Participants au congrès annuel de l’Association forestière le 1er janvier 1962

Une forêt à découvrir

L’Association forestière des deux rives: Enracinée dans son milieu depuis 60 ans (1958-2018)

1958-1975: Naissance et croissance de l’Association forestière

Depuis 1939, année de fondation de la défunte Association forestière québécoise (AFQ), des associations forestières régionales contribuent à l’éducation relative à l’arbre et à la forêt auprès du grand public et particulièrement des jeunes du Québec. Près de 20 ans plus tard, soit en 1958, l’Association forestière Québec–Portneuf (AFQP) naît et couvre les comtés de Québec et de Portneuf de l’époque. Elle s’ajoute aux cinq associations forestières déjà à l’œuvre au Québec. 

C’est précisément le 19 juin 1958, à la Station forestière de Duchesnay, que l’Association forestière québécoise fonde simultanément deux nouvelles associations forestières régionales pour la région de Québec, soit l’Association forestière Montmorency–Charlevoix et l’Association forestière Québec–Portneuf.  

À ses débuts, l’Association forestière Québec–Portneuf vise l’éducation de la population des milieux ruraux à l’importance de la richesse de la forêt. M. André Linteau, premier docteur en foresterie au Québec, en a été le président fondateur. Le secrétaire gérant, M. Georges Gagnon, ingénieur forestier et professeur à l’École forestière de Duchesnay de 1957 à 1971, a quant à lui été la cheville ouvrière de l’Association forestière pendant près de 20 ans, faisant preuve de militantisme et de dévouement à la cause. L’information du public sur les enjeux forestiers et l’éducation populaire des jeunes par les clubs 4-H, mouvement regroupant des clubs nature locaux, constituent le centre des activités de l’Association forestière durant cette période. 

Lors de son assemblée annuelle tenue à Duchesnay en 1975, l’Association forestière Québec–Portneuf devient l’Association forestière Québec métropolitain inc. (AFQM) et est dorénavant un organisme à but non lucratif incorporé. Son territoire inclut maintenant une partie de la Rive-Sud de Québec. Le conseil d’administration est composé de 30 personnes, dont trois femmes et trois représentants des clubs 4-H.

Les participants au congrès de l’AFPQ de juin 1960 devant l’Hôtel de Ville de Saint-Raymond. M. Georges Gagnon est le deuxième à partir de la gauche.

À SOULIGNER : 
À cette époque, les conseils d’administration ne comportent généralement que des hommes. Lors des congrès (jusqu’en 1990), les dames quittent après les présentations de bienvenue pour une conférence leur étant consacrée, par exemple sur l’horticulture ou les fleurs séchées, une visite ou un thé.

1976-1991 : Diversification des champs d’intérêt de l’Association forestière

Parmi les éléments à souligner au cours de cette période, signalons qu’en plus de poursuivre son engagement dans les activités de la Semaine de l’arbre, la distribution de milliers d’arbres à la communauté, la remise de certificats de fermes forestières et son soutien aux rallyes-forêt, l’Association forestière a intensifié sa présence dans les dossiers régionaux concernant la conservation de l’arbre, du milieu forestier et de l’environnement. Autre fait à souligner, la quasi-totalité des activités était organisée bénévolement par les membres du conseil d’administration. 

Le 11 mai 1991 a lieu le 33e congrès annuel de l’Association forestière à la Station forestière de Duchesnay. Ce fut son dernier congrès pour une longue période.

Le 25 mai 1985, le ministre délégué aux Forêts, M. Jean-Pierre Jolivet, participe au dévoilement de l’affiche de la Semaine de l’arbre à Loretteville avec M. Gilles Boily, président de l’AFQM, et Raymond Brouillet, député de Chauveau.

1991-1996: Arrêt temporaire des activités de l’Association forestière

Aucun document de l’AFQM n’a été retrouvé pour la période de mai 1991 à mai 1996. Afin de documenter cette période d’inactivité, nous avons recherché et questionné, sans beaucoup de succès, de nombreux bénévoles des années précédentes. M. Michel Crépault, qui a été trésorier de l’Association forestière de 1986 à 1989 et qui l’a relancée en 1997 comme président, a bien voulu nous faire part de ses souvenirs.


« Pour moi, au premier rang des raisons de l’arrêt des activités de l’Association forestière en 1991, notons une diminution du nombre de ses membres mais, surtout, que ses orientations et son fonctionnement n’étaient plus au goût du jour. L’Association aurait eu besoin d’un nouveau leadership, d’un gérant permanent et d’un financement suffisant et diversifié. De plus, il aurait fallu un groupe travaillant ensemble de façon consensuelle pour la forêt, les villages, les villes, en impliquant le milieu scolaire (écoles, cégeps, universités) et les entreprises. »
Michel Crépault

1997-2000: Reprise des activités de l’Association forestière

En décembre 1996, le Bulletin de l’Association forestière annonce son redémarrage après plusieurs années d’inactivité. Un conseil d’administration provisoire est mis en place en septembre 1997, sous la présidence de M. Michel Crépault. Un poste de coordonnateur est enfin créé.

Au cours de cette période, l’Association forestière cherche à s’associer avec des organismes ayant des intérêts communs, comme le Conseil régional de l’environnement de Québec, la Société de l’arbre et la section régionale de l’Ordre des ingénieurs forestiers du Québec.  

L’an 2000 fut une année de stabilisation et de consolidation. La situation financière de l’Association forestière demeure cependant précaire étant donné que l’organisme ne bénéficie pas encore de financement statutaire du ministère des Ressources naturelles.

Édition de décembre 1996 du Bulletin de l’Association forestière.

2001-2018: Développement et consolidation de l’Association forestière

En mai 2001, Mme Julie Molard, biologiste de formation et actuelle directrice  de l’Association forestière, est embauchée au poste de coordonnatrice. Ceci  marque le début d’une époque importante pour l’AFQM. Son leadership et son influence ont permis à l’organisme de diversifier ses sources de financement, de développer ses activités et d’accroître sa visibilité. Une bonne partie du mérite revient aussi aux employés et aux administrateurs qui se succèdent le plus souvent avec enthousiasme et dévouement. 

Durant cette période, les revenus de l’Association forestière sont en hausse constante. Au fil des ans, l’organisme développe et collabore à plusieurs projets en éducation forestière, mise en valeur et conservation, et plantation d’arbres. 

En novembre 2010, l’Association forestière Québec métropolitain agrandit un peu plus son territoire sur la Rive-Sud de Québec, avec l’ajout des MRC de Montmagny et de L’Islet, et devient l’Association forestière des deux rives (AF2R). Elle couvre maintenant les deux rives du fleuve Saint-Laurent, soit la région de la Capitale-Nationale, la Ville de Lévis et les MRC riveraines de la région de la Chaudière-Appalaches. 

En 2010, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune met en place la Mesure de soutien à l’information et à l’éducation forestières au Québec (aujourd’hui nommée Aide à la culture forestière au Québec). Ce soutien financier constitue un gain sans précédent pour l’éducation forestière et apporte une stabilité, une récurrence et une continuité dans les actions éducatives de toutes les associations forestières régionales au Québec.

Parmi les nombreux projets réalisés ces dernières années, mentionnons le Camp forêt des profs, Viens vivre la forêt, la vitrine Web des parcs et espaces naturels, les animations scolaires La forêt à l’école, les visites à saveur forestière de L’Aventure forêt et bois, le cahier d’information dans le journal Le Soleil, le colloque annuel, la conservation volontaire de milieux naturels d’intérêt, la cogestion du parc de la forêt ancienne du mont Wright à Stoneham, des campagnes de distribution d’arbres, des plans de verdissement et des plantations communautaires, des plans de gestion de l’agrile du frêne et des plantes exotiques envahissantes et nuisibles, etc.


Logos de l’Association forestière au fil du temps:

2019-2023: Une planification stratégique pour l’avenir de l’Association forestière

NOUVELLE MISSION :
L’Association contribue par ses actions en éducation, conservation et verdissement à la gestion durable des arbres et des forêts pour le maintien de la biodiversité et le bien-être de nos collectivités.

VALEURS : 

  • Collaboration
  • Engagement
  • Accomplissement
  • Qualité

Pour ses 60 ans, l’Association forestière s’est offert la première planification stratégique de son histoire. Ce processus de réflexion l’a notamment menée à revoir sa mission, ses objectifs et à déterminer ses valeurs, en plus de se doter d’un plan d’action sur cinq ans découlant des enjeux et des orientations priorisés. L’Association, enracinée dans son milieu depuis 60 ans, se donne donc les moyens de s’adapter à son environnement et de mieux répondre aux besoins de la société d’aujourd’hui.

À propos du 60e anniversaire

Pour souligner ses 60 ans, l’AF2R a développé diverses initiatives comme celle de mandater la Société d’histoire forestière du Québec (shfq.ca) pour effectuer des recherches et rédiger un portrait historique dont vous venez de lire le résumé. Pour plus de détails sur le 60e anniversaire et ses activités, qui se poursuivent jusqu’en juin 2019, visitez le site af2r.org/60.

Adapté du texte original de Pierre Mathieu, administrateur de la Société d’histoire forestière du Québec