Enseignement privé

Des écoles primaires privées désirent offrir la maternelle 4 ans

Le projet de loi 5 entend modifier la Loi sur l’instruction publique et d’autres dispositions à l’égard des services de l’éducation préscolaire destinés aux élèves âgés de 4 ans. La Fédération des établissements d’enseignement privés (FEEP) a, pour sa part, déposé un avis au gouvernement dans lequel elle appuie la proposition de modifier la Loi sur l’enseignement privé afin que les écoles privées offrent des services d’éducation préscolaire à des enfants de 4 ans, et ce, à partir de la rentrée 2020-2021.

«Différentes recherches démontrent que le préscolaire 4 ans favorise le dépistage précoce des enfants ayant des besoins particuliers et la mise en place sans délai des mesures adéquates pour leur réussite éducative. Il existe d’autres solutions, tels que les CPE et les garderies éducatives qui fournissent des services de qualité aux tout-petits, mais elle répond aux besoins de certains enfants et de leur famille, dans la mesure où elle est organisée en fonction des besoins de l’enfant et dans le respect de son rythme de développement», explique M. Patrick L’Heureux, directeur des Services à l’éducation préscolaire et à l’enseignement primaire à la Fédération des établissements d’enseignement privés.

Selon une étude réalisée à l’automne 2018 par la Fédération auprès de ses membres, quelque 14% des élèves qui fréquentent une école privée préscolaire-primaire ont un plan d’intervention pour répondre à des besoins particuliers. «Cela permet d’offrir à ces élèves les conditions propices à leur réussite dès les premières années de leur scolarité. Des spécialistes peuvent ainsi les aider davantage et leur permettre de bien réussir par la suite», poursuit M. L’Heureux. 

La Fédération propose le regroupement des maternelles 4 ans et des maternelles 5 ans en un cycle préscolaire où les enfants pourront se préparer progressivement aux apprentissages plus formels du primaire, dans un environnement propice favorisant l’apprentissage par le jeu. Pour que cela soit un succès, elle recommande qu’une attention particulière soit apportée à la formation initiale et continue du personnel responsable de l’implantation du cycle préscolaire. 

M. Patrick L’Heureux, directeur des Services à l’éducation préscolaire et à l’enseignement primaire à la Fédération des établissements d’enseignement privés.

Parmi les autres arguments de la FEEP pour la mise en place des maternelles 4 ans dans les écoles privées, mentionnons le fait de favoriser la socialisation d’enfants qui ne fréquentent pas un CPE ou un service de garde éducatif avant leur entrée à l’école, et de permettre aux enfants qui ne parlent pas français de profiter de deux années d’éducation préscolaire pour mieux maîtriser la langue au moment de leur entrée en primaire. D’ailleurs, selon les données du MEES, près de 40% des élèves qui fréquentent une école privée sont issus de l’immigration, soit de première ou deuxième génération. Un autre argument concerne la conciliation travail-famille, un enjeu de taille aujourd’hui. 

«L’objectif n’est pas d’offrir les services de la maternelle 4 ans dans tous les établissements dès la première année, mais de se laisser une fenêtre ouverte sur la possibilité de l’offrir au cours des prochaines années, le temps pour chaque école d’y réfléchir et de prévoir son application dans les meilleures conditions possible», termine M. L’Heureux. 

Une vingtaine d’écoles privées membres de la Fédération accueillent déjà des enfants de 4 ans. Pour le moment, ces services de garde éducatifs relèvent du ministère de la Famille et ne sont pas subventionnés. 

La Fédération est un organisme à but non lucratif qui regroupe près de 200 établissements autonomes fréquentés par quelque
115 000 élèves répartis sur le territoire québécois. Les membres de la Fédération offrent des services aux élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire dans les secteurs de la formation générale et professionnelle et de l’adaptation scolaire.