Contenu commandité

De belles dents pour la vie

La santé buccodentaire pour vivre en santé

La plupart d’entre nous sont conscients que l’alimentation et l’exercice sont importants pour rester en bonne santé. Mais saviez-vous qu’une bouche saine est aussi un élément important d’un corps sain?

Les problèmes de santé buccodentaire peuvent avoir des répercussions sur la qualité de vie. La douleur buccale, les dents manquantes ou les infections de la bouche peuvent avoir un effet sur la façon de parler, de manger et de se conduire en société. Ces ennuis de santé buccodentaire peuvent diminuer la qualité de vie d’une personne, car ils affectent son bien-être physique, mental et social. 

Les maladies buccodentaires, comme les autres ma­ladies, doivent être traitées. Une infection chronique, y compris dans la bouche, est un problème grave qui ne doit pas être pris à la légère. Cependant, les saignements et les douleurs des gencives sont souvent négligés. Des recherches ont démontré qu’il y a un lien entre les maladies buccodentaires et d’autres problèmes de santé comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux, les maladies respiratoires chez les personnes âgées ainsi que les naissances prématurées et l’insuffisance de poids à la naissance. 

1. Gardez votre bouche propre 

  • Brossez-vous les dents et la langue deux fois par jour.
  • Utilisez une brosse à dents à soies souples et du dentifrice fluoré.
  • Après avoir mangé, attendez au moins de 20 à 30 minutes avant de vous brosser les dents.
  • Utilisez la soie dentaire tous les jours.
  • Adoptez une alimentation équilibrée.
  • Limitez la consommation d’aliments et de boissons contenant du sucre ou des glucides.
  • Recherchez des produits de soins buccoden­taires portant le sceau de L’Association dentaire canadienne (ADC).

2. Examinez votre bouche régulièrement 

  • Recherchez les signes d’une maladie des gencives : 
  • Des gencives rougeâtres, brillantes, gonflées, douloureuses ou sensibles.
  • Un saignement lors du brossage ou de l’utilisation de la soie dentaire.
  • Une mauvaise haleine persistante.
  • Recherchez les signes du cancer de la bouche : 
  • Des saignements ou des plaies ouvertes qui ne guérissent pas.
  • Des taches blanches ou rouges.
  • Des engourdissements ou des picotements.
  • Des nodules sur les côtés ou à la base de la langue, sur le plancher de la bouche ou le palais, à l’intérieur des joues, sur les gencives ou un épaississement de ces zones buccales.

3. Mangez sainement 

  • Cela aide à fortifier les dents et les gencives.
  • Privilégiez le fromage, les noix, les légumes et les fruits non acides en guise de collation.

4. Visitez régulièrement votre dentiste 

  • Environ 48 % des Canadiens qui n’ont pas consulté un dentiste au cours de la dernière année sont atteints d’une maladie des gencives. La seule façon de prévenir les problèmes et de les détecter avant qu’ils ne s’aggravent consiste à se faire examiner la bouche par un dentiste et à se faire nettoyer les dents par un hygiéniste dentaire régulièrement.

5. Ne fumez pas et ne chiquez pas de tabac 

  • Le fait de fumer ou de chiquer du tabac peut causer le cancer de la bouche, une maladie du cœur ou des gencives et divers autres types de cancers.

Source : Association dentaire canadienne (www.cda-adc.ca)

De belles dents pour la vie

Conseils de santé pour l’Halloween

La fête de l’Halloween arrive à grands pas et pour la plupart des enfants, cette fête est synonyme de friandises en abondance. Lorsque votre enfant consomme des sucreries ou boit des boissons sucrées, les bactéries qui se trouvent dans la plaque dentaire se mélangent au sucre pour en faire un acide doux qui attaque la couche extérieure dure de la dent (l’émail). Si cet acide n’est pas nettoyé tous les jours en se brossant les dents et en passant la soie dentaire, à la longue, l’émail se ramollit et des caries se forment. Les dommages que le sucre cause sont proportionnels à la quantité de sucre consommé et à la durée de sa présence dans la bouche. En d’autres termes, plus les dents sont en contact avec des sucres, plus elles s’abîment.

Conseils de santé pour l’Halloween 

1. Ayez un plan de match

Avant de sortir, prenez quelques minutes pour discuter des attentes de chacun. Combien de temps la chasse aux bonbons durera-t-elle? Combien de bonbons pourront être mangés au retour à la maison? Quel sera le nombre limite de gâteries par jour? 

2. Mangez les bonbons (seulement) avec un repas

Soyez un modèle en vous assoyant avec vos enfants, loin des sources de distraction, et en savourant une gâterie après un repas. Mentionnez ce que vous aimez de la gâterie que vous avez choisie. Points bonis : Soulignez également ce que vous aimez du plat principal savouré!

3. Utilisez un petit sac et laissez tomber les gâteries moins appréciées des enfants

Pour éviter le gaspillage, l'une des solutions consiste à utiliser de petits sacs pour la cueillette des bonbons. Une autre solution pour réduire la quantité de bonbons : une visite de la Sorcière troqueuse, à la mi-novembre, qui échange les bonbons restants pour un petit jouet ou des billets pour un parc aquatique intérieur!

4. Optez pour la bonne taille

Il est important de vous assurer que son déguisement est bien ajusté afin d'éviter que votre enfant ne trébuche ou ne tombe. Évitez les articles comme des chaussures trop grandes ou à talons hauts, les robes longues et les capes.

5. Évitez les masques

Les masques empêchent les enfants de bien voir ce qui les entoure, y compris les voitures. Essayez plutôt un maquillage non toxique et hypoallergène (moins susceptible de provoquer une réaction allergique).

6. Examinez les gâteries

Dites à votre enfant de ne rien manger avant son retour à la maison. Une fois de retour chez vous, vous pouvez examiner les gâteries ensemble afin de vous assurer qu'elles sont propres à la consommation et qu'elles ne contiennent pas d'ingrédients auxquels votre enfant pourrait être allergique.

7. Établissez un moment réservé à la consommation de gâteries

Pour résister à l'envie constante de grignoter, il est préférable de limiter la prise de bonbons à des moments particuliers. Les personnes qui grignotent souvent courent un risque accru de carie dentaire, puisque les conditions acides permanentes de la bouche usent l'émail des dents, entraînant des cavités dentaires. 

8. Savourez un repas équilibré

Les repas et collations santé devraient toujours primer sur les bonbons et les gâteries. Avant que vos enfants n'entament la tournée des maisons, servez-leur un délicieux repas santé. Un enfant repu sera moins porté à consommer des sucreries.

9. Brossez-vous les dents, passez le fil de soie dentaire et rincez-vous la bouche

Les bonbons collants peuvent rester pris entre les dents et causer la carie. Se brosser les dents et passer le fil de soie dentaire après une collation est l'idéal, mais se rincer la bouche avec un verre d'eau après avoir consommé une gâterie sucrée contribue également à retirer une partie des sucres et acides. 

10. Amusez-vous!

Montrez à votre famille que l'Halloween, ce n'est pas seulement les bonbons – passez du temps ensemble à bouger à l'extérieur et à explorer le voisinage.

L’Halloween avec un appareil orthodontique 

Les friandises peuvent être un cauchemar pour un enfant qui porte un appareil orthodontique, mais il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. Les enfants qui portent un appareil orthodontique devraient éviter les noix, le maïs soufflé, les croustilles au maïs, les friandises dures, les caramels et autres friandises difficiles à mâcher afin de garder leur appareil orthodontique intact. Par contre, il y a bien d’autres friandises que ces enfants peuvent manger – comme le chocolat!

Source : (www.cda-adc.ca)

De belles dents pour la vie

Centre de parodontie et d’implantologie de Québec : pour retrouver la santé dentaire... et le sourire !

La maladie parodontale ou parodontite est très fréquente au sein de la population nord-américaine. On estime en effet que près de 50 % des adultes sont aux prises avec cette affection qui atteint l’os et les gencives autour des dents. Et ce pourcentage ne cesse d’augmenter. Fort heureusement, les professionnels du Centre de parodontie et d’implantologie de Québec possèdent l’expérience et les équipements qui vous permettent de retrouver la santé dentaire et le sourire.

« La maladie parodontale est indolore et la plupart des gens ignorent qu’ils en souffrent », explique le Dr Simon Lafrenière, copropriétaire du centre en compagnie des Drs Anne-Sophie-Villeneuve et Marc-André Bélanger. « La parodontite provoque une perte osseuse progressive autour des dents, ce qui diminue le support des dents dans les mâchoires. Il importe de recevoir des soins dentaires de façon régulière afin de détecter la maladie dans ses stades précoces et de pouvoir mieux la contrôler. »

La référence à Québec

Première clinique de parodontie ouverte à Québec en 1991, le Centre propose une expertise inégalée en matière de traitements des maladies parodontales. Depuis plus de 25 ans, il a accueilli près de 30 000 patients référés par quelque 500 dentistes à l’échelle de la province. Actuellement, il offre des soins à en­viron 2300 patients par année. Le Centre est reconnu comme étant une référence dans le domaine.

La technologie à votre service

L’équipe de professionnels du Centre de parodontie et d’implantologie utilise une technologie de pointe et des équipements de la plus haute qualité dans le traitement des maladies parodontales et la pose d’implants dentaires. La clinique est la seule de la région à offrir un service de sédation intraveineuse pour diminuer l’anxiété chez certains patients. « En plus de notre formation universitaire et de notre expérience, nous cultivons sans cesse nos connaissances en par­ticipant à des activités de formation continue et à des congrès internationaux, tout en agissant comme professeurs invités à l’Université Laval », mentionne le Dre Villeneuve.

Une approche humaine

La clinique se distingue par une approche humaine et personnalisée. Elle collabore étroitement avec les dentistes afin d’optimiser l’expérience client. Ainsi, la mise au point d’un logiciel de communication accélère l’envoi des rapports, améliore la coordination de soins et simplifie les démarches avec les assureurs. « Du premier au dernier rendez-vous, nous offrons un accompagnement complet afin de redonner aux gens une santé parodontale maximale », souligne le Dr Lafrenière.

Symptômes et traitements de la parodontite

Gencives qui saignent au brossage. Dents qui bougent. Mauvaise haleine. Autant de signes caractéristiques de la maladie parodontale. « Il existe plusieurs traitements en parodontie, dont les greffes de gencive, le surfaçage radiculaire et la chirurgie parodontale... Un diagnostic précoce permet d’arrêter la perte osseuse avant qu’elle ne soit trop sévère, ce qui simplifie les traitements et préserve l’esthétique du sourire », précise le Dr Bélanger.

L’implant dentaire : une solution durable

Par ailleurs, la clinique est l’endroit tout indiqué pour recevoir des soins en implantologie. Il vous manque une ou plusieurs dents ? Vos prothèses dentaires sont instables ou pas très esthétiques ? Vous souffrez d’un problème dentaire généralisé ? Retrouvez le sourire et revivez la sensation d’une dentition parfaite grâce à l’implantologie dentaire. « Il s’agit de la solution idéale pour remplacer une ou des dents de manière permanente. L’implant dentaire joue le même rôle que la racine de la dent naturelle. Le patient ne perçoit aucune différence. L’implantologie est la technique la plus durable pour retrouver un sourire à l’aspect naturel », note le Dr Bélanger.

Que ce soit à la clinique de Québec ou de Lévis, le Centre de parodontie et d’implantologie vous invite à retrouver la santé dentaire et à sourire à la vie.
Information : Parodontie.ca

De belles dents pour la vie

Dre Claire Rousseau, l’artiste derrière de nombreux sourires !

Entrevue avec Dre Claire Rousseau

Dre Rousseau, depuis combien d’années pratiquez-vous ce métier ?

Je suis diplômée de l’Université Laval comme dentiste généraliste depuis 1988. J’ai ensuite fait un Fellow en implantologie à l’Université de New York afin de traiter mes patients aussi bien au niveau chirurgical qu’au niveau de l’esthétique du sourire.

Cela veut donc dire que votre métier comporte un volet artistique ?

Tout à fait, et ce côté artiste est inné chez moi. Ma grand-mère et une de mes tantes sont des artistes connues. Ma mère a longtemps enseigné dans le domaine des arts. J’ai hérité d’une grande habileté que je mets à la disposition de l’art dentaire. Il faut aimer travailler avec ses mains, bricoler, dessiner. De plus, la dextérité s’affine avec les années et les gestes deviennent plus sûrs avec la répétition. Chaque facette que j’ai sculptée, chaque couronne taillée, chaque planification chirur­gicale est intégrée dans mes connaissances. La somme de ces gestes et de ces procédés contribue à l’expérience et à l’expertise que j’ai acquises à ce jour. C’est ce dont le public peut profiter lorsqu’il vient me consulter.

Qu’est-ce qui vous stimule le plus dans votre quotidien ?

Sans contredit le fait que nous changeons des vies. Mon équipe et moi sommes tellement heureuses de constater la transformation, non seulement esthétique mais psychologique, qui suit l’exécution d’un long plan de traitement. Nous sommes toujours aussi ravies de voir certains de nos patients s’épanouir et n’être plus du tout les mêmes personnes qu’à leur premier rendez-vous.

Quel est l’aspect primordial dans votre relation client ?

Vous savez, il est de première importance que la confiance règne. Chaque patient est un cas à con­­sidérer dans son individualité. Les patients savent rarement ce dont ils ont exactement besoin et ils ne connaissent pas les paramètres pour y arriver. Mon devoir est de leur expliquer en mots clairs ce qui est bon pour eux et comment nous allons réaliser ce sourire unique.

Est-ce que les gens ont encore peur ?

Oui, il y a encore des gens qui ont peur. Il est d’autant plus important de ne pas les juger, d’y aller à leur rythme. Une chose est certaine, quand ils m’entendent fredonner en chirurgie parce que je suis dans ma zone de confort, ça les rassure. Quand on se permet de faire un peu d’humour et de les inclure dans nos discussions animées, même s’ils peuvent à peine répondre, ça les rassure encore. Quand on se donne la peine de prendre du temps et de prêter attention, ils se sentent compris.

Qu’est-ce qui rend Expression unique ?

Mon équipe ! Je le dis souvent : sans mon équipe je ne suis rien. Notre succès ne tient pas qu’à une personne. Nancy, mon hygiéniste, accompagne les patients dès le premier rendez-vous et jusqu’au dernier sourire de satisfaction. Chantal, mon assistante, me facilite la tâche en anticipant mes gestes et les réactions des patients. Nous formons un trio bien rodé. Je dois ment­­ion­ner que les techniciens qui travaillent avec nous sont aussi des artistes et ils travaillent toujours avec un échéancier très serré. Ils font leur travail en coulisse mais, sans eux, notre vie serait beaucoup plus compliquée.

Est-ce que vous traitez des cas plus particuliers ?

Effectivement, plusieurs dentistes font appel à nous dans des cas qui l’exigent. Sans leur confiance et leurs références, nous n’existerions pas. Nous avons su gagner la confiance de nos pairs et nous en sommes très fiers. Quand la confiance règne de part et d’autres, on réussit à faire de petites miracles !

Est-ce que vous êtes en mesure de traiter des cas majeurs, ou plutôt particuliers ?

Je peux vous assurer qu’après toutes ces années, nous avons traité des patients présentant pratiquement tous les types de problèmes. Ce sont des cas stimulants pour nous. J’insiste sur ce point : quand les patients nous accordent pleinement leur confiance, nous réussissons à atteindre nos objectifs, et parfois même à les surpasser !

Avez-vous un service de consultation et d’évaluation ?

Absolument. Nous prenons le temps de bien comprendre les attentes de chacun afin d’évaluer l’investissement pour le traitement.