels, les comptes, les taxes et les dépenses inattendues sont inévitables. À la base, pour se qualifier pour une hypothèque, il nécessite d’avoir économisé un acompte d’au moins 5% de la valeur de la maison en question.