Branché Fondation IUCPQ

Novembre : mois de sensibilisation au cancer du poumon

Novembre est le mois de sensibilisation au cancer du poumon. À cette occasion, l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec - Université Laval (Institut) et sa fondation dévoilent leur nouvel Indice Poumons. Ce dernier met en évidence les perceptions erronées des Québécois et déboulonne certains mythes entourant ce cancer sournois. Durant tout le mois de novembre, leur Escadron Poumons, composé d’experts de l’Institut, ira à la rencontre de la population de la Capitale-Nationale pour expliquer cette problématique.

Indice Poumons

Un sondage CROP via panel Web a été réalisé auprès de 500 Québécois âgés de 18 ans et plus des régions de la Capitale-Nationale et de l’est du Québec du 25 septembre au 3  octobre 2017. « Les résultats de ce sondage sont clairs : il existe encore un écart important entre la réalité et les idées partagées par la population en ce qui a trait au cancer du poumon », affirme la Dre Catherine Labbé, pneumo-oncologue à l’Institut.

Mythes et réalités

La moitié de la population croit qu’en arrêtant de fumer, le risque de développer un cancer du poumon se rapproche d’une personne n’ayant jamais fumé. Toutefois, il faut au moins 20 ans d’abstinence pour que le risque soit comparable. Également, 4 personnes sur 10 croient que les cancers du sein, de la prostate ou colorectal sont plus meurtriers que le cancer du poumon. Pourtant, celui-ci tue chaque année plus de personnes que ces trois cancers réunis. Penser qu’être non-fumeur nous met à l’abri du cancer du poumon est aussi un mythe : les non-fumeurs peuvent aussi développer cette maladie. Enfin, contrairement à ce que pense un tiers de la population, le cancer du poumon progresse de façon insidieuse et, à ses débuts, les symptômes sont souvent peu apparents.