Boomers

Humanitæ: un milieu de vie spécifique pour les aînés atteints de troubles de la mémoire

En janvier, c’est le premier anniversaire d’Humanitæ, milieu de vie dédié aux personnes atteintes de troubles de la mémoire incluant l’Alzheimer. En moins d’un an, cette résidence spécialisée, située à Québec sur le boulevard Lebourgneuf, est devenue une référence en matière de soins offerts à cette clientèle.

Unique au Québec et novatrice, elle permet de regrouper dans des maisonnées d’une douzaine de résidents, des personnes atteintes de tous types de troubles de la mémoire, selon leurs passions ou leurs intérêts. Il en est de même pour les employés! C’est ainsi que se sont créées la maisonnée de la musique, la maisonnée du voyage, la maisonnée du bricolage, etc.

Inspiré d’ailleurs, mais conçu pour ici !

«Cette façon de fonctionner, c’est la base de toutes nos interventions. L’histoire de leur vie, ce qu’ils ont fait, ce qui les intéresse, représente notre première préoccupation», explique Mme Stéphanie Boulet, directrice générale d’Humanitæ, un résidence pouvant accueillir 170 résidents.

Le promoteur du projet, Groupe Patrimoine, a trouvé le concept en visitant plusieurs lieux de ce type, en Europe, dont aux Pays-Bas et aux États-Unis. Il s’est aussi adjoint l’expertise de Philippe Voyer, Ph. D., professeur titulaire à la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval et chercheur actif au Centre d’excellence sur le vieillissement de Québec et au Réseau québécois de recherche sur le vieillissement, une sommité en la matière. Cet apport a permis de raffiner le projet et de l’adapter à la réalité québécoise.

De type familial 

L’approche se veut participative et inclusive. C’est un environnement de type familial, pour que les résidents se sentent comme à la maison. La personne peut aller se chercher un verre de lait elle-même, par exemple, ceci afin d’encourager son autonomie. Elle peut également participer aux tâches ménagères, si elle le souhaite. La personne se trouve ainsi stimulée et se sent alors très utile.  Pour atteindre ces objectifs, les employés suivent une formation universitaire, ce qui leur permet d’offrir des interventions plus avancées. «Nous faisons appel à des employés créatifs, patients et passionnés et ayant de la répartie car nous entrons dans la réalité des résidents et nous nous adaptons à eux», poursuit Mme Boulet. 

Sentiment de liberté 

Des bénévoles-marcheurs sont présents quotidiennement pour accompagner les résidents lors de leur sortie, et ainsi combler leur besoin de liberté. Évidemment, les dirigeants doivent gérer les risques de chutes et de blessures. Mais ils considèrent que c’est mieux pour les résidents d’aller marcher plutôt que de rester assis. La présence sur place d’infirmières autorisées fait aussi en sorte que les résidents ne sont pas obligés d’aller à l’hôpital au moindre besoin en soins de la santé. 

Les résidents disposent d’un magasin général, d’un bistro, d’une salle polyvalente, de cuisines, de salons privés, de terrasses et de jardins d’hiver. Ils bénéficient aussi d’une cour intérieure avec des animaux tels que poules, chèvres, de même que la présence d’oiseaux dans chaque maisonnée et d’un chien, Youyou, qui va marcher avec les résidents… il n’est pas rare de le voir se promener parfois sur les étages. 

Les résultats sont probants, et la directrice générale se dit très fière de la qualité des soins et de la qualité de vie offertes aux résidents. Les aînés sont actifs, souriants et profitent agréablement de la vie. Les maladies cognitives, dont l’Alzheimer, ne constituent pas une fin en soi. Les familles sont heureuses de voir évoluer leur proche dans cet environnement unique et sont réconfortées de les sentir en sécurité. 

humanitae.ca