Dawn-Marie Turner, présidente d’Aérospatiale Hemmingford

À VOTRE TOUR!

TRANSFERT D’ENTREPRISE: Quand l’improbable se répète

Il y a de ces parcours d’entrepreneurs qui révèlent une trame hors de l’ordinaire. Quel lien peut-il bien y avoir entre Dawn-Marie Turner, la femme qui s’était donnée comme mission de consacrer sa vie à construire un monde meilleur, et celle qui est devenue présidente d’Aérospatiale Hemmingford, un fabricant de pièces de moteurs d’avion?

Les origines de l’entreprise mon­térégienne remontent à 1963. À l’époque, le grand-père de Dawn-Marie acquiert une petite compagnie afin d’effectuer de la sous-traitance pour Pratt & Whitney Canada. Après 15 ans passés à Longueuil, le fils du fondateur, Christopher J. Turner, prend la relève et déménage aux États-Unis pour y démarrer l’Air Industrial Park. En 1985, la compagnie regagne le Québec et adopte le nom d’Aérospatiale Hemmingford.

«Pendant la crise du verglas, il y a une vingtaine d’années, voilà que mon père, âgé de 52 ans seulement, décède subitement et que ma mère doit prendre le relais. Malgré son deuil et au moment où Aérospatiale Hemmingford connaît certaines difficultés, elle déploie tous les efforts possibles pour sauver l’entreprise. Même si elle avait travaillé un peu avec mon père dans la compagnie, elle avait choisi de mener une tout autre carrière», raconte Mme Turner.

L’actuelle présidente se souvient des paroles prononcées par l’un de ses oncles – le frère de sa mère –, qui s’était alors adressé à cette dernière en lui rappelant que l’entreprise lui appartenait et qu’il fallait qu’elle fasse quelque chose. Les affaires sont une question de relations humaines, avait-il dit, et l’important est de s’appuyer sur les bonnes personnes, de se montrer à l’écoute de ses employés et d’être prêt à faire face aux défis qui se présentent.

Dans les pas de sa mère

Dans la tourmente, la repreneure impromptue réunit le personnel et lui demande s’il se sent d’attaque pour continuer l’aventure. «Elle a invité les gens à la guider, explique Mme Turner. Plusieurs ont donc pris davantage de responsabilités et fait preuve d’engagement. Sans formation ni expérience dans le domaine, ma mère a su miser sur les compétences, les connaissances, le dévouement et l’esprit d’entraide de tout le monde pour pouvoir rebâtir.»

Aujourd’hui, Dawn-Marie Turner marche en quelque sorte dans les pas de sa mère, elle non plus ne se destinant pas à reprendre le flambeau de l’entreprise familiale, mais s’estimant animée des mêmes valeurs. Celle qui a offert quelques semaines de travail à Aérospatiale Hemmingford durant ses études avait plutôt décidé de consacrer sa vie professionnelle à l’amélioration de la qualité de vie de ses semblables en faisant carrière auprès d’un OBNL.

«Mère de deux enfants, ma vie a changé après une séparation. J’ai eu besoin d’un horaire flexible, ce qui m’a amenée à revenir dans la compagnie pour occuper un poste d’opératrice. Ensuite aux achats, puis aux ressources humaines, j’ai finalement intégré la présidence en mai 2018. Je contribue maintenant à fournir des emplois de qualité dans une ambiance de collaboration et de respect et c’est là le lien avec ma mission de base», conclut Mme Turner. 

SECRETS DE RÉUSSITE

Les défis 
«À la tête d’une compagnie de conception de pièces pour les moteurs d’avion, je dirais que mon plus grand défi reste d’intégrer qui je suis avec le rôle de l’entreprise, de poursuivre ma mission en gérant cette équipe. J’admire ma mère et je lui dois beaucoup!»  

Les bonnes pratiques
«J’ai fait partie d’un club de relève, ce qui m’a permis d’échanger avec d’autres jeunes entrepreneurs. Ces rencontres ont été l’occasion de mieux saisir mes défis, d’avoir une meilleure compréhension de mon mandat. Le soutien est très important. » 

Un conseil
«Au départ, il faut savoir se faire confiance. On doit bien sûr réfléchir aux buts et objectifs à atteindre pour la pérennité de l’entreprise et se faire accompagner dans la démarche, mais à la base, il est crucial à mon avis de croire qu’on est capable d’y arriver!»

À PROPOS DU CTEQ

Créé en 2015, le CTEQ coordonne les démarches des repreneurs et des cédants dans leur projet de transfert d’entreprise. Présente sur tout le territoire québécois, son équipe de conseillers propose des formations et des événements (sommets, conférences, 5@7, etc.), mais aussi un service de mise en relation et de référencement d’occasions de reprise et de profils de repreneurs, l’INDEX. 

Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) poursuit sa mission et rayonne de plus en plus dans le milieu économique. Dans cette série d’articles, découvrez l’engagement de personnalités d’affaires qui partagent tellement la même vision du CTEQ qu’elles ont choisi d’en devenir des ambassadeurs ou des membres du conseil d’administration.

TREIZIÈME DE 13 • NOUVELLE SÉRIE LE MARDI 7 JANVIER

ctequebec.com