Journée des infirmières et infirmiers auxiliaires

Avec vous jusqu’au bout!

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
La boxeuse professionnelle Kim Clavel a frappé un grand coup il y a quelques semaines à l’émission «Tout le monde en parle», en faisant découvrir la profession, plutôt méconnue, d’infirmière auxiliaire. Celle qui a troqué les gants de boxe contre les gants chirurgicaux est l’un des 28000 visages de ces professionnelles qui montent chaque jour sur le ring pour combattre la COVID-19. En cette Journée des infirmières et infirmiers auxiliaires, levons le voile sur le rôle essentiel de ces combattantes qui font chaque jour une différence, à l’écart des projecteurs.

Au sein de l’armée de professionnels qui luttent contre la propagation du virus, les infirmières auxiliaires agissent bien souvent dans l’ombre. Elles sont pourtant sur la ligne de front.

«Elles sont des partenaires incontournables de l’équipe de soins et sans le savoir, vous avez certainement déjà reçu les bons soins de ces professionnelles», soutient la présidente de l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ), Carole Grant.

Elles travaillent de concert avec les médecins, les infirmières, les pharmaciens ainsi que tout le personnel soignant, dont les préposés aux bénéficiaires, toujours dans le but d’offrir des soins sécuritaires et de qualité.

«Une infirmière auxiliaire, c’est une professionnelle toujours prête à se lever les manches. Elle vous soigne, vous écoute, vous aide. Elle est à vos côtés, elle vous épaule, sans jamais baisser les bras», précise la présidente.

Fidèle au poste

Les infirmières auxiliaires sont des professionnelles de confiance qui répondent toujours: «présentes!». En ces temps d’urgence sanitaire, elles le sont par-dessus tout! À ce jour, près de 700 anciennes infirmières auxiliaires ont repris l’exercice, et pourront joindre leurs forces aux professionnelles qui se trouvent déjà au chevet des patients.

Il était primordial pour l’OIIAQ de tout mettre en place pour que la population bénéficie des compétences de ses membres, mais aussi de l’appui de celles qui se qualifiaient toujours. En peu de temps, les retours à la profession ont pu être multipliés.


« En cette Journée des infirmières et infirmiers auxiliaires, je tiens, au nom de l’Ordre, à vous remercier pour votre bienveillance et votre altruisme. La santé des Québécois est entre de bonnes mains. »
Carole Grant, présidente de l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ)

Présentes partout

Les infirmières auxiliaires sont présentes, partout, dans une foule de milieux de soins. Nous pouvons bénéficier de leur expertise dans les résidences privées pour aînés, les cliniques médicales spécialisées, au soutien à domicile, dans les CHSLD, dans les centres hospitaliers notamment au bloc opératoire, pour ne nommer que ceux-ci.

Dans cette situation inhabituelle, elles sont aussi présentes dans les cliniques de dépistage de la COVID-19 où elles peuvent, entre autres, faire l’ensemble des prélèvements. Elles participent à l’enseignement des directives émises par la Direction de la santé publique et elles contribuent à l’évaluation des patients.

Elles sont partie prenante de l’équipe soignante. Grâce à leur plein champ d’exercice, elles contribuent à la dispensation de soins de qualité à la population.

En ces temps hors du commun, cette journée du 5 mai est l’occasion de reconnaître l’expertise et le dévouement des infirmières auxiliaires pour le bien de la population. Elles peuvent être très fières de leur apport inestimable dans ces moments difficiles.

«Nous sommes plus de 28000 professionnelles rassemblées avec vous jusqu’au bout, pour stopper la COVID-19. En cette Journée des infirmières et infirmiers auxiliaires, je tiens, au nom de l’Ordre, à vous remercier pour votre bienveillance et votre altruisme. La santé des Québécois est entre de bonnes mains», conclut Carole Grant.

Par l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec