Contenu commandité

Branchée sur Québec

Branchée sur Québec du 19 juin

La chronique Branchée sur Québec, comme son nom l’indique, fait état de ce qui se passe dans la ville de Québec et ses environs. Écrite par Claude Thibault, cette page vous fait découvrir ses scoops et ses sorties in dans la ville mais aussi des personnalités de la région qui se démarquent. Publiée les mardis et les vendredis, Branchée sur Québec est l’une des chroniques les plus lues et les plus appréciées.

GENS D’ACTION: Jean-Yves Germain, le financier derrière le Groupe Germain

Branchée sur Québec

Branchée sur Québec du 15 juin

La chronique Branchée sur Québec, comme son nom l’indique, fait état de ce qui se passe dans la ville de Québec et ses environs. Écrite par Claude Thibault, cette page vous fait découvrir ses scoops et ses sorties in dans la ville mais aussi des personnalités de la région qui se démarquent. Publiée les mardis et les vendredis, Branchée sur Québec est l’une des chroniques les plus lues et les plus appréciées.

Grande journée des petits entrepreneurs

Demain, dans toutes les régions du Québec, se déroulera La grande journée des petits entrepreneurs. Pour une cinquième année, des milliers d’enfants de 5 à 12 ans nous en mettront plein la vue en nous présentant leurs idées entrepreneuriales.

Branchée sur Québec

Branchée sur Québec du 12 juin

La chronique Branchée sur Québec, comme son nom l’indique, fait état de ce qui se passe dans la ville de Québec et ses environs. Écrite par Claude Thibault, cette page vous fait découvrir ses scoops et ses sorties in dans la ville mais aussi des personnalités de la région qui se démarquent. Publiée les mardis et les vendredis, Branchée sur Québec est l’une des chroniques les plus lues et les plus appréciées.

GENS D’ACTION: Stéphanie Huot, une relève d’exception pour le Groupe Huot

Âgée de 28 ans, Stéphanie Huot est la relève ciblée du Groupe Huot, une société de 24 entreprises fondée par son père Stéphan Huot. À 16 ans, elle est déjà convaincue, qu’un jour, elle prendra la relève de son paternel à qui elle voue une grande admiration. C’est à l’âge de 17 ans qu’elle fait d’abord ses premiers pas au sein de l’entreprise à titre de conseillère en vente et en location de condominiums. Elle gravira graduellement les échelons pour devenir ensuite directrice de GoHelico, gestionnaire du Complexe Capitale Hélicoptère et directrice des événements du Complexe dont elle est devenue la directrice générale.  

Branchée sur Québec

Branchée sur Québec du 8 juin

La chronique Branchée sur Québec, comme son nom l’indique, fait état de ce qui se passe dans la ville de Québec et ses environs. Écrite par Claude Thibault, cette page vous fait découvrir ses scoops et ses sorties in dans la ville mais aussi des personnalités de la région qui se démarquent. Publiée les mardis et les vendredis, Branchée sur Québec est l’une des chroniques les plus lues et les plus appréciées.

Record de 600 000$ pour la Fondation de l’IUCPQ

Le 2 juin, dans la toute nouvelle salle du Manège militaire Voltigeurs de Québec, avait lieu la 15e présentation de la soirée Au cœur de vos passions de la Fondation de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. 

Présenté par Cominar, RBC Banque Royale et les Sœurs de la Charité de Québec, ce rendez-vous philanthropique qui allie bonne cause, gastronomie et plaisirs a permis d’amasser la somme historique de 600 000$ de profits nets, fracassant tous les records en cette année toute spéciale soulignant le centenaire de l’Institut.

Dans une ambiance à la fois glamour et décontractée, plus de 650 convives ont pu déguster un menu gastronomique concocté par Le Georges V rehaussé par des vins sélectionnés par le sommelier Vincent Lafortune. Depuis sa création, cet événement a permis d’amasser près de 3M$ contribuant à soutenir le développement de l’Institut.

iucpq.qc.ca

Branchée sur Québec

Branchée sur Québec du 5 juin

La chronique Branchée sur Québec, comme son nom l’indique, fait état de ce qui se passe dans la ville de Québec et ses environs. Écrite par Claude Thibault, cette page vous fait découvrir ses scoops et ses sorties in dans la ville mais aussi des personnalités de la région qui se démarquent. Publiée les mardis et les vendredis, Branchée sur Québec est l’une des chroniques les plus lues et les plus appréciées.

GENS D’ACTION: 
Valérie Gosselin, pionnière de la thérapie assistée d’un animal 

Diplômée en neuropsychologie de l’Université Laval, Valérie Gosselin a fondé la clinique privée Amis-Maux en 2003, une entreprise familiale offrant des services adaptés pour enfants, adolescents, adultes, couples ou entreprises. Ce qui la distingue est la thérapie assistée par l’animal, une approche thérapeutique que Valérie Gosselin a développée principalement pour les enfants. Chez Amis-Maux, une vingtaine d’animaux domestiques sont mis à leur disposition.  

«Durant mon projet hors thèse au doctorat, j’ai lu un article sur les bienfaits de la zoothérapie auprès d’enfants atteints de cancer. J’étais convaincue qu’on pouvait aller plus loin en intégrant la zoothérapie à un contexte professionnel. Après de multiples recherches, j’ai constaté qu’à l’exception de fermes thérapeutiques ou de thérapie assistée de dauphins en Californie, aucune clinique privée n’offrait de thérapie assistée d’animaux. Grâce aux nombreuses informations recueillies, j’ai développé une nouvelle méthode intégrant les animaux domestiques à la thérapie», raconte-t-elle.

Pour la psychologue, les impacts positifs de la présence d’un animal avec les enfants sont indéniables, notamment  une diminution de la résistance face à l’étranger et un lien de confiance créé plus rapidement. De plus, l’animal ajoute de «l’humanité», ce qui est primordial. Valérie Gosselin en sait quelque chose. Atteinte de fibrose kystique et greffée du foie, elle affirme avoir davantage souffert du manque de compassion et d’humanité dans les hôpitaux que de sa maladie. À sa clinique, ces aspects ne sont jamais négligés. «Pour un enfant, la présence d’un animal est très rassurante et il a tendance à nous attribuer les mêmes qualités que l’animal, l’amabilité, la gentillesse et, inconsciemment, il sent qu’on ne le jugera pas», mentionne-t-elle.

Cette thérapie a fait ses preuves depuis 15 ans. L’animal peut être présent simplement pour réconforter l’enfant ou encore être utilisé pour favoriser les confidences. «Dans le cas de sévices corporels, par exemple, l’animal peut être fort utile. Par la projection, l’enfant s’exprime davantage. Les victimes d’abus se sentent dévalorisées et souvent coupables. Le parallèle fictif avec l’animal qui serait violenté les aide à s’exprimer. Ils comprennent que le petit chat n’est pas responsable des gestes violents posés contre lui, qu’il n’a pas moins de valeur et qu’il n’est pas moins aimable», cite-t-elle en exemple.

Les résultats ont également été concluants chez une petite fille atteinte de mutisme à la suite d’un important traumatisme. Graduellement, en intégrant le lapin dans les questions, l’enfant a accepté de se confier par l’entremise de celui-ci. «Je posais les questions au lapin que la petite avait spontanément adopté. Contre toute attente, elle s’est rapidement mise à parler, à exprimer ses sentiments à l’animal, sans me regarder», se souvient-elle.

Valérie Gosselin a été une véritable pionnière dans l’élaboration de cette technique offerte à ses cliniques de Beauport et de Loretteville qui comptent une quarantaine de professionnels.

amis-maux.com

Branchée sur Québec

Branchée sur Québec du 1er juin

La chronique Branchée sur Québec, comme son nom l’indique, fait état de ce qui se passe dans la ville de Québec et ses environs. Écrite par Claude Thibault, cette page vous fait découvrir ses scoops et ses sorties in dans la ville mais aussi des personnalités de la région qui se démarquent. Publiée les mardis et les vendredis, Branchée sur Québec est l’une des chroniques les plus lues et les plus appréciées.

311 repas St-Hubert pour Lauberivière

Pour une troisième année consécutive, le Groupe Martin et la Fondation St-Hubert ont fait des centaines d’heureux à Lauberivière à l’occasion de la très attendue soupe populaire St-Hubert. 

Mercredi, une trentaine de bénévoles, membres des médias et de la famille Martin, propriétaire de 11 restaurants St-Hubert, ont assuré le service de la soupe populaire quotidienne. Cette année, c’est 311 repas de poulet, accompagnés de la célèbre salade de chou et d’un savoureux dessert, qui ont été offerts aux gens dans le besoin. 

Ce geste, maintenant une tradition pour le Groupe Martin, s’inscrit dans les valeurs de la mission de St-Hubert : livrer du bonheur. 

La Fondation St-Hubert a profité de ce rendez-vous annuel pour remettre un chèque de
10 000$ à Lauberivière.

Branchée sur Québec

Branchée sur Québec du 29 mai

La chronique Branchée sur Québec, comme son nom l’indique, fait état de ce qui se passe dans la ville de Québec et ses environs. Écrite par Claude Thibault, cette page vous fait découvrir ses scoops et ses sorties in dans la ville mais aussi des personnalités de la région qui se démarquent. Publiée les mardis et les vendredis, Branchée sur Québec est l’une des chroniques les plus lues et les plus appréciées.

GENS D’ACTION Yves Bourget : le philanthrope innovateur 

Diplômé de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval et détenteur d’un MBA, Yves Bourget est PDG de la Fondation de l’Université Laval depuis 2011. Sous sa gouverne, les dons recueillis annuellement ont plus que triplé. Depuis son arrivée, il a piloté la plus importante campagne de l’histoire de l’Université dont l’ambitieux objectif de 350 M$ fut largement dépassé avec plus de 530 M$ amassés. Depuis, il redouble d’efforts pour implanter une culture philanthropique basée sur le renforcement du sentiment d’appartenance des diplômés.

« Ce sentiment d’appartenance envers son université est très fort aux États-Unis et au Canada anglais. Ici, seulement 3,7 % des diplômés donnent régulièrement à la Fondation comparativement à 63 % à McGill. Lors de notre « Grande campagne », 95 % des dons provenaient des corporations, d’institutions et de communautés religieuses et seulement 5 % provenaient d’individus. On a une culture à intensifier », évoque M. Bourget. Pour y arriver, le PDG innove. Il a récemment mis sur pied une première campagne de financement ciblée auprès des 4500 anciens athlètes du Rouge et Or. « Des vidéos enregistrées pour cette campagne mettent en vedette des diplômés athlètes qui expliquent l’importance de donner au suivant par l’entremise du programme de bourses », ajoute-t-il.

M. Bourget prêche par l’exemple. Grand philanthrope, il soutient son université depuis 40 ans. À l’âge de 24 ans, il faisait un premier don de 50 $. « C’est sans doute le sens des responsabilités inculqué par ma mère qui m’y a incité. Même si elle était monoparentale suite au décès de mon père et qu’elle travaillait à temps plein, elle s’investissait bénévolement. Elle m’a sensibilisé très jeune à la satisfaction de donner », mentionne M. Bourget. En plus de son appui à l’Université Laval et à différentes causes, il a créé en 2004 le Fonds perpétuel Yves Bourget destiné à l’implant cochléaire au CHUQ. « Ma nièce est née avec une surdité profonde et lorsque j’ai réalisé l’impact extraordinaire de l’implant cochléaire sur sa vie, j’ai tenu à créer ce fonds », ajoute-t-il.

Au-delà de l’argent, M. Bourget donne du temps. Il s’est engagé au sein de plusieurs conseils et a souvent agi à titre de mentor. Après sept ans à la Fondation, il affirme qu’il est possible de s’attaquer à tous les défis. « On comprend de plus en plus l’importance de soutenir notre université. Les sommes amassées nous permettent d’avoir accès aux meilleurs professeurs, de soutenir des projets de recherche mondialement reconnus, d’avoir des laboratoires de qualité et des programmes de bourses attractifs. Nous avons formé de potentiels prix Nobel et nous devons être en mesure d’en attirer d’autres », conclut-il en faisant notamment référence au professeur-chercheur Gary Kobinger, directeur du Centre de recherche en infectiologie, qui a participé à l’élaboration du traitement ZMappMC contre le virus Ebola.

Branchée sur Québec

Branchée sur Québec du 25 mai

La chronique Branchée sur Québec, comme son nom l’indique, fait état de ce qui se passe dans la ville de Québec et ses environs. Écrite par Claude Thibault, cette page vous fait découvrir ses scoops et ses sorties in dans la ville mais aussi des personnalités de la région qui se démarquent. Publiée les mardis et les vendredis, Branchée sur Québec est l’une des chroniques les plus lues et les plus appréciées.

Nouvelle succursale et nouveau concept pour l’Académie Culinaire

Reconnue pour ses populaires ateliers de cuisine, l’Académie Culinaire inaugurait hier sur la rue Saint-Paul son nouvel espace de 3 000 pieds carrés. Cette deuxième succursale s’ajoute à celle de Sainte-Foy, située dans le magasin La Baie du boulevard Laurier.

Pour cette nouvelle enseigne du secteur du Vieux-Port, l’Académie Culinaire ajoute à ses cours de cuisine deux volets, soit une boutique et un café. Les 20 postes de travail constituant la cuisine commerciale permettront à la clientèle de suivre des cours variés : techniques de base, cuisine du monde, pâtisseries, BBQ, tapas, atelier parent-enfant, camps d’été, etc. Le coin boutique proposera des produits de base, mais surtout, des plats sous vide « prêt-à-déguster » cuisinés par les chefs de l’Académie. Ces repas seront également servis dans l’espace café pouvant accueillir 40 personnes à l’intérieur et 40 sur les deux terrasses. « L’Académie Culinaire comprend les besoins des clients en matière de cuisine et d’alimentation et ce nouveau concept, adapté à la réalité d’aujourd’hui, répondra sans aucun doute à leurs besoins », a mentionné François Martel, chef et président de l’entreprise.

Le nouvel espace qui a nécessité des investissements de 500 000 $ est situé au 300 rue Saint-Paul, à deux pas de la Gare du Palais.

academieculinaire.com