Mario Boivin, directeur général des ventes de Kia Val-Bélair, et Sylvain Legay, conseiller aux ventes et spécialiste de la division électrique, devant la concession.

Automobile électrique

Une conduite tout en douceur

De plus en plus présente sur nos routes, la voiture électrique possède des atouts indéniables. L’essayer, c’est l’adopter selon ses utilisateurs toujours plus nombreux. Faits pour ceux qui aiment conduire dans la convivialité, les véhicules électriques vous attendent.

«La voiture électrique est l’évolution normale de la voiture traditionnelle. Tout comme l’ampoule a remplacé la bougie, la propulsion électrique remplacera la propulsion thermique», commence Sylvain Legay. Le conseiller aux ventes, spécialiste de la division électrique chez Kia Val-Bélair, relève ensuite que «le Québec a la chance de produire une électricité verte ou plutôt bleue, ce qui est une aubaine pour la planète.»

Faire partie d’une communauté

Prendre le volant d’une voiture électrique, aux dires de tous ceux qui en ont fait l’expérience, est une expérience de confort inégalé. La douceur et la souplesse caractérisent ce type de conduite. «L’essayer, c’est l’adopter». Ceux qui en font l’expérience sont vite conquis. Ils apprécient la sensation de conduite plus calme et plus tranquille.

Passée la première surprise de l’absence de bruit, c’est rapidement la puissance de la voiture qui déconcerte. Nul besoin d’attendre de grimper à 4000 ou 5000 tours/minutes pour sentir la puissance du moteur électrique. Dès les premiers instants elle est bien présente. «Ce type de motorisation possède encore beaucoup de faces cachées qui méritent d’être mieux connues», poursuit Sylvain Legay.

«Nous recevons de nombreux témoignages de clients qui ne veulent plus retourner aux moteurs traditionnels», ajoute encore Mario Boivin. Le directeur général des ventes chez Kia Val-Bélair précise que tant les moteurs hybrides, présents depuis 2011, que la motorisation 100% électrique, présente depuis 2015, voient leur autonomie augmenter sans cesse.

Différents types de motorisation

«Aujourd’hui, des trajets quotidiens jusqu’à 200 kilomètres, ce qui est le cas pour l’immense majorité des gens, ne posent aucun problème, même en hiver. L’autonomie est suffisante dans tous les modèles disponibles», argumente Sylvain Legay. Différentes motorisations existent sur le marché des véhicules électriques.

On trouve d’abord les moteurs hybrides. Le véhicule possède deux moteurs, un moteur électrique et un moteur thermique qui s’utilisent en alternance selon les besoins. Il n’y a pas de recharge à faire pour le moteur électrique, elle se fait en roulant. Par contre, il faut encore passer de temps en temps à la station-service pour faire le plein d’essence.

Il y a ensuite les modèles rechargeables (plug-in) qui, comme les hybrides, possèdent les deux types de motorisation, mais le moteur électrique est, dans cette version, rechargeable à une borne électrique. Enfin, on trouve de plus en plus sur le marché des modèles 100% électriques qui nécessitent une recharge des batteries.

Des bornes nombreuses et diverses

Cette recharge se fait à partir de bornes de recharge. Il en existe de trois types qui permettent une recharge plus ou moins rapide. La plus simple, mais aussi la plus lente, appelée borne de niveau 1, est alimentée à partir d’un courant de 110 volts comme à la maison. Le niveau 2 demande une borne d’installation qui fonctionne sur un courant de 240 volts et permet une recharge complète en 6 heures environ. Enfin, les bornes de niveau 3, appelées BRCC, fonctionnent sur du 480 volts. Elles rechargent les batteries à 80% en 20 minutes.

«On trouve des bornes tous les 4 à 5 kilomètres environ. Elles sont beaucoup plus nombreuses que ce qu’on pense. Il y a même des particuliers qui mettent la leur  à la disposition des autres usagers», précise Sylvain Legay. Préparer ses déplacements est très simple grâce à l’autonomie qui ne cesse d’augmenter et à la forte densité des bornes de recharge. Les sites chargehub.com ou plugshare.com vous donnent la carte des bornes de recharge.