L'ANNONCEUR MAISON

Exploits sportifs du 23 juin

Chaque samedi, c’est avec plaisir que je ferai un clin d’œil aux exploits sportifs de nos lecteurs et de nos partenaires d’affaires. C’est dans cette chronique éclatée que je vous présenterai photos, encouragements, réussites et petites histoires de nos athlètes amateurs d’ici. Vous souhaitez saluer les petits et les grands succès de votre enfant, d’un ami, d’un parent, vous êtes fier de leur persévérance, racontez-moi vos histoires!

Félix Baludi transmet sa passion du soccer aux jeunes de Charlesbourg

Porte-couleurs du Dynamo de Québec, de la Ligue semi-professionnelle du Québec, Félix Baludi (à l’extrême droite sur la photo) en est à sa deuxième saison à titre d’entraîneur-chef de l’équipe U12 de Charlesbourg. Heureux de partager sa passion du soccer auprès de ses jeunes protégés, Baludi se réjouit de les voir être réceptifs à son enseignement.

Estimant que le calibre de jeu présenté par les jeunes de la région s’est considérablement amélioré au cours des dernières années, Baludi s’est fixé comme objectif de préparer ses joueurs à la transition de passer de 9 à 11 joueurs sur le terrain. Pour avoir surveillé un récent match entre Charlesbourg et Beauport, je donne raison à Félix Baludi. Il y a du beau potentiel sur le terrain. Chapeau aux entraîneurs qui s’en occupent !

Miralis

Quand les affaires rencontrent l’inspiration: voyage au cœur d’un événement créatif imaginé par Miralis

C’est avec un fort désir de briser les conventions que Miralis a invité 24 architectes et designers de Québec à participer à l’événement Le LAB, un séjour immersif dans Charlevoix d’une durée de 24 heures. L’entreprise québécoise renommée dans l’industrie des armoires de cuisine a offert une expérience unique aux participants dans le but d’engager une conversation avec eux, de les sonder et de mieux comprendre leur réalité. Voilà une occasion d’affaires hors norme.

«Nous avions une grande volonté de nous éloigner de la visite d’usine traditionnelle et de la présentation de nos produits et de leurs attributs. De là est venue la folle idée d’organiser un séjour sous le thème de l’inspiration», mentionne Valérie Brière, directrice des communications et de l’image de marque chez Miralis. L’événement était une première pour l’entreprise de plus de 40 ans, qui est située dans le Bas-Saint-Laurent.

Pour la tenue de l’événement, Miralis a choisi l’Hôtel & Spa Le Germain Charlevoix, un lieu de villégiature propice à la détente, mais aussi à la créativité. Bercés par le mouvement du train sur les rails à flanc de montagne, les participants se sont rapidement prêtés au jeu en parlant de leur parcours professionnel et de leurs inspirations. Quant à Katrine Beaudry, architecte designer associée chez Lemay Michaud, elle a animé une visite de l’hôtel pour présenter l’essence distinctive des lieux dont elle et son équipe ont réalisé le design.

Branchée sur Québec

Branchée sur Québec du 22 juin

La chronique Branchée sur Québec, comme son nom l’indique, fait état de ce qui se passe dans la ville de Québec et ses environs. Écrite par Claude Thibault, cette page vous fait découvrir ses scoops et ses sorties in dans la ville mais aussi des personnalités de la région qui se démarquent. Publiée les mardis et les vendredis, Branchée sur Québec est l’une des chroniques les plus lues et les plus appréciées.

Trois femmes d’affaires honorées par leurs pairs

Ville de Saint-Raymond

Saint-Raymond, une économie qui prospère

Connue depuis longtemps sous l’appellation de ville de l’automobile, Saint-Raymond se positionne aussi de plus en plus comme une force de la nature au service de l’ensemble de ses commerces et industries. Sur le territoire, savoir-faire et dynamisme s’allient à un sentiment de fierté communicatif.

Concessionnaires automobiles et de véhicules motorisés hors route, ateliers de mécanique et de débosselage: avec une industrie qui emploie plus de 500 personnes, la réputation de Saint-Raymond ne se dément pas. Les ­secteurs du bois et des produits métalliques y sont aussi très actifs, avec des entreprises innovantes telles Scierie Dion & fils, Placage Saint-Raymond, Charpentes Montmorency, Cam-Concept et Fabréma.  

«Destination plein air très prisée, l’activité commerciale se voit évidemment fortement stimulée, rend compte le directeur général de la Ville, François Dumont. De bonnes tables s’ajoutent par exemple à l’apparition d’une microbrasserie et bientôt à celles d’une ­boucherie spécialisée et, d’une boulangerie-­pâtisserie dans le centre-ville, d’ailleurs engagé dans une remise en beauté.»

Un centre-ville qui rayonne

Détentrice d’une cote de classification de niveau 4 – sur une possibilité de 5 – aux Fleurons du Québec, Saint-Raymond a reçu, depuis l’an 2000, de nombreux prix afin de souligner les efforts consentis par la communauté dans son processus de revitalisation. Trait d’union à la proximité et à l’accès aux services, il est prévu qu’à terme, tout un réseau de sentiers converge vers le cœur de l’agglomération. 

«Le centre-ville est le point de départ du développement de Saint-Raymond, rappelle le maire, Daniel Dion. Tant les citoyens que les visiteurs y trouvent leur compte. Des entrepreneurs fiers, mobilisés au sein de regroupements d’affaires et d’autres organisations le composent. Par l’entremise du Centre multifonctionnel Rolland-Dion et de la Maison Plamondon, une offre culturelle s’y déploie aussi.»

75 ANS, ÇA SE FÊTE!

Les rencontres du 21 juin

Notre photographe Caroline Grégoire sillonnera, cet été, les rues de Sillery–Saint-Louis-de-France afin de capturer, avec son appareil, un moment unique dans la vie des résidents.

Maxime Chandha, chef du Restaurant Chandha
Fort du succès de son comptoir du chemin St-Louis, Maxime vous accueille depuis le premier juin dans son nouveau restaurant, juste à côté du centre de services de la Caisse Desjardins de Sillery-Saint-Louis-de-France. Chandha, c’est le bonheur des saveurs exotiques, ce sont les classiques Thaï que tous aiment et ses cuissons au Wok spectaculaires, que ce soit pour manger sur place ou encore pour apporter à la maison.

Branchée sur Québec

Branchée sur Québec du 19 juin

La chronique Branchée sur Québec, comme son nom l’indique, fait état de ce qui se passe dans la ville de Québec et ses environs. Écrite par Claude Thibault, cette page vous fait découvrir ses scoops et ses sorties in dans la ville mais aussi des personnalités de la région qui se démarquent. Publiée les mardis et les vendredis, Branchée sur Québec est l’une des chroniques les plus lues et les plus appréciées.

GENS D’ACTION: Jean-Yves Germain, le financier derrière le Groupe Germain

L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC CÉLÈBRE SES 50 ANS

Un rôle de premier plan dans le développement de l’entrepreneuriat

Accessibilité, ancrage, innovation: trois valeurs fondamentales, 50 bougies. Créé en 1968 par le gouvernement, le réseau de l’Université du Québec (UQ) regroupe aujourd’hui 10 établissements. Leur mission: offrir aux Québécoises et Québé­cois l’accessibilité à l’enseignement supérieur, tout en con­tribuant au développement scientifique du Québec et à l’essor de ses régions.

Partout au Québec, les établissements du réseau de l’Université du Québec jouent un rôle de premier plan dans le développement de l’entrepreneuriat. Formation aux futurs entrepreneurs et recherche de pointe dans le domaine sont notamment complétées par la mise sur pied de centres d’entrepreneuriat destinés à soutenir les membres de la communauté universitaire dans la création d’entreprises.

Accessibilité, innovation, création scientifique, essor des milieux: à travers sa mission, le réseau de l’Université du Québec s’applique depuis toujours à valo­riser l’entrepreneuriat comme cheminement de carrière, d’actualisation professionnelle et de recherche. Outre leurs programmes de formation, les dix établissements ont également su développer des colla­borations avec les organisations publiques et privées afin de dyna­miser la vie entrepreneuriale de la société. 

«À l’égard de la recherche, l’Université du Québec a indéniablement fait sa marque dans le développement de connaissances et de savoir-faire au sujet de l’accom­pagnement des petites et moyennes entreprises (PME) et des entrepreneurs. Par exemple, sans des chercheurs visionnaires de l’UQTR, le Québec aurait probablement moins bien compris comment soutenir les PME, rouages essentiels à notre économie qui emploient pas moins de 2,4 millions de personnes», fait valoir François Labelle, directeur de l’Institut de recherche sur les PME (INRPME). 

Des formations variées

Tous les établissements du réseau proposent des for­mations aux 1er, 2e et 3e cycles, lesquelles visent à développer les connaissances et les compétences nécessaires à la mobilisation des ressources humaines, financières et matérielles dans le cadre d’un projet d’entreprise. En fonction de leur cheminement personnel, des programmes et des formations spécifiques sont offerts pour répondre aux besoins des étudiants de tous les horizons.  

Plusieurs établissements donnent des cours sur le démarrage, la création d’entreprises technologiques et à capital de risque, la gestion et la trans­mission d’entreprise familiale ou encore sur la créativité, l’innovation et l’entrepreneuriat. Les étudiants découvrent ainsi la carrière d’entrepreneur, les différentes formes d’entreprises existantes, de même que les risques et les opportunités qui attendent les promoteurs intéressés à se lancer en affaires. 

L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC CÉLÈBRE SES 50 ANS

Une recherche diversifiée

Branchés sur les milieux dans lesquels sont implantés leurs établissements respectifs, les professeurs-chercheurs des établissements de l’Université du Québec contribuent de façon remarquable à l’amélioration des connaissances et des pratiques en entrepreneuriat.
  • L’Institut de recherche sur les PME (INRPME) de l’UQTR a pour mandat de faire évoluer les connaissances sur les PME, d’aider à leur développement et de former des étudiants. Il éclaire également les gouvernements en matière de politiques d’aide aux entreprises. L’INRPME s’impose comme l’un des plus importants regroupements de recherche au monde sur les PME.
  • L’UQAT et l’UQAM ont mis leurs expertises en commun pour développer la Chaire en entrepreneuriat minier. Cette dernière vise à attirer des jeunes compétents et à soutenir les entrepreneurs du domaine minier dans le but de créer de la richesse et de préparer l’avenir de l’industrie dans le respect de l’environnement et des communautés. 
  • L’UQAM, par l’entremise de son École des sciences de la gestion (ESG UQAM), ainsi que l’UQTR et la TÉLUQ collaborent au Centre de recherche interdisciplinaire sur les PME et l’entrepreneuriat (CRIPMEE), avec d’autres universités québécoises. Ce centre s’intéresse à la création, au dévelop­pe­ment, à la pérennité et à la performance des PME. 
  • Dans plusieurs autres établissements du réseau, des chercheurs mènent différents travaux. À l’UQAR et à l’ENAP, des recherches sont effectuées sur l’entrepreneuriat, l’entrepreneuriat au féminin et les pratiques entrepreneu­riales, les modèles d’affaires et l’innovation. La TÉLUQ réalise quant à elle des recherches sur les entreprises du secteur de l’économie sociale au Québec.

L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC CÉLÈBRE SES 50 ANS

Des entreprises issues des établissements du réseau

Voici quelques exemples d’entreprises lancées par différents établissements du réseau des dernières années.
  • Créée par un étudiant de l’UQTR, Novo se spécialise dans l’amélioration et le développement de produits technologiques qui intègrent  notamment l’ingénierie électronique, logicielle, mécanique et le design industriel. L’entre­prise a reçu une reconnaissance pour le développement de FreeO2, un appareil d’optimisation de l’oxygénothérapie qui constitue une innovation majeure dans le domaine de la pneumologie.
    Fromnovo.com
  • Lancée par des étudiants au Centre de l’entrepreneurship technologique de l’ÉTS, le Centech, Sollum reproduit parfaitement la lumière du soleil. Son système programmable par DEL permet d’en recréer tous les paramètres – luminosité, intensité et même température. En 2017, la compagnie a reçu, entre autres, la Bourse Entrepreneurship BDC et le 2e prix Gala Entre­pre­neurship Desjardins en innovation technologique.

    Sollumtechnologies.com

L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC CÉLÈBRE SES 50 ANS

Le grand remue-méninges Savoir Affaires

Par l’entremise de l’initiative Savoir Affaires, l’Université du Québec contribue au développement des compétences entrepreneuriales des étudiants inscrits aux cycles supérieurs de ses dix établissements ainsi qu’au développement et à la diversification de l’économie des régions.

Pendant une semaine, une cinquantaine d’étudiants de cycles supérieurs, toutes disciplines confondues, sont jumelés à une centaine de gens d’affaires, d’intervenants économiques et de partenaires d’une région donnée. En équipe, ils travaillent à développer des projets d’affaires répondant aux besoins du milieu.

Au terme de cette immersion entrepreneuriale originale et unique, une trentaine d’opportunités d’affaires sont ciblées, documentées et présentées sous forme de plan d’affaires devant un jury composé d’entrepreneurs expérimentés. Les équipes d’étudiants s’étant le plus illustrées reçoivent des prix Méritas pour la faisabilité de leurs projets, leurs impacts économiques, leur caractère novateur et la qualité du modèle d’affaires proposé. 

En 2018, ce grand remue-méninges pour l’économie régionale s’est transporté à Saint-Georges, en Beauce. Entre le 28 mai et le 1er juin, les équipes participantes se sont penchées sur les thèmes du tou­risme dans la Vallée de la Chaudière ; du bois et des bioproduits forestiers; de l’agro-industrie; et du secteur manu­facturier à l’ère du numérique. 

  • 175 personnes se réunissent chaque année.
  • Près de 340 étudiants ont pris part à l’expérience depuis ses débuts.
  • Près de 800 entreprises, intervenants économiques et partenaires ont offert leur soutien.
  • Plus de dix projets concrétisés ou en voie de l’être.


POUR SUIVRE CETTE SÉRIE: