Cégeps : 50 ans d'évolution

Les cégeps, branchés sur la réalité du marché du travail

Depuis leur création en 1967, les cégeps constituent un atout dans la formation de la main-d’oeuvre et un puissant levier socio-économique pour le Québec. Bien branchés sur le marché de l’emploi, ils ont adapté leur offre de formation, initié des stages et des projets pour faire vivre aux étudiants des expériences collées à la réalité du travail et alimenter leur fibre entrepreneuriale. Au-delà de la formation de la relève, les cégeps ont aussi développé une vaste gamme de perfectionnements et de services de formation pour accompagner les travailleurs et les entreprises dans leur évolution.

Il y a 50 ans déjà, portant l’héritage des écoles qui les avaient précédées, le Cégep Limoilou et le Cégep de Sainte-Foy, offraient ensemble une vingtaine de programmes techniques. Visant à former une main-d’oeuvre qualifiée, ces programmes disposaient dès lors des équipements nécessaires à un apprentissage appliqué. Aujourd’hui, en plus des laboratoires dotés d’équipement à la fine pointe de la technologie, les occasions de vivre une véritable immersion en milieu de travail se sont multipliées pour les cégépiens. Les formules varient selon les programmes et la réalité qui attend les étudiants après la graduation.

Expérimenter la réalité du travail en alternance avec les sessions d’études

L’ensemble des programmes techniques offerts par les deux établissements proposent des stages aux étudiants. Il y a 25 ans, l’Alternance travail-études (ATE) a aussi fait son entrée au cégep. Celle-ci propose aux étudiants de réaliser des stages rémunérés de plusieurs semaines en entreprise, sans rallonger leur parcours scolaire. En plus de donner la chance à l’étudiant d’inscrire de l’expérience de travail dans son domaine à son CV dès l’obtention du diplôme, l’ATE représente pour l’employeur l’occasion d’évaluer de futurs candidats, de les former à sa culture d’entreprise et de préparer la relève. En adéquation avec les besoins du marché de l’emploi, l’ATE permet maintenant, dans certains programmes, d’acquérir une expérience de travail en anglais ou en espagnol, grâce à des partenariats tissés à travers le Canada et ailleurs dans le monde. Des expériences riches qui tiennent comptent du contexte de la mondialisation grandissante de l’économie.

Développer sa fibre entrepreneuriale

Une autre des façons de bonifier l’enseignement par des expériences représentatives de la réalité en emploi passe par les projets réalisés pour de véritables clients et par les entreprises-écoles. Un volet entrepreneurial s’intègre ainsi à l’intérieur des cours. Au Cégep Limoilou, par exemple, les étudiants en Gestion d’un établissement de restauration apprennent les rudiments du métier en administrant La grappe d’or, un restaurant pédagogique ouvert au public. En plus d’y préparer et d’y servir les repas, ils veillent aux différentes tâches liées aux gestions financières et humaines du restaurant, en plus d’en faire la promotion. Les étudiants de Graphisme du Cégep de Sainte-Foy plongent dans la réalité de la vie professionnelle via Le STUDIO jeune coop. Ils doivent promouvoir les services de graphisme, tisser des liens avec des clients, participer à toutes les étapes de la production et de décision des projets et gérer la coopérative. Plus récemment, la volonté de créer une nouvelle vague d’entrepreneurs dans la région a projets réalisés pour de véritables clients et par les entreprises-écoles. Un volet entrepreneurial s’intègre ainsi à l’intérieur des cours. Au Cégep Limoilou, par exemple, les étudiants en Gestion d’un établissement de restauration apprennent les rudiments du entraîné la création de parcours parascolaires à caractère entrepreneurial. Que ce soit via le Club Entrepreneuriat Sainte-Foy ou Entrepreneuriat-études au Cégep Limoilou, tous les étudiants ont la chance de s’initier aux valeurs entrepreneuriales.

Le parcours parascolaire Entrepreneuriat-études du Cégep Limoilou offre maintenant un volet anglophone. Business Academy permet l’apprentissage du langage d’affaires et de la culture anglophones.

Des ateliers, des conférences, des activités de réseautage et du mentorat composent entre autres l’offre des cégeps. À travers les activités, les étudiants peuvent découvrir leur potentiel entrepreneurial et aller jusqu’à la concrétisation d’un plan d’affaires.

Claude Marcoux, Sciences biologiques - 1979 - Vice-président principal, unité d'affaires de Québec | CGI

Se former tout au long de la vie

Au fil du temps, la formation des adultes s’est aussi développée. Pour effectuer un retour aux études, une réorientation de carrière, ou pour venir chercher un perfectionnement ou une reconnaissance des acquis et des compétences (RAC), l’offre de formation est intimement liée aux besoins de main-d’oeuvre et aux besoins de perfectionnement sur le marché du travail. Les services aux entreprises proposent des formations modulables et des formations conçues sur mesure pour répondre à des besoins précis dans plusieurs domaines de formation :

  • Administration et assurance ;
  • Bureautique ;
  • Bâtiment et travaux publics ;
  • Génie manufacturier ;
  • Gestion des ressources humaines ;
  • Graphisme et Web ;
  • Santé ;
  • Technologies de l’information.

Les conseillers des services aux entreprises et les experts formateurs peuvent également accompagner toute entreprise grâce à un service-conseil ou du coaching. En 50 ans, les cégeps n’ont cessé d’évoluer pour s’arrimer au contexte socio-économique actuel et développer les compétences recherchées en emploi. Les cégeps sont devenus de véritables partenaires dans leur communauté.