Contenu commandité

Une forêt de possibilités

Propulser la foresterie à l’avant-garde de l’innovation

Au cours des dernières décennies, de nombreux changements ont complètement transformé notre époque et propulsé de nouvelles révolutions technologiques. Après la mécanisation, l’électrification et l’informatisation, nous voici à l’âge de la quatrième révolution industrielle fondée sur le numérique et qui introduit robotique, intelligence artificielle, échange de données et beaucoup plus dans différents aspects du travail.

Le secteur forestier n’est pas en reste et doit lui aussi s’adapter au changement. Afin d’aider l’industrie forestière canadienne à se positionner comme chef de file dans cette nouvelle révolution technologique, FPInnovations a mis en place des initiatives pour permettre aux industries positionnées le long de la chaîne de valeur de tirer pleinement profit de l’agilité et de la puissance de la quatrième révolution industrielle. 

L’industrie forestière canadienne bénéficie d’une possibilité incro-yable de créer l’écosystème des emplois du futur quant au développement des technologies d’automatisation et de robotisation des opérations forestières ainsi que de tous les emplois liés à la gestion et au maintien de ces nouvelles technologies. Cet écosystème et les emplois qui l’accompagnent peuvent être délocalisés ailleurs dans le monde si l’industrie et le gouvernement n’investissent pas massivement dans cette avenue.

Le virage technologique de Foresterie 4.0
Le monde de l’information a progressé au point où il est désormais courant d’échanger des données en temps réel avec des gens situés n’importe où dans le monde. Cela doit également s’appliquer aux opérations forestières, et c’est là qu’intervient Foresterie 4.0. La quatrième révolution industrielle vise à développer les technologies et la science nécessaires pour alimenter les systèmes avec des données fondamentales sur lesquelles l’analyse, les décisions et le suivi peuvent être faits tout au long de la chaîne d’approvisionnement. 

Alors que l’utilisation de l’imagerie, les nuages de points LiDAR 3D et les drones dans les applications forestières ont augmenté de façon exponentielle et ouvert la voie à des approches moins manuelles pour surveiller les opérations forestières, une nouvelle génération de capteurs fixés sur l’équipement forestier contribuera à mieux comprendre l’incidence de l’environnement réel sur la productivité des machines ainsi que l’impact de l’exploitation forestière sur ce même environnement. 

La foresterie de demain nécessitera également l’élaboration et la mise en œuvre d’équipement, de matériel, de logiciels et de modèles de nouvelle génération pour que les opérations forestières puissent répondre aux normes de l’industrie 4.0 en étant automatisées, connectées et accessibles en temps réel. Cette nouvelle technologie contribuera au développement et à la mise en place de systèmes qui permettront une communication en temps réel, un échange de données volumineuses et un assemblage de technologies facilitant les opérations, la planification et la surveillance à distance tout le long de la chaîne de valeur.

Une forêt de possibilités

Une forêt au naturel: utiliser la forêt tout en la respectant

Nous nous entendons tous pour dire que la forêt n’a pas besoin des humains pour fonctionner, puisque depuis des millénaires les arbres grandissent, se reproduisent, meurent et créent des écosystèmes complexes et irremplaçables. Les forêts sont ainsi indispensables dans le cycle du carbone et pour le maintien de la biodiversité terrestre. En contrepartie, l’humain a besoin de la forêt pour combler une multitude de ses besoins, notamment la qualité de l’air et de l’eau et l’approvisionnement en nourriture et en bois. Le bois est un matériau non seulement apprécié pour son apparence, mais également considérablement plus écologique que ses alternatives comme le béton ou l’acier.

S’inspirer de la nature
Les spécialistes de la forêt peaufinent depuis longtemps leurs procédés d’aménagement forestier qui visent, entre autres, à recréer les dynamiques de perturbations naturelles des forêts, ce qu’on nomme dans le jargon l’aménagement écosystémique. Ces perturbations font partie des cycles naturels de la forêt et agissent à des échelles diverses, allant d’un seul arbre à des millions d’hectares de forêts. Elles incluent les feux (l’épisode de Fort McMurray en est un bon exemple), les épidémies d’insectes ravageurs (la tordeuse des bourgeons de l’épinette, ça vous dit quelque chose?), les maladies des arbres (la maladie hollandaise de l’orme, par exemple), le chablis (déracinement d’un arbre par le vent) ou même le broutement par les herbivores comme le cerf de Virginie. Après une perturbation naturelle, la forêt revient toujours… comme après une coupe forestière! Que ce soit par régénération naturelle ou par plantation, la forêt repousse et aucune déforestation n’a ainsi lieu en forêt publique au Québec. Au contraire, la déforestation se produit principalement dans les zones urbanisées, pensons notamment à l’étalement urbain. 

Une forêt de possibilités

Une forêt d’emplois possibles

Au Québec, les métiers de la forêt et du bois représentent près de 60 000 emplois directs. Ce nombre double si l’on y ajoute les emplois indirects et ceux liés aux activités récréotouristiques et à l’exploitation de produits forestiers non ligneux. Certains métiers sont connus, d’autres beaucoup moins, et tous ont grandement évolué dans le temps grâce à la mécanisation, aux progrès technologiques et à l’implantation des pratiques pour un développement durable. Des milliers d’emplois seront à combler au cours des prochaines années dans cette industrie tournée vers l’avenir. Voici un survol de ses grands secteurs.

L’aménagement durable de la forêt

Selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), l’aménagement durable des forêts a pour but de maintenir ou d’améliorer la santé à long terme des écosystèmes forestiers, afin d’offrir aux générations d’aujourd’hui et de demain les avantages environnementaux, économiques et sociaux que procurent ces écosystèmes. Que ce soit en forêt privée ou en forêt publique, les travailleurs forestiers s’appliquent à aménager la forêt de façon durable tout en favorisant sa régénération pour les besoins futurs. Les métiers sont passionnants, les tâches diversifiées, les outils sophistiqués et performants et les considérations environnementales, bien réelles. 

Les principaux métiers en aménagement:

  • Abatteur manuel
  • Acériculteur
  • Ingénieur forestier
  • Opérateur de machines en récolte du bois
  • Opérateur de machines en voirie forestière
  • Ouvrier sylvicole
  • Technicien forestier
  • Technologue forestier

Une forêt de possibilités

Mai, mois de l’arbre et des forêts: des activités pour toute la famille

Le printemps sera ponctué d’une foule d’activités sur les deux rives du fleuve. L’Association forestière des deux rives (AF2R) et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) vous invitent à y participer en grand nombre et à souligner votre attachement à l’arbre et à la forêt!

SAMEDI 12 MAI 
Distribution d’arbres de la Ville de Québec – www.ville.quebec.qc.ca
Distribution de 2000 arbres offerts gratuitement aux citoyens par la Ville de Québec. Dès 8h30 dans six points de distribution répartis dans les différents arrondissements de la ville.

SAMEDI 19 MAI
Visite guidée gratuite au mont Wright – www.af2r.org/wright
Activité d’initiation aux plantes printanières gratuite financée par la Fondation TD des amis de l’environnement. De 10h à 14h au parc du mont Wright (Stoneham).