Boomers

Les pour et les contre de l’intelligence artificielle pour les aînés

Les nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle peuvent faire des merveilles pour la clientèle des personnes âgées, en particulier celles qui sont vulnérables ou en perte d’autonomie. Grâce à la domotique, un aîné en fauteuil roulant peut maintenant contrôler une multitude de dispositifs à l’aide de commandes vocales: allumer et éteindre les lumières, verrouiller et déverrouiller les portes, appeler à l’aide, etc.

Cette technologie comporte néanmoins certains risques pour la vie privée. À l’heure où le vol de données personnelles est devenu un enjeu de premier plan, plusieurs craignent que les assistants vocaux tels que Google Home n’enregistrent leurs discussions à leur insu. Jusqu’où sommes-nous prêts à laisser la technologie entrer dans nos vies et celles de nos proches? 

« Big brother »

À en juger par les nouvelles -technologies présentées au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, du 7 au 11 janvier, nous ne sommes pas si loin de l’univers imaginé par George Orwell dans son célèbre roman 1984, écrit en 1948. Certains capteurs biométriques s’infiltrent jusque dans les pyjamas et même dans les sous-vêtements. En effet, la compagnie Smardii a conçu un petit disque qui s’insère dans une couche-culotte pour adulte. Ainsi, ce dispositif permet non seulement de retrouver une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer qui s’est égarée, mais il analyse aussi certaines données biométriques comme la température du corps et l’urine. À ceux et celles qui remettent en cause l’idée de placer un capteur dans une zone aussi intime, le fondateur Sébastien Gaddini répond que « si ça permet de détecter une infection urinaire immédiatement plutôt qu’après plusieurs jours, le choix est vite fait ».

Ce n’est pas la seule entreprise d’intelligence artificielle à avoir compris l’importance des capteurs biométriques pour la détection précoce de certaines maladies. La compagnie Ejenta, qui a conçu des capteurs biométriques pour recueillir les données des astronautes lors de leurs sorties dans l’espace, vient de concevoir un système similaire pour transmettre en temps réel les données de patients âgés aux équipes soignantes

Un logement intelligent

Le seul problème à propos des capteurs biométriques comme ceux qu’on trouve dans les bracelets, colliers et autres est qu’ils ne sont efficaces que si on les porte. C’est pourquoi plusieurs entreprises en intelligence artificielle préfèrent installer des capteurs dans l’environnement des personnes âgées.

Par exemple, la compagnie Technis a conçu un plancher intelligent en insérant des capteurs sous le tapis d’un appartement. Ceux-ci détectent notamment les pertes d’équilibre et les chutes et sont en mesure d’alerter les secours même si la personne est inconsciente. En fait, ils analysent tous les déplacements de la personne et même sa démarche.

Dans la Sekisui House, des capteurs hypersensibles sont plutôt répartis sur la surface du plafond pour suivre le résident dans ses moindres déplacements. Ils sont capables de détecter les battements du cœur afin de prévenir les services d’urgence en cas d’arrêt cardiaque. 

Éthique et sécurité

Alors que certains voient dans ces technologies une invasion de la propriété privée, d’autres se réjouissent de la grande liberté qu’elles procureront aux personnes en perte de mobilité. Elles pourraient en effet aider les personnes âgées à demeurer autonomes le plus longtemps possible. Il faudra toutefois se pencher sur la nécessité de mettre en place des mesures de sécurité pour éviter les fraudes ou tout autre forme d’abus envers cette clientèle vulnérable.