La «première ligne» du Centre de prévention du suicide de Québec reçoit plus de 22000 appels par année.

CENTRE DE PRÉVENTION DU SUICIDE DE QUÉBEC

Centre de prévention du suicide de Québec: Prévenir et intervenir

À Québec, une personne s’enlève la vie tous les trois jours. On compte également sept tentatives de suicide chaque jour. Or, bien que le taux de suicide ait diminué ces dernières années, il demeure encore l’une des plus importantes causes de mortalité chez les moins de 40 ans.

C’est pourquoi, chaque jour, les professionnels du Centre de prévention du suicide de Québec (CPSQ) multiplient les efforts et les interventions afin de protéger la population. 

«Un suicide en est toujours un de trop. Notre mission est de faire chuter drastiquement ce taux alarmant», affirme la directrice générale du CPSQ, Lynda Poirier.

Une expertise pointue à Québec

Établi au cœur de la ville depuis 40 ans, dirigé et gouverné par un conseil d’administration expérimenté, le CPSQ est le premier organisme reconnu au Canada en matière de prévention du suicide. Il offre, dans la grande région de Québec, un ensemble de services professionnels et spécialisés visant la prévention, l’intervention et la postvention auprès de personnes suicidaires, de leurs proches et des personnes endeuillées. 

Les appels à l’aide sont nombreux. Le CPSQ reçoit plus de 22000 appels par année, en tout temps, 24h sur 24 et 365 jours par année. À l’autre bout du fil ou en personne, ce ne sont pas des bénévoles qui reçoivent ces cris du cœur, mais des intervenants spécialisés qui offrent ces services. «Notre approche professionnelle se démarque et permet d’offrir des services ciblés, sans attente et gratuits à la population. Nous faisons plus que de l’écoute: nous intervenons rapidement», renchérit Mme Poirier. 

La directrice générale du Centre de prévention du suicide de Québec, Lynda Poirier.

Étendre le «filet de sécurité»

Outre les services de «première ligne», le CPSQ est présent dans la communauté en déployant des outils et des formations destinés aux travailleurs, aux adolescents, aux personnes âgées, aux personnes seules ou à tous les citoyens, «afin d’étendre le filet de sécurité à un maximum de personnes et de situations», d’illustrer Mme Poirier.

Les services du CPSQ sont multiples. L’organisme a aussi mis sur pied différents programmes qui incitent les individus à autoévaluer leur état ou à demander de l’aide.

Le CPSQ est le fier instigateur de plusieurs programmes novateurs en prévention du suicide, notamment le Service intégré de liaison, d’accompagnement et de relance (SILAR) qui facilite les liens et la référence entre les milieux de santé et le CPSQ. Il agit aussi à titre de formateur pour le programme Les Sentinelles en prévention du suicide qui vise à former des citoyens à mieux détecter la détresse des individus. Ce programme permet de former des personnes-ressources dans des milieux de travail, scolaires, communautaires ou encore des travailleurs qui reçoivent des confidences dans leur quotidien.


« «La prévention est la clé. C’est en élargissant et en multipliant nos interventions que nous pouvons ensemble travailler pour la vie», résume Mme Poirier. »
Lynda Poirier

Besoin d’aide pour vous ou pour un proche? 24/7 au 1 866 APPELLE

Centre de prévention du suicide de Québec

Déjà plus d’un million$ d’amassés

La campagne, coprésidée par Mario Albert, vice-président exécutif de La Capitale – Assurance collective, François Dion, président et chef des opérations de Levio, et Sylvie Paquette, administratrice de sociétés certifiée (ASC), a permis à ce jour d’amasser près de 1,5 million$.

Soutenue par un cabinet de campagne aussi prestigieux qu’engagé, la Fondation du CPSQ se considère choyée de pouvoir compter sur des ambassadeurs d’exception qui font progresser la cause de la prévention du suicide, à la fois parce qu’ils sollicitent leurs réseaux pour amasser des dons, mais également parce qu’ils encouragent l’importance de briser le silence. 

Le conseil d’administration de la Fondation du Centre de prévention du suicide de Québec est activement engagé dans la campagne de financement.

De nombreux donateurs se sont déjà engagés auprès de cette campagne, ce qui est très encourageant, estime la directrice du CPSQ, Lynda Poirier. «Les donateurs viennent de tous les milieux: de la communauté d’affaires, des citoyens, des organisations. Nous sommes confiants d’atteindre, voire de dépasser notre objectif à terme», affirme-t-elle. Me Gauthier, pour sa part, rappelle qu’il s’implique depuis six ans, «car le CPSQ est un acteur essentiel au bien-être de la société».

La Fondation du CPSQ a pour objectif de recueillir 2 millions$, un montant qui permettra notamment de déployer davantage de ressources et de programmes de prévention, dont Et moi comment ça va?, Semblables et différents auprès des hommes et des jeunes, en plus de former 580 nouvelles «Sentinelles», qui est le programme phare de l’organisme.

La campagne de financement vise à amasser plus de 2 millions$.

La campagne a également pour objectif de soutenir encore davantage les personnes endeuillées par le suicide et les activités de postvention. «Au-delà du financement, si cette campagne peut permettre aux gens en détresse de la région de Québec de mieux connaître les services offerts par le Centre (CPSQ) et les inciter à communiquer avec nous, nous aurons atteint un de nos objectifs les plus importants», estiment Me Gauthier et Mme Poirier.

TESTEZ VOS CONNAISSANCES:


Les personnes qui souhaitent contribuer à la campagne de financement peuvent le faire sur le site du Centre de prévention du suicide de Québec à l’adresse www.cpsquebec.ca/faire-un-don/